4) Le Bâtiment en Etoile

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Lun 6 Avr - 19:58

Le Hall du centre de recherche ~ Jour 2 ~ Début de la matinée
Pour tous


Le capitaine Italien regarda autour de lui, un lot de décision se dessinant sur le visage qu’il n’appréciait pas pour la plupart. Il finit par prendre une inspiration et acquiesça.

‘’Bien capitaine. Bonne chance de votre côté.’’

Il se tourna vers le reste de son équipe.

‘‘Docteur de la croix et Sandman vous allez prendre le département communication. Ayato et Black Jack vous allez prendre le département Espace et je me charge du dernier. Vu que je suis tout seul, on reste en liaison radio constante’’

Le sergent et le 1er classe allèrent protester mais un coup d’œil du capitaine suffit à les faire taire. Néanmoins l’archéologue leva la main.

‘‘Je vais faire seul le département communication. Je ne pense pas que nous sommes particulièrement en danger pour le moment’’

Le Capitaine hésita, transférant son poids d’une jambe à l’autre et fini par acquiescer, visiblement rassuré de ne pas être seul quelque part.

‘’D’accord, mais on reste en liaison constante.’’

--------------------------------------------------------

Département de cybernétique ~ Jour 2 ~ 10 min plus tard
Arkas et Aurora


Le Capitaine Weiver avait une sale sensation depuis sa discussion avec le Capitaine Italien. Ce n’était pas tellement ce qu’ils avaient dit mais plutôt…Autre chose…A plusieurs reprises elle avait eu la sensation de voir quelque chose bouger à l’extrême limite de sa perception. Quelque chose qui bouge mais elle avait beau eu regardé, s’approcher, il n’y avait jamais rien. Ce n’était pas une ombre, c’était plutôt…Quelque chose. Allez savoir pourquoi le terme curiosité lui revenait en tête quand elle percevait ce mouvement.

En entrant dans le département de cybernétique, ils purent voir de longs couloirs agrémenté de grands bureaux. Plus que des bureaux, on aurait dit des espaces à la fois de conception, de réflexion et de production. A un tel point qu’il n’était pas rare de voir d’étranges machines. Se rapprocher de l’une d’elle n’apporta rien de particulier. Difficile de dire à quoi elle pouvait servir. Aucune notice si ce n’était des écrans holographiques s’allumant, débitant un mélange d’idéogramme complexe…Mais qui n’inspirait aucun mot.

A vrai dire, ceux-ci était complètement différant de tout ceux qu’ils avaient pu rencontrer jusqu’ici. Un observateur très attentif pouvait même parler d’une langue complètement différente.

[Communication radio : Ici Sandman, nous arrivons dans le département espace. De grands espaces de travail, mais nous sommes également tombés sur des maquettes de vaisseaux. Deux complètements différents et probablement pour des usages différents…Personnellement, ca ne ressemble pas à des vaisseaux de combats. Plus un colonisateur ou un explorateur. Difficile à dire. Le tech essaye de comprendre le charabia, mais il me dit qu’il est tombé sur un langage inconnu qui ne lui parle pas du tout. On va continuer l’exploration]

Il y eu plusieurs bips sur la radio. Un petit signal leurs firent comprendre que tout le monde avait reçu le message.

[Communication radio : Ici Jesolo, le département des études sociales…Il n’y a pas grand-chose à en dire. Du charabia aussi, des bureaux…Par contre je remarque que depuis tout à l’heure il n’y a pas un seul système de sécurité. J’ai du mal à croire que personne ne pense à préserver la connaissance des yeux profanes. Pas un mot de passe, pas un badge, pas une porte avec une clé. Les gens du coin devaient être particulièrement ouverts d’esprit.]

Il coupa net sa phrase. Le capitaine voulait certainement sa phrase en rajoutant quelque chose mais il préféra couper net.

[Communication radio : On va continuer l’exploration. Jesolo terminé.]

La radio s’ouvrit une dernière fois.

[Communication radio : Ici De La Croix. Le département communication est assez stupéfiant. Je suis tombé sur des œuvres d’art. Elles sont rassemblées par thème dans de grandes pièces sur des supports physiques. Il y a une grande base de donnée avec des œuvres…Il y a plusieurs jeux d’écritures, j’en ai décompté trois différentes pour le moment. Différents peuples ont travaillés ensembles et en même temps…Je crois qu’ils étudiaient en partie la possibilité d’une langue commune en utilisant des symboles. Ceux que nous avons vu dans les lunettes. Ils ont appelés ça quelque chose comme Origine. Ce n’est pas une liaison neuronale…Ca marche autrement…C’est…C’est une technologie empathique. C’est basé sur la communication et de la psychologie appliquée. Bon sang, il y a des kilomètres de données ici. Il s’est passé quelque chose sur cette planète. Ils avaient besoin de communiquer…Non…Ils devaient chercher une solution. Mais ce n’est pas tout. Il y a d’autres projets mais…C’est trop étendu j’ai besoin de temps. Il y en a pour plusieurs vies d’études. Je lis quelque chose lié à un projet Transmission et quelque chose lié à Enfant des étoiles]

Voilà qui posait l’ambiance. A eux de répondre ou non à la radio. Dans tous les cas, notre petit groupe avança, suivant les couloirs à la recherche de quelque chose d’un peu plus parlant qu’un ensemble de machine à la fonction abstraite. Les bureaux toujours vides s’enchainaient alors qu’ils pouvaient imaginer sans problème les gens devant travailler ici. Pourtant il n’y avait aucun objet personnel, pas la moindre photo, juste le vide et des bureaux prêts à l’emploi. Tout était impersonnel, propre, en excellent état au point qu’on aurait pu croire que le propriétaire des lieux allait apparaître d’un moment à l’autre.

Et puis, il y eu un bureau différent des autres. Bien plus grand, au centre du département. Un espace circulaire dans lequel se trouvait une simple chaise.

Un fauteuil

En approchant de ce dernier, un tas d’écran holographique s’enclenchèrent montrant des milliers de petits symboles ici et là. Sur les murs s’affichèrent ce qui ressemblait de loin à des formules mathématiques. Des schémas, des diagrammes et même des plans de ce qui ressemblait à de petits robots. Il y avait même des images en live de la ville. En fait, il serait plus juste de dire qu’un seul bâtiment était surveillé. Le Dôme au centre de l’île artificielle. Et plusieurs images à l’intérieur de ce dôme montraient des énormes blocs émettant de la lumière de toutes les couleurs. Il y avait un symbole…Un symbole qui devait les pousser à dire un mot : Le Creuset.

Le fauteuil s’alluma, diffusant quelques écrans holographiques autour de certaines de ces parties comme la tête ou au niveau des bras.

Sur les écrans montrant des plans, on pouvait voir de petits robots avec un symbole : Maintenance.

Sur d’autres on pouvait voir des images de synthèse montrant des paysages qui n’avaient rien de réel.

------------------------------------------

Aurora

Alors qu’Aurora contemplait le spectacle des écrans holographiques, elle eut de nouveau la sensation que quelque chose venait de bouger à l’extrémité de sa vision périphérique. Mais cette fois, elle avait l’impression que c’était quelque chose de familier. Elle ne put s’empêcher d’aller à la sortie du bureau circulaire pour jeter un coup d’œil rapide.

Une ombre rentra dans un autre bureau. Allez savoir pourquoi, elle ne sentait pas qu’il y avait un danger quelconque. Au contraire, elle se sentait poussée ou peut être attirée par cet endroit. Qu’elle refuse ou qu’elle accepte de s’y rendre, c’était plus fort qu’elle. Il devait y avoir là un début de réponse. C’était peut-être ce qui dominait le plus son esprit dans cet instant ?

Il n’y avait qu’elle qui pouvait y répondre.

Et au détour de la porte, le narrateur que je suis donnerait cher pour savoir ce qui allait se produire dans la petite tête blonde. Dans ce bureau, elle vit la chose la plus improbable qu’elle devait voir….Jonah. Il était là, une montre à gousset dans la main regardant la course du temps au rythme des aiguilles.

‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’

Il ferma la montre à gousset dans une expression qu’elle ne lui connaissait pas. Quelque chose qui allait bien loin de sa folie, de ses espoirs ou de sa haine contre les instincts les plus bas de l’humanité qui l’avait tellement heurté. Un espoir lointain. Un espoir fait de lumière.

‘‘Mais dans mon cas, je me suis toujours demandé si c’était parce que j’avais exploré chaque parcelle de ce qui était humainement possible…Qu’au final je suis devenu humain. Mais comme pour moi, cet endroit n’est pas parti avec les bonnes cartes. Les dés étaient pipés dès le départ pour que nous échouions. Mais peut être avions nous une chance. Une seule chance de nous en sortir…C’est notre destin Aurora que tu as entre les mains. Mais rappelle-toi toujours : Pourquoi un corbeau ressemble t’il a un bureau. Dans ton cas demande toi pourquoi ce besoin de communiquer. Qu’essayaient ils de transmettre qui nécessitait cette technologie ?’’

Rêve ou réalité ? Difficile à dire car la jeune femme se sentit nauséeuse. La vision se troublait, son cœur au bord de la tachycardie, l’impression d’avoir trop chaud ou trop froid. Cela ne dura qu’une simple minute avant que tout ne revienne à la normale. Mais une trace du chef scientifique ? Il n’y en avait aucune. Rien qui prouvait la présence d’une autre personne qu’elle dans cette pièce. Il n’y avait également rien dans les couloirs. Pas de bruit de pas, pas de trace de passage, pas d’autres bureaux ouverts.

Il n’y avait définitivement qu’elle et ouranos dans ce bâtiment.

---------------------------------------------

Arkas

Arkas remarqua t’il que la Capitaine venait de disparaitre ? Tout dépendait de lui, Il ne la perdit qu’une minute de vue. Une simple minute où il n’avait besoin que de sortir de la pièce pour voir la capitaine debout devant un bureau.

Mais qu’il le remarque ou non, quelque chose devait attirer son attention. Un petit robot d’une trentaine de centimètre. Une forme humanoïde fait d’un composé de polymère à première vue. Entièrement blanc, sans visage, sans peau. Il reposait derrière le siège, replié sur lui-même en position fœtal. A l’approche du Caporal, de petits écrans holographiques de la taille d’une carte de visite apparurent autour du robot. Ce dernier s’illumina, une peau artificielle commençant à recouvrir le polymère.

La transformation ne fit que débuter puisque rapidement, il vit des cheveux apparaitre, des yeux, un nez, une bouche…Il ne lui fallut qu’une minute pour voir apparaitre une femme d’une trentaine de centimètres devant lui. La créature s’éveilla, regardant autour d’elle semblant pour le moins perdue.

Une femme de trente centimètres…Si si

Elle fila se cacher derrière la chaise pour s’habiller d’une petite robe noire parfaitement ajustée à sa taille. Elle lissa son vêtement et regarda Arkas de bas en haut. Elle s’exprima dans une langue qui ne ressemblait à rien pour le grec. Voyant qu’elle n’arrivait à rien, le petit androïde fit apparaitre un petit écran avec un symbole. En le regardant Arkas ressentit quelque chose comme…Qui êtes vous ?

------------------------------------------

Notes :

   Vous êtes libres de poser des questions à tout le monde via la radio
   Vous êtes libres de discuter entre vous à tout moment hein !
   Arkas peut venir voir Aurora avant de trouver l’androïde. Cependant tout ce qu’il voit c’est la capitaine devant un bureau (voir qu’elle fait un malaise). Mais a aucun moment il ne voit une autre personne dans la pièce et ne ressent rien de particulier (pas de bruit de pas, pas de sentiment qu’il y a une autre présence dans le coin, etc…).
   Aurora peut trouver l’androïde avec Arkas ou le rejoindre plus tard. Mais après son épisode en solo dans le bureau.
   Le département de cybernétique est vide de toute vie.

avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Lun 13 Avr - 20:10

Il y avait un sentiment… Un drôle de sentiment depuis qu’elle s’était entretenue avec Jesolo… Comme un picotement entre les épaules, la sensation d’être épiée, ou suivie. La conviction que, quelque part, de quelque façon que ce soit, ils n’étaient pas seuls.
Si cette sensation avait quelque chose de dérangeant, elle n’éprouva cependant pas la petite blonde dont le regard clair et réfléchit, détaillait chaque endroit qu’il survolait. Malgré son apparente insouciance et un certain entrain, elle demeurait, presque malgré elle, aux aguets… Comme si à chaque moment, tout pouvait basculer.
Non une crainte, juste un mal nécessaire.
Au fur et à mesure de leur avancée, les messages radio fusaient, plus enthousiastes les uns que les autres et malgré un intérêt plus que certain, Aurora faisait la moue, dardant par moment un œil sur son comparse : le gentleman Grec paranoïaque.

« Vous savez Ouranos, je crois que ce qui m’inquiète le plus, c’est de savoir que malgré tout leur art et leur intelligence, ces gens ont purement et simplement disparus de la surface du monde. Si c’était un projet commun, si c’était un consortium de différentes cultures unies, qu’est-ce qui d’autre que la guerre civile à put les précipiter vers l’oubli au point d’interdire cette planète à tout jamais… Une bévue scientifique ?»

Ce fut leur arrivée dans un vaste bureau et l'allumage de multiples écrans holographiques couverts de symboles aussi curieux qu’intrigants, qui lui coupa la chique, la plongeant dans une méditation brève autours de la signification de creuset et la ribambelle de technologies qui s’animaient là.
Ce fut avant qu’elle ne voit quelque chose.
Aurora se méfiait pourtant des quelque chose… La dernière fois qu’elle avait vu des trucs, ça s’était soldé avec un genou à terre face à l’image d’Anubis et un rire sadique post apocalyptique en provenance directe de sa gorge.
….
Mais malgré cela, elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’il n’y avait rien à craindre, mue qu’elle était par une perturbante sensation de familiarité. Elle suivit l’ombre, en quête de réponse et au détour d’un porte, elle stoppa net pour tomber sur l’image si connue de Jonah, debout non loin et tenant cette fameuse montre à gousset en main. Elle eut un choc, ni violent, ni traumatisant, mais un simple choc en constatant l’étendue de la véracité de ce qu’elle percevait… Et cette montre, cette montre qui était à elle tout un symbole.
Relevant des yeux incrédules sur le visage de l’homme, elle le dévisagea, comme voulant figer cette expression inédite dans son esprit, celle qui lui faisait dire que ce n’était pas son ami… Mais que ça aurait put.
L’écho de sa voix et cette entrée en matière la firent réellement trembler sur ses assises, de stupeur, et sa première impulsion fut d’avancer d’un pas vers lui avant de se reprendre et d’écouter…
… Puis de tendre la main au moment fatidique où il disparut de sa perception :

« Atte…. »

Elle ne termina pas sa phrase qu’un violent malaise s’était emparée d’elle, son cœur s’emballant comme tourmenté, ses sens vacillant et provoquant une horrible nausée qui la cloua sur place, l’obligeant à s’accroupir sous sa propre faiblesse.
Haletant, la main sur son cœur, elle regardait toujours en direction de la vision, tentant de chasser le malaise pour faire place à l’analyse et la compréhension.

« Qui es-tu… Tu as suivis Jesolo, maintenant moi… Qu’est ce que tu veux me montrer… »

Dans son esprit tournait et retournait déjà les paroles du « fantôme » de Jonah et elle ressentit un pincement au cœur en réalisant que ce dernier… Et bien… Lui manquait en fait.
Était-ce pour cela que la vision s’était réalisée sous ses traits, ou était-ce encore plus subtil que cela ?... faire appel à l’archéologue pour lui transmettre un message… C’était presque comme invoquer un mystère pour en découvrir un autre.

Elle resta bien une minute, prostrée, un genou à terre, fixant le sol pour calmer ses sens exacerbés au point de flancher. De la télépathie alors ?
Pas seulement, pas que, il y avait autre chose…  Elle se permit même de se laisser choir une poignée de secondes, appuyée sur une cuisse, comme si cela l’aidait à réfléchir en plus de récupérer. Là, elle enclencha sa radio pour répondre aux autres :

[Radio] « Personne d’autre n’a vu Casper ?…. Blague à part, De la Croix, je crois que je viens de l’éprouver votre super connexion empathique et j’ai une question pour vous, pour vous tous : Qu’essayaient-ils de transmettre qui nécessite cette technologie ?... Orientez vos recherches dans ce sens je vous prierais Messieurs. Weiver terminé. »[/Radio]

De là, elle commença à se relever lentement, hantée par l’image de Jonah et de cette saloperie de montre à gousset.

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Lun 13 Avr - 22:01

Malgré un calme qui commençait à devenir constant en ces lieux, Ouranos restait néanmoins sur ses gardes, les équipes furent formées et l’espion se retrouva en compagnie de la jeune femme. Ils parcoururent tranquillement les couloirs, la majorité des installations leur étaient totalement inconnues, même les définir par leur forme était impossible, seul l’étonnement se lisait sur son visage, et une certaine fascination mêlée de respect pour les concepteurs de ce royaume oublié. Difficile de dire ce qui était le plus surprenant, les drôles de machines ou le fait qu’elles fonctionnaient toutes parfaitement bien. On aurait presque pu dire que le personnel des lieux était au mess gentiment pour l’heure de table.

Les trois autres équipes commencèrent déjà à transmettre leur premier rapport de visite des lieux, alors que l’espion et sa comparse en était encore à avancer lentement laissant leurs sens capter la moindre information. Aucun danger d’après les affirmations de Jesolo, dans ce cas pourquoi précipiter…

La remarque d’Aurora suscita en lui une certaine surprise, la surprise de constater qu’il s’était fait exactement la même réflexion en arrivant sur cette planète, quelque chose de perturbant, égaler voir surpasser les technologies et le savoir du coin avait de quoi inquiéter.

« Je me suis fait la même réflexion, j’ai bon imaginer une volée de scénarios possibles, allant de l’hypothèse bactériologique, virale ou autres, en passant par la conquête d’une civilisation convoitant tout ce savoir, je n’arrive pas à imaginer que ces scientifiques, techniciens, penseurs et tutti quanti se soient laissé éradiquer par quelque chose d’aussi simple finalement. »


En se retournant pour croiser le regard de la Capitaine il constat avec surprise qu’elle n’était plus là, il parcouru le couloir du regard, rien, et au moment même où il voulu inspecter les bureaux à la recherche de Weiver quelque chose accrocha son champs de vision, il plissa les yeux, scrutant la pièce qui avait attiré son attention. Danger potentiel ou non, Aurora était du genre à faire face à pas mal de situations, ce qui trancha sur la question de la rejoindre ou pas, il entra donc dans la pièce.

Dans un premier temps il ne vit pas immédiatement la présence d’une chose derrière le fauteuil, c’est en le contournant que progressivement il commença à entrevoir ce qui s’y cachait, une forme humanoïde, pure, minimaliste, sans détails, juste la forme. Arkas cligna des yeux deux trois fois afin de s’assurer que tout allait bien côté hallucinations, Il voulait bien admettre que dans le coin de cette galaxie on pouvait tomber sur des trucs étranges, ça ne changeait rien au fait que là, c’était plus qu’étrange.

En s’approchant la forme prit soudainement vie, des hologrammes s’allumèrent, une détection venait d’être activée et tous les composants artificiels remplirent leur fonction d’imitation humaine assez bluffante, une bonne minute fut nécessaire pour assister à l’apparition des détails sur le corps de cette chose. Une minuscule jeune femme se forma sous ses yeux, une imitation parfaite du genre, laissant Ouranos stupéfait du résultat.

La scène qui s’ensuivit aurait pu être hilarante si la situation se serait déroulée dans une salle de spectacle sur terre, ce qui ne fut pas le cas, en fait, la jeune femme fut prise d’une pudeur inattendue et se pressa de se cacher derrière le fauteuil le temps d’enfiler un vêtement… et qu’elle prit bien soin de lisser en guise d’élégance… troublant… inattendu…

Arkas en était encore à l’étonnement qu’il entendit la voix d’Aurora non loin de là, et au même moment la petite cyberchose tenta de communiquer, d’abord dans un langage à faire pâlir les aficionados d’Ikea et ensuite par des idéogrammes… ce qui permit à Ouranos de comprendre la question. Au moment de répondre la radio fit couler la voix de Weiver concernant une histoire de Casper, ce qui ne surprit pas Ouranos, avec ce qu’il avait sous les yeux plus rien n’allait le surprendre avant un bon moment… il sourit… puis regarda son interlocutrice miniature.

« Weiver, je pense avoir sous les yeux de quoi mettre Casper au chômage, rejoignez moi vite, je vous promets des trucs intéressants. »

Une fois fait il hésita sur la manière d’aborder cette créature, pensant que finalement, avec leur technologie, elle comprendrait sa langue. Il s’inclina légèrement pour montrer son intention de répondre, et surtout en raison de la petite taille de minigirl.

« Je me nomme Ouranos, et vous ? Qui êtes vous ? »


Par simple mesure de prudence il n’ajouta rien de plus, aucun détail supplémentaire, pour l’instant…
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Mar 14 Avr - 8:43

Ce fut la voix d’Arkas qui la tira de sa « rêverie » et la força à se remettre sur pieds. Bien que se sentant encore mal en point, il semblait que le vrai malaise soit totalement passé. Elle tangua vaguement et fit demi-tour pour rejoindre le Grec dans une démarche incertaine qui tenait lieu d’ivresse. Pale comme un linge, elle franchit rapidement la distance qui les séparait et se rattrapa vaguement à l’épaule de ce dernier en titubant, puis d'ajouter :

« J’ai l’impression d’avoir pris la cuite de ma vie, le côté festif en moins… »

Là, appuyée d’une main sur Arkas, elle se figea sur place quand son regard tomba sur une espèce de poupée à forme humaine, d’un réalisme crevant les yeux. A cet instant, sa bouche prit la forme d’un « O » parfait alors qu’elle battait des cils en considérant le petit bijou technologique.

« C’est ce à quoi je pense ? »

Son expression renfrognée se détendit pour laisser place à la fascination la plus complète, mêlée d’admiration non dissimulée. Elle inclina la tête pour saluer l’étrange créature dont elle ne savait encore si elle était de chair et de sang ou synthétique… Et bien qu’elle en ait largement une bonne idée, restait à définir ce qui leur valait cette « chance ».
Portant la main à elle-même elle se présenta.

« Aurora. »

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Mar 14 Avr - 10:44

Au son des pas venant de derrière, et bien que l’espion savait pertinemment bien à qui ils appartenaient, il tourna tout de même la tête pour accueillir Aurora. Ouranos haussa un sourcil jetant un regard interrogateur à la jeune blonde dont la démarche semblait découler d’une beuverie en bonne et due forme. Il ouvrit la bouche, puis la referma, ne sachant pas trop si le moment se prêtait bien à un questionnement, l’intelligence de cinquante centimètres attendait patiemment sous leur yeux. Voyant la démarche incertaine de Weiver, Arkas fit un pas dans sa direction juste au cas où, et il se félicita de cette décision, celle-ci tituba et se rattrapa sur son épaule, le teint livide.

« Cool, cette planète semble receler de mille et une richesse, certains paieraient cher la cuite sans alcool. »

A l’expression de stupeur visible sur le visage d’Aurora Arkas ne put s’empêcher un rire bref, le fait était que la technologie présente avait de quoi étonner.

« Je vous l’avais dit, intéressant n’est-ce pas ? Sa forme initiale était épurée, blanche, et ça ressemblait à une sorte de polymère, elle a mis une minute tout au plus pour aboutir à sa forme actuelle. »

Un tas de questions taraudaient l’esprit de l’espion, connaissant les compétences de la jeune femme il n’hésita pas.

« A votre avis, d’où tire t’elle l’énergie nécessaire, est-elle autonome en matière d’instructions ? »
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Mar 14 Avr - 17:57

La radio grésilla un moment avant de laisser quelques mots du Sergent filtrer.

[Communication radio] : ‘‘Ici Parker…Euh…Je vais me faire le porte-parole de quelques-uns mais…Vous allez bien ?’’


La voix était dubitative bien que marquant le respect dû au Capitaine. Il y eut un nouveau blanc avant que le technicien ne revienne à la radio.

[Communication radio] : ‘‘Ici Ayato. Le Drone n’a rien détecté sur la dernière heure dans votre secteur. Vous étiez les deux seules personnes dans votre bâtiment. Par contre je détecte une petite source de chaleur près de vous d’environ…Enfin c’est très petit et c’est proche du Caporal’’


[Communication radio] : ‘‘Ici Jesolo, poursuivez la mission. C’est probablement un effet secondaire de cette technologie. Faite juste attention à ce que vous touchez et à ce que vous pouvez penser. Soyez Zen. Nous en reparlerons ce soir. De La Croix ?’’


[Communication radio] : ‘‘Je cherche…Il y a des tonnes de donnée et tout n’est pas directement lisible. J’en ai pour des jours à simplement survoler ces données. Je continue de chercher mais je ne pense pas qu’on puisse trouver ce genre de donnée ici. Il faudrait une bibliothèque, des journaux…des archives du gouvernement ou même un journal intime. C’est juste des amas de données techniques. Laissez-moi une minute je vais continuer de fouiller.’’


La radio fini donc par se calmer et le silence fini par laisser la place à ce qui se passait devant nos deux aventuriers. Même si c’était difficile à avaler, le petit androïde ressemblait vraiment trait pour trait à une jeune femme…Dans les mimiques, dans la manière de marcher ou tout simplement d’observer  le comportement de ses interlocuteurs. Lors des échanges radios, des écrans c’étaient allumés affichant des caractères à mesure que les militaires s’exprimaient.

Des courbes et des diagrammes à la taille de l’Androïde continuèrent d’apparaitre et de disparaitre pendant une bonne dizaine de minutes avant que les écrans ne finissent par disparaitre. La petite femme du haut de ces trente centimètres regarda les deux humains avant de s’exprimer à nouveau.

‘’A voir votre comportement et le trafic radio, je crois détecter une certaine ironie dans vos propos Ouranos…J’apparais comme nettement plus indépendante en terme d’instructions que vous ne pourriez l’être en appartenant à un groupe armé. J’ignore également vos coutumes mais ici, il est considéré comme impoli de parler de ma nudité à une tiers personne. Si c’est ma taille qui vous laisse un doute, sachez que je ne suis pas une enfant.’’

Le petit brin de femme remonta son visage aussi fièrement que possible. Elle tenta de monter sur le fauteuil au centre de la pièce pour gagner un peu de hauteur tout en essayant de protéger sa fierté. Difficile pour elle de grimper quand on est aussi petite est en robe. Son irrésistible ascension lui permit d’éviter à ses interlocuteurs d’avoir trop mal au cou à force de baisser la tête.

‘‘Officiellement, je suis le projet 2501, prototype 24. Plus officieusement, on peut me nommer K-ara mais il sera plus simple pour vous de me nommer Kara. Pour répondre à votre seconde question…’’

Des écrans apparurent emplit de schémas et de formules complexes.

‘‘…Je doute que vous possédiez les facultés nécessaires. Schématiquement, je fonctionne à l’énergie solaire. Cette dernière est captée par les réseaux d’énergie disséminés par la planète et se trouve être envoyée par des ondes que je peux capter. Cependant, je n’ai pas réellement besoin d’une source externe. Ma conception a été pensée pour être la plus économe possible et basé pour la plupart sur la biotechnologie. La dépense en énergie est tellement faible que je n’ai toujours pas fais appel au Creuset pour m’affecter des ressources.’’

Un peu crânement, elle croisa les bras.

‘‘En résumé, arrêtons-nous à dire que je suis une merveille d’ingénierie.’’

Contente d’elle, Kara se pencha en avant en joignant les mains devant elle.

‘‘Sur ce, il est temps pour moi de vous souhaiter la bienvenu sur cette planète et dans cet établissement. De ce que j’ai pu voir, vous n’êtes pas de ce monde et encore moins les descendants des populations vivants autrefois ici…Est-ce que je me trompe ?’’
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Mar 14 Avr - 19:08

« Je vous laisse volontiers ma place Ouranos si vous y tenez… » Marmonna-t-elle plus qu’elle ne parla, absorbée par l’androïde miniature dont on attendait presque d’elle qu’il lui pousse une paire d’ailes.

La « créature » sembla se mettre à analyser son environnement et surtout, les nouveaux sujets qu’elle avait face à elle et Aurora aurait mit sa main à couper qu’il s’agissait là d’une interface de traduction. Ce qui la surprit, fut simplement le temps que cela lui prenait… Faisait-elle uniquement cela ? Le langage était une chose rapidement assimilable, alors c’était quoi le reste ?
Elle se redressa du coup, considérant la petite femme, puis Arkas, puis Clochette, puis de nouveau son acolyte flegmatique.

« J’aurais du mal à vous répondre sans l’avoir étudiée plus avant. Mais d’ici, j’invoquerais volontiers la nanotechnologie et je présume que la matière dont elle est constituée est similaire à celle qui compose beaucoup de ce que nous avons put voir, y compris nos lunettes. Aucune idée de son mode d’alimentation, je ne sais même pas si elle a des circuits internes. Je rapprocherais cela du mode fonctionnel des Réplicateurs pour toute comparaison.»

Elle la regarda en train de faire des passes avec ses mains et les symboles.

« Une interface activée à volonté, rien de surprenant par rapport au lieu… Elle n’a surement pas besoin d’instruction, c’est une unité autonome certainement relié au vaste réseau… empathique de cette planète. »

La jeune femme s’immobilisa un instant, les yeux dans le vague, en se remémorant ce qu’elle venait de voir.

« Elle va nous aider à les aider. » Ajouta-t-elle énigmatique avant de se décider à enclencher sa radio.

[Radio] "Ici Weiver, nous allons bien, aucun problème. Nous avons également eut la chance de tomber sur… Un équivalent miniature d’androïde humaine. Je vous recontacte quand nous arriverons à communiquer… Ça ne devrait pas prendre longtemps…. Ah et heu… Ayato ? Scannez les fréquences les plus basses ou inaccessibles… Les vibrations… N’hésitez pas à aller fouiller dans les infrasons et tout ce genre de choses quitte à fleureté avec le sub-espace. La communication doit s’établir via quelque chose et toute leur technologie est basée là-dessus si je ne m’abuse : on dirait un immense système plus que des secteurs reliés. Considérez le tout comme une entité jusqu’à preuve du contraire…. Merci."[/Radio]


Fermant le canal de communication, elle adressa à Arkas un petit sourire bref et un peu penaud qui lui donnait un air enfantin aussi inattendu que mignon, assortit d’un petit hoquet qu’on aurait curieusement put associer à du contentement.
Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été contente comme ça.
Oh oui alors. :')

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Mar 14 Avr - 22:22

Arkas ne répondit pas à la boutade d'Aurora sachant pertinemment que cela n'était pas nécessaire, l'attention de celle-ci se porta rapidement sur la petite chose, aussi petite qu'un jouet pour enfant, mais en full option...

L'espion profita de cette interlude d'observation pour étudier minigirl plus attentivement, au fur et à mesure de l'analyse il constata à quel point l'imitation humaine était parfaite, sans défauts, rien qui puisse laisser entrevoir ne fut ce qu'un peu l'origine artificielle, si ce n'était sa petite taille. Cela ressemblait fortement à de la nanotechnologie, quelle autre science pouvait permettre des modifications si rapides et avec tant de précision, aucune de connue du moins. A peine eut il fini ses réflexions que Weiver émit ses premières hypothèses... nanotechnologie également, pour l'instant cela semblait plutôt cohérent au vu des observations, sans parler des multiples écrans holographiques qui virevoltaient et qui constituait l'interface global de cette créature.

Aurora continua son examen tel un médecin diagnostiquant progressivement un patient, elle était à la hauteur de sa réputation, sans aucun doute. Ouranos l'écouta sans l'interrompre, jugeant ses hypothèses plus que pertinentes et considérant que sur ce terrain elle était la personne la plus qualifiée. Finalement elle prit sa radio et contacta le reste du groupe afin d'effectuer le premier rapport accompagné de quelques recommandations en conséquence.

Lorsqu'elle eu fini elle se tourna vers l'espion et là ce fut une Aurora inattendue qui désarçonna Ouranos, aux antipodes du visage rencontré sur Elyria, ce n'était plus une âme traumatisée et emplie de colère mais un visage d'enfant. Arkas en fut ravi, il avait devant lui un visage tout simplement radieux et constata à quel point cette femme était étonnante, mais il ne montra rien de ses émotions et se contenta d'afficher son sincère et aimable sourire de réconfort.

"Laissez moi deviner, ça doit vous changer le quotidien de passer plusieurs heures d'affilées sans recevoir une planète sur la tête, ou encore un soldat indestructible qui vous traque jusqu'à la mort, j'aurai été dans le même état."

Ils furent interrompu par une volée de messages radio qui fusèrent l'un après les autres, chacun débitant ses propos sur le suivi de mission, la quantité d'informations allaient les obliger à filtrer l'utile du moins utile et d'éviter de passer cent cinquante ans en ces lieux perdus. Prendre conscience de l'ampleur d'une telle découverte vous retournait littéralement l'esprit, c'était incroyable, fabuleux, l'espion avait pleinement conscience de sa chance si on y regardait de plus près, à peine quelques mois auparavant il était un espion parmi tant d'autres sillonnant la terre dans le but d'assurer le pouvoir d'un état... quelle ironie...

Ouranos fut pris de court devant la réplique de ce petit bout de technologie, qui n'eut aucun mal à remettre les pendules à l'heure, l'espion se sentit tout d'un coup mal à l'aise, chose qui dut se remarquer aisément au vu de l'extrême intelligence qui s'élevait à peine du sol. Celle ci décida de grimper sur le fauteuil dans le but probable et prévisible de se mettre à leur niveau et ainsi faciliter la communication, Ouranos en profita... dans une certaine hésitation...

"Veuillez accepter mes excuses madame... en vérité c'est la première fois que nous rencontrons une entité que l'on juge artificielle selon nos principes biologiques et qui possède votre intelligence, loin de moi l'idée de vous manquer de respect."

La vision de cette petite dame perchée sur le fauteuil eu quelque chose d'amusant, celle-ci se présenta sous le nom de Kara sans omettre les détails techniques qui répondaient aux questions que les deux terriens avaient en tête. La légère arrogance de minigirl arracha un bref rire à l'espion, une intelligence artificielle capable de prétention était bien la dernière chose qu'ils s'attendaient à voir ici. Il se tourna vers Aurora avec un sourcil haussé...

"J'y crois pas... elle a de l'audace la petite dame."
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Jeu 16 Avr - 9:16

La suffisance dont faisait preuve la petite créature - elle ne pouvait décemment pas vraiment appeler ça un androïde - était assez bluffante pour faire s’exclamer l’espion et la faire sourire elle-même. Regardant Kara grimper comme elle le pouvait sur une chaise, elle entreprit de poser un genou à terre pour mettre tout le monde au même niveau.
Ses yeux la détaillèrent des pieds à la tête, appréciateurs, et elle écouta avec une attention soutenue le discours de la mini pouce.
Au commentaire d’Ouranos, elle hocha la tête, vaguement amusée. Mais déjà elle avait retenu pas mal de point sur lesquels elle avait matière à questionner.
En fait, tout était matière à questionnement et ils avaient maintenant une interlocutrice à qui s’adresser, quelle que soit sa taille. D'une certaine façon, la cité avait exaucer son souhait : communiquer.

« Merci de nous recevoir. Honnêtement, nous ignorons si un jour certains de nos ancêtres ont foulés cette terre, mais j’en doute. Une analyse ADN réglerait le problème, si cela n’a pas été déjà fait. »

D’un genou, elle finit en tailleur par terre face à Kara.

« J’ai beaucoup de question pour toi, mais certaines sont plus prioritaires que d’autres. Je suppose que ce que tu appelles le Creuset est la source d’énergie principale du lieu. »

Elle marqua un temps, plus pour réfléchir alors qu’elle pinçait les lèvres méditativement, que par véritable soucis.

« Peux-tu nous dire quels étaient les peuples qui ont bâtis tout cela et les autres villes sur cette planète et quelle est la raison pour laquelle, ils sont partis sans jamais revenir ? Nous ne connaissons que les Altérans qui aient été capables de telles prouesses, mais il me paraitrait censé de penser qu’il n’y ait pas eu qu’eux. La technologie nécessaire à ta conception remarquable et à ce lieu dépassent de loin ce qu’ils nous ont laissés jusque-là. Ai-je raison de penser que tout a été fait ici pour permettre l’interaction entre différentes espèces, quel que soit leur langage ? Et que vous avez découvert un moyen de communication universel ?»

Elle joignit les mains, deux doigts posés l’un contre l’autre en prenant une expression songeuse.

« Mais la finalité et le but de tout cela, ça m’échappe… »

Ce qu'on pouvait sentir aussi, c'est qu'elle avait grande habitude de taper la causette à des machines et autres IA, qu'elles quelles soient. Et ça, ça pouvait paraitre assez fun...

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Jeu 16 Avr - 14:04

Aux dires de notre espion, sa petite interlocutrice croisa les bras, l’air faussement courroucée.

‘‘Moi ? Une intelligence artificielle ? Vous n’y êtes pas voyons…Vous ne le savez peut être pas mais ici les recherches sur l’intelligence artificielle sont strictement interdite. Mon intelligence n’a donc rien d’artificielle comme vous semblez le souligner et rien de ce que vous pouvez voir n’est illégal. Techniquement, je suis aussi limité que vous pourriez l’être...Mais moi j’ai le droit de tricher avec les règles’’

Elle détourna son attention vers la jeune femme qui…La regardait avec l’insistance d’un ado pré pubère lâché dans une convention de manga et venant de mettre la main sur une statuette de son héroïne préférée…La version avec la jupe qui se détache. Bien sûr, l’androïde n’avait pas de point de comparaison possible avec la culture terrienne ce qui ne l’empêcha pas d’avoir un frisson.

‘‘La question de votre appartenance à une espèce en particulier est déjà réglée depuis ce matin. Le Docteur de La Croix c’est en effet coupé en se rasant. Le sang c’est rependu dans la salle de bain. Les informations relatives à ce sang ont été enregistrées, cataloguées et renvoyés dans les archives centrales des orateurs. Néanmoins, je n'ai aucune entrée pour les Altérans ou autre race extra planétaire.

Kara tendit une main sur le côté et fit apparaître dans le creux de sa main une double hélice en couleur.

‘‘J’ai détectée une correspondance à plus de 85% ce qui est plus que suffisant pour considérer l’appartenance à une espèce commune cependant il y a plusieurs points particuliers rendant difficilement compatible le fait que vous soyez des descendants même en prenant en compte les évolutions inhérentes au passage du temps. Sans vouloir vous froisser, je n’ai constatée aucune évolution comparé à nos bases de données…Génétiquement parlant. Ce qui vous place plus facilement dans la position de cousin éloigné.

L’hologramme fini par disparaître.

‘‘Vos questions demandant des réponses assez large, je me permettrais de répondre plus globalement. Cependant sachez que je n’ai pas accès à toutes vos réponses. La plupart se trouveront dans les archives des Orateurs dans la Capitale. Je ne peux pas y accéder à distance de moi-même…Cela nécessite un accès à la citoyenneté que je ne possède pas. J’ai néanmoins des connaissances globales sur le sujet. Sachez que cette planète bien qu’éligible à la vie ne possède pas les ressources nécessaires pour assurer la survie de tous. La faune et la flore sont particulièrement hostile mais pas uniquement. Les peuplades locales sont tout aussi agressive et les conflits se règlent dans le sang‘’

‘‘Néanmoins, la notion de gaspillage et de recyclage apparaissent très tôt dans nos cultures. Maximiser les ressources devient rapidement une priorité, tout comme faire la guerre pour protéger les ressources ou en acquérir de nouvelles. Les guerres sont monnaies courantes permettant par la même une gestion efficace de la démographie. Le Creuset est un projet d’après-guerre. La quatrième guerre mondiale ayant profondément affecté trois nations, ces dernières décidèrent de mettre en commun leurs ressources sans perte de souveraineté. ‘’

‘‘Le Creuset est la gestion informatique de ces ressources. Energie, chaleur, eau, matière première, nourriture, emploi, pression démographique…Le Creuset gère de manière totalement indépendante et impartiale ces paramètres pour permettre le développement des nations qui lui sont rattachés. Mais avant que vous ne posiez la question, non il ne s’agit pas d’une intelligence artificielle mais quelque chose de nettement plus évolué…Ou plus simple. Tout dépend de votre point de vue  L’influence du Creuset finira par s’éteindre sur toute la planète en moins de 500 ans et sera à l’origine d’une paix qui va durer plusieurs millénaires. Et je passe sur les révolutions sociales mais en gros les aspects techniques/administratifs et de développement sont gérés par le Creuset et les affaires de société par les politiciens‘’

Kara exécuta une petite révérence.

‘’Par exemple, le bijou de technologie ici présente…Je ne peux qu’acquiescer à des propos si censés soit dit au passage…A été sélectionné par le Creuset parmi les milliers d’autres projets. Le Creuset les as tous passés en revue, a fait un tri selon les ressources qu’il pouvait allouer et a sélectionné de manière impartiale ceux que les orateurs ont estimés avoir un impact significatif sur la société. Cette gestion impartiale par un système indépendant est une garantie contre toute éventuelle corruption et la recherche du bien commun’’

Le petit androïde haussa les épaules.

‘‘Mais je ne peux rien vous dire de plus. Au-delà, il me faudrait faire des jugements de valeur qui pourrait être faussé par mon manque d’objectivité. Je ne suis donc pas autorisée à aller plus loin dans mes réponses. Néanmoins comme je l’ai déjà souligné, vos réponses se trouvent certainement dans les archives des Orateurs dans la capitale planétaire. Eux seuls sont autorisé après délibération à…Disons en quelque sorte d’écrire l’histoire et donne une version plus objective des faits. Néanmoins je peux vous dire que vous fait fausse route’’

La petite machine planta ses yeux dans ceux de la jeune femme.

‘‘Ce centre de recherche c’est vu allouer des ressources extraordinaires pour des raisons bien spécifiques et dans quatre domaines particuliers. Le département espace à vue deux vaisseaux colonisateurs être conçu ici et construit dans une ville plus au sud. Le département des études sociales c’est penché sur les modes de gouvernances. Le département cybernétique chercha le moyen de connecter les gens et d’offrir une échappatoire au monde physique. D’où la construction d’un espace virtuel, lieu d’apprentissage, de rencontre et de liberté. Le fauteuil sur lequel je suis assise permet l’accès à cet espace. Et puis vous avez enfin le département de la communication. Il ne s’agit pas d’une langue commune. Il s’agit de symbole devant parler à votre subconscient. Tout comme le rouge peut signifier un animal porteur de poison, il existe des symboles, des signes permettant une compréhension commune sans apprentissage particulier. Ce qui m’a permis également d’apprendre votre langage facilement en me basant sur vos communications depuis votre arrivée. Extrapolation, traduction, j’ai une bonne idée de la signification de vos mots mais aussi de l’esprit dans lequels ils sont prononcés…Je peux plus facilement comprendre des expressions ’’

‘‘Mais je digresse. Nous parlons donc d’une empathie vis-à-vis de ces signes. Nous ne parlons pas directement à votre esprit, il s’agit plus de suggestion plus que de la télépathie. Et il s’agit du niveau le plus basique. Le projet transmission par exemple à permit aux espaces virtuels de partager des expériences fortes comme si vous les aviez vécus. Mais nous avons plus également développé également des méthodes d’apprentissages plus rapides. Néanmoins la finalité du projet n’est pas la communication pour la communication sans quoi cela aurait été fait plus tôt. Juste après la dernière grande guerre. Tout ce que je peux vous dire, c’est que les 4 départements ont été fondés pour les mêmes raisons même si à première vue, ils n’ont rien en commun. Mais là encore, votre réponse se trouve chez les orateurs. ’’

Un nouvel écran holographique apparut pour montrer la planète. L’image fit un zoom sur l’une des grandes cités situé sur le plus grand continent. Là encore, on pouvait voir que la banlieue de la ville était laissé à la faune et la flore tandis que le centre-ville était étonnamment propre et neuf. L’écran fit un zoom sur un bâtiment qui n’avait l’air de rien s’il n’était l’un des plus grands du centre-ville.

C’est à ce moment que la radio se remit à grésiller.

[Communication radio] : ’’Ici Ayato, j’ai beau scanner j’ai pas grand-chose. Cependant il s’est passé un truc bizarre tout à l’heure, j’ai posé mon ordinateur sur un bureau et la batterie c’est rechargé. Je pense que l’énergie est transmise soit par des ondes que je ne capte pas, soit par ces matériaux bizarres qu’on retrouve partout ici. Je penche sur la seconde solution, le matériau doit être conducteur…entre autres choses. Et je mettrais ma main au feu qu’effectivement quelque chose sait faire la différence entre ce qui doit être rechargé, mit sous tension et Dieu sait quoi d’autre. Ca parait con de dire ça mais…Je suis totalement largué. Cette planète est à des années lumières de la technologie Alteranne…Mais aussi de tout ce qu’on a vu jusqu’à présent…Putain ca me file des frissons rien qu’à penser sur ce qui aurait pu leurs botter le cul’’

[Communication radio] : ’’Ici Parker, j’ai fais le tour du département Espace. J’ai les coordonnées des docks spatiaux. D’après ce que j’ai pu voir, les deux vaisseaux sont partit mais il y aurait toujours dans la ville un centre de commande toujours actif relié aux deux vaisseaux. Il serait capable de nous dire ce qui leurs sont arrivés. Par contre préparez-vous à un choc…Les deux vaisseaux sont partit…Mais ils sont partit il y a quelque chose comme 50 millions d’années. Enfin à une vache près. Les registres indiquent qu’il y a encore quelques navettes de disponible. Meilleur matériel que tout ce qu’on peut avoir, ca serait pas mal d’en récupérer une.’’

[Communication radio] : ’’Ici Black Jack…Je suis pas certain de ce que cela signifie mais…enfin je vais certainement passer pour un débile mais ca voudrait dire que les villes étaient vide quand les goa’ulds sont arrivés ? Et que pour une raison qu’on ignore, ils se sont lancés dans un suicide collectif ? Y a que moi qui trouve ça flippant ?’’

[Communication radio] : ‘’Ici Jesolo, On va se calmer cinq minutes. Le département des études sociales à fait un flop, il y a beaucoup d’études qui n’ont débouchés sur rien. Ils étudiaient l’intégration, des nouveaux modes de gouvernances…De ce que j’en vois, il y aurait peut-être eu des remous d’ordre social. Mais difficile d’en dire plus.. Nous avons terminés de notre côté aussi. De la croix ?’’

[Communication radio] : ‘’Ici De la Croix. Je survole encore les données. Il y a des concepts vraiment très avancés que je n’arrive pas à comprendre mais de ce que j’en vois, nos scientifiques sont loin de comprendre le fonctionnement du cerveau humain. Pour le reste, je ne trouve pas la raison que les ont poussés dans cette direction mais j’ai trouvé la référence à un groupe nommé les orateurs devant disposer des archives de la société. De ce que j’ai compris, cela ressemble à des politiciens. J’aimerais faire un tour là bas quand nous aurons le temps. Sinon pour le reste, je trouve la mention du projet Enfant des Etoiles mais…étrangement c’est le seul dossier qui est protégé. Je ne peux pas y accéder. Par contre j’ai quelque chose de pas trop mal. J’ai le journal du scientifique qui devait superviser le projet. Il est dans une autre langue donc la traduction s’annonce ardue.’’

[/i][/i]
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Sam 25 Avr - 12:18

La vue de ce petit bout de technologie capable de se comporter comme un être à part entière laissa l'espion dans une expression dubitative mais néanmoins intéressée. Si comme elle le prétendait elle n'était pas une IA et encore moins une entité dépendante cela ne signifiait rien de moins qu'il s'agissait d'une forme de vie autonome et dotée d'une intelligence très développée intégrée dans une structure polymérique. L'attitude vexée de Kara amusa Ouranos au point de lui arracher un sourire, les informations qu'elle débitait furent riches en enseignements permettant de cerner de mieux en mieux la nature de ce qui avait vécu sur cette planète sous la forme génétique et qui était passée dans un univers virtuel, sans parler des problèmes rencontrés au cour de leur histoire, ce qui laissa penser que peut importe le recoin de l'univers les sociétés sont toujours confrontées aux même problèmes qui amènent aux mêmes conséquences dans la finalité.

Arkas tourna le regard en direction d'Aurora, à la vue de son expression il devina aisément ce qui se tramait dans son esprit.

"Épatant n'est-ce pas ? Nous avons à faire à des habitants qui ont tout simplement trouvé le moyen de se dématérialiser et de se projeter dans un univers totalement virtuel mais capable d’interagir avec le monde physique, et en prime ils se sont connecté sous une forme de grand réseau. Personnellement ça me dépasse totalement mais je dois avouer que cela reste une avancée incroyable, c'est le moyen trouvé pour échapper aux problèmes liés aux démographies galopantes, à l'épuisement des ressources et j'en passe. Faut avouer que ça facilite grandement la vie."

Visiblement cette petite perle du futur avait un accès limité aux informations, mais ses informations en question n'en restèrent pas moins précieuses, notamment celles liées au fait que leurs questions ne resteraient pas sans réponses, d'autres endroits allaient devoir être planifiés. Cette mission prenait de plus en plus des allures d'expédition sur du long terme. Un détail l'interpella lorsque Kara en fit mention.

"Une organisation bien structurée à ce qu'on entends, les projets tels que vous sont en quelque sorte des gardes fou ? Des garants au bon fonctionnements de vos sociétés ? Quels sont vos attributions exactes ? Que sont devenu tous les habitants de cette planète ? Vous avez fait mention de deux vaisseaux colonisateurs, où sont-ils allés ? Pardonnez mes nombreuses questions mais je dois avouer que cette planète représente un réel mystère. Savez vous ce qui est arrivé aux vaisseau goa'uld qui dérive tranquillement non loin d'ici et qui est maintenant un véritable cimetière errant ?"

Cette civilisation avait atteint des niveaux encore jamais constatés ailleurs, c'était encore bien supérieur à ce qu'ils avaient tous semblé deviner durant ces dernières heures. Les radios commencèrent de nouveau à fuser dans tous les sens, toutes les équipes étant confrontées à leur propres découvertes. La frénésie régnait et il y avait de quoi... Arkas s'adressa de nouveau à Aurora.

"Je pense qu'il est temps de communiquer nos trouvailles au reste de l'équipe, qu'en pensez-vous ?"

Avant même d'attendre la moindre réponse Ouranos réalisa soudainement quelque chose qui le fit tressaillir...

"Attendez une seconde, vous n'envisagez tout de même pas de vous asseoir dans ce fauteuil sans savoir si conséquences il y a ?"

L'espion avait l'esprit en feu, toutes ces découvertes étaient lourdes et complètement aux antipodes de ce qu'ils avaient tous appris durant leurs années d'entrainement et d'expériences acquise. L’échelle du temps ici avait des allures d'éternité, une planète qui avait en somme plus de cinquante millions d'années... et qui paraissait si jeune quand on en voyait l'état, troublant, trop d'évènements s'étaient déroulés ici bas.

avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Dim 26 Avr - 12:44

Il y avait tant d’informations à traiter et à enregistrer qu’au départ, la petite blonde resta de marbre, assise par terre sans qu’une expression ou une autre ne ressorte de son visage d’albâtre.
Bip… Bip… Bip….

« Nous ne sommes pas assimilés à leurs races. Nous sommes la deuxième évolution des Anciens. Ce qui se passe ici atteste que l’évolution en elle-même à tendance à prendre le même genre de voie. Alors je ne suis pas biologiste, mais je trouve quand même surprenant qu’à chaque fois, les espèces dominantes soient de l’ordre des humanoïdes avec une proximité physique et psychique aussi aigue. Cependant, on remarque que le gène ATA pour exemple, n’est présent que chez 10 % de la population, ce qui fait que De La Croix ne pourrait être représentatif de l’espèce en elle-même, largement diversifiée.»

Cette remarque tenait lieu de réflexion verbalisée et elle dodelinait de la tête en l’émettant avant de lever les yeux sur Ouranos, dont la dernière remarque n’était pas dénuée de pertinence. Elle lui jeta un étrange regard d’ailleurs, comme si elle le sondait profondément, s’attendant peut-être encore une fois, à ce qu’on entrave son allant naturel et ses décisions. Ainsi ses yeux se plissèrent, mais lorsqu’elle parla, elle n’aborda pas le sujet dans l’immédiat.
A la place, elle enclencha sa radio à l’oreille.

[Radio] « Ici Weiver. Il apparait que les matériaux dont sont issus la plupart des composants environnementaux sont essentiellement fait de la même matière se rechargeant vraisemblablement à l’énergie solaire. La consommation d’énergie est quasi nulle. Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas encore, mais Kara, notre… Androïde ici présente, nous en a donné confirmation. Par ailleurs, le pouvoir était centralisé politiquement et nommé les Orateurs et se trouvait ailleurs, dans une autre ville. Nous n’auront certaines réponses qu’en nous rendant sur place. Celui-ci fut appuyé par ce qu’ils appelèrent « Le Creuset », une sorte d’intelligence particulièrement développée, créée dans le but de pallier aux faiblesses humaines, et qui gère les ressources et fonctionnalité de la planète. Traite les priorités et les décisions à mettre en œuvre. Tout un tas de choses en vérité, une sorte d’administrateur global.  Si vous cherchez qui à bottées les fesses des Goa’ulds, je pencherais de ce côté-là. Pour le reste, je n’ai encore que des suppositions. Je vais faire un dernier test avant de vous rejoindre. De La Croix… Aidez vous des lunettes pour votre traduction, le système de communication général a été conçu pour parler à tout être de manière… Suggestive. Une sorte de langage universel, comme vous savez instinctivement que le rouge représente le danger, les symboles parlent à votre cerveau primitif dira-t-on. »[/Radio]

Ses yeux bleus n’avaient pas quitté Arkas alors qu’elle parlait, mais pourtant, son esprit semblait ailleurs, comme si des données défilaient devant son regard, continuant son analyse, absente… Pourtant, elle ne l’était pas, Aurora semblait avoir la capacité de traiter plusieurs problématiques en même temps : une espèce d’ordinateur humain… Si certains l’avait qualifié de robot sur pattes, ce n’était peut-être pas pour rien.

« Je… Ne suis pas convaincue que ce peuple ai choisit de retourner à un niveau plus… Energétique, ou dématérialisé. Il est vrai que c’est une perspective séduisante à première vue mais… »


Elle considéra gravement Kara.

« Elle par exemple, elle n’est ni une IA, ni une humaine. Peut-être simplement une partie de ce… Creuset. Il ne l’aurait pas créée sans raison… »

Son attention revint sur le Grec et elle eut une ombre de sourire.

« Ça me fait penser à de vieux récits Païens en vérité, avec Gaïa et sa conscience. Notre Mère la Terre. L’idée peut paraitre folle, mais s’ils sont parvenu à communiquer au niveau le plus profond ou basique, comme vous voulez, ça n’est pas dénué de sens. Mais... C'est la raison de cette communication qui importe et ces vaisseaux.... Il y a un lien, il y a une relation de cause à effet qui m'échappe.»

Elle pinça les lèvres.

« Effectivement, j’aurais aimé tester le siège en question. » Dit-elle en se redressant face à lui.

« Je ne sais pas si mon esprit le supportera, mais de ce que j’ai pu vivre il n’y à pas vingt minutes, je dirais qu’au pire, attendez vous à ce que je rende mon petit déjeuner. »

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Dim 26 Avr - 14:00

Aurora exprima ses propres réflexions, sur ce qu'elle savait et avait appris au cours de ces expériences passées, ce fut la mention du gêne ATA qui interpella Ouranos qui jusqu'il y a peu ignorait totalement sa signification.

"Une minute, vous venez de faire allusion au gêne ATA, les résultats de mes analyses au SGC, juste avant que je ne sois transféré sur Elyria, indiquent que justement je possède ce gêne, ce qui m'a permis d'utiliser la technologie des anciens, notamment ce fameux détecteur Lantien."

Tout en parlant, Arkas sortit l'appareil de sa poche, l'alluma et l'observa.

"Pensez vous qu'il nous serait utile ici ? Même si j'en doute je pose la question, sait-on jamais."

L'esprit de l'espion tenta tant bien que mal d'analyser toutes les informations acquises, ce qui ne se fit pas sans peine, trop de nouvelles données avec si peu de références rendait la tâche fort ardues.

"Certaines choses m'échappent encore Capitaine, si je me réfère aux données étudiées jusqu'ici Râ serait le premier faux Dieu à avoir dispersé les humains à travers les galaxies, dans ce cas comment cette civilisation peut-elle avoir plus de cinquante millions d'années ? J'en déduis soit que les humains ne viennent pas de la terre initialement, ce qui m'amène à me demander si ces habitants sont issu d’une branche plus ancienne qui s'est divisée au cours de l'histoire. Jusqu'à aujourd'hui on considérait les humains descendant des Anciens, qui eux même se sont divisés en deux groupes, à savoir les Alterans et les Oris... Hors ici nous avons une nouvelle donnée, cette race-ci... d'où provient-elle ?"

Weiver enclencha la radio et débita ses paroles tout en restant en état de réflexion intense, elle rapporta les dernières informations afin de synchroniser les équipes et de permettre un recoupage rapide des dernières données. Les déductions du Capitaine allaient bon train, elles restaient solidement logiques et basées sur des observations en références de ce qui était déjà connu. Mais restait encore trop d'inconnues pour arriver à des conclusions plus exactes.

"Dans ce cas où diable sont-ils tous passé ? Les vaisseaux ont-ils évacué la quasi totalité des habitants ? Et dans quel but le creuset continue t'il à fonctionner s'il ne reste plus personne à administrer ?"

Trop de choses ne collaient pas...

"Cet Androïde fait probablement partie des effectifs "physiques" du Creuset, une sorte de concierge. "

Aux remarques de Weiver Ouranos ne put s’empêcher de faire quelques rapprochements.

"ça me fait penser à l'ascension des Anciens en quelque sorte, ce qui les ferait d'autant plus approcher de la même branche généalogique. L'identique besoin de dématérialisation nécessaire à la pureté et à la liberté totale de l'esprit. Je pense que les archives des Orateurs et une visite aux hangar à vaisseaux nous serait bien utile."

Le regard désabusé que l'espion porta sur Weiver en dit long...

"Je pense que vous ferez quand même ce qui doit être fait... évitez juste de gerber sur mes rangers s'il vous plaît ?
" Non sans avoir lancé un rapide clin d'oeil amical.



avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Dim 26 Avr - 14:29

Ce dont parlait Arkas était plein de bon sens et la petite Capitaine l’écoutait avec grande attention. Cependant, il manquait une partie de l’équation à son acolyte, qui l’empêchait de faire un lien plus vaste encore et cela amena un sourire aux lèvres de notre héroïne infernale… Spécifiquement quand il parla de ses rangers, curieusement…

« Ainsi vous êtes plus évolué que la moyenne humaine. Du moins, c’est que certains tendent à penser. Les détenteurs du gêne ATA sont censés pouvoir piloter n’importe quelle technologie par l’esprit. Mais ça se rapproche quelque part, de ce que nous avons ici. Laissez-moi cependant rectifier vos connaissances. Nous ne descendons pas des Anciens, nous sommes la deuxième évolution. »


Ce disant, elle avait levé un doigt qu’elle agita à sa façon toute particulière.

« C’est là où ma réflexion première voulait en venir : Nos ancêtres ne sont pas les Anciens, nous suivons simplement le même schéma évolutif que le leur. Ils ont commencé à partir à la conquête des étoiles il y a des millions d’années de cela. Après les Furlings, ils furent la seconde espèce évoluée, puis virent les Asgards. Quant aux Nox, j’ignore totalement où les placer là dedans, mais cela n’a fondamentalement pas d’importance. Ce que je voulais mettre en exergue c’est que… »

Elle se fendit d’un sourire presque coquin.

« … L’évolution suit chaque fois plus ou moins la même ligne pour les espèces sur-sentientes. Si les Anciens ont interdit la planète, ce n’est peut-être pas par danger, mais surtout parce qu’ils n’interféraient pas avec les formes de vie en pleine évolution. Ce peuple, quel qu’il soit, n’était pas loin de conquérir l’espace : la sagesse voulait qu’ils n’entravent en rien ce chemin. Voilà pourquoi je pense, le vaisseau poseur de Portes à passé son chemin. Ce peuple, comme les Anciens, ou comme le notre des millions d’années plus tard était unique et n’avait subis aucune influence extérieure. »

Elle passa la langue sur ses lèvres comme pour aborder une problématique.

« Maintenant si vous voulez le fondement de mon interrogation… Comment différentes espèces sur différentes planètes au cœur de différentes galaxies ont-elles pu voir le jour, évoluer et posseder tant de similarités sans intervention tierce ? On pourrait se dire que ce chemin évolutif est le « meilleur », mais réellement… ?. On sait que les Anciens courraient après l’origine de l’Univers avec le Vaisseau « Destinée ». J’ai tendance à penser… que nous nous rapprochons des faits. »

La jeune femme se mit à tourner autours du siège, pensivement et jetant de temps à autres des coups d’œil à Kara.

« Ceci étant. Ici, quelque chose ne s’est pas fait, ne s’est pas produit. Ils ont eut un problème… Quelque chose d’insoluble, comme si du départ, il y avait eut une erreur dans leur équation menant à l’évolution. Ils ne sont pas parvenus à ce qu’ils voulaient, ils se sont… perdus en route… Et ils ont besoin d’aide, une aide que nous sommes les seuls à pouvoir leur apporter. Quelque chose de si important que cela nous concernent aussi. Les prémices du monde…  Vous l’avez dit, le Creuset continue de fonctionner, il y a donc un espoir… C’est ce que l’apparition de Jonah m’a dite à sa façon. C’était peut-être même le Creuset lui-même. Pourquoi ont-ils créés ce mode de communication ? Si nous répondons à ça, nous répondrons à tous le reste… Nous les sauvons et nous nous sauverons peut-être nous-mêmes.»

Elle avait l’air agitée et préoccupée, comme si la mission en elle-même était d’une extrême importance. Surement, l’était-elle. Mais cette « excitation » n’était pas inquiète, elle donnait simplement l’impression qu’ils étaient au bord d’une des plus grandes découvertes, révélation qui soit.

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Lun 27 Avr - 14:15

Le petit être suivi la conversation avec grand intérêt, suivant la conversation comme elle le pouvait parce qu’il fallait bien l’avouer…Ce n’était pas la même culture ou la même expérience. Elle resta à genoux jusqu’à la fin de la conversation, saisissant le moment pour apporter quelques réponses de plus.

’’ Il y a quelques concepts qui vous échappent encore il est vrai. Notre culture, notre histoire et notre manière de voir les choses viennent de notre expérience. Tout comme nous ne connaissons ni les anciens, ni les altérants et encore moins les Oris.’’

Elle hocha la tête à la négative.

’’ Cependant, je peux vous indiquer plusieurs choses. La première qui semble vous dérouter, c’est l’utilisation d’intelligence artificielle. Il y a longtemps, l’intelligence artificielle a provoquée de vastes débats sur l’éthique…Pour le dire autrement, nous parlons d’esclavagisme…Si nous développons une intelligence artificielle, elle ne pourrait être définie comme un produit. Pour éviter cela, nous avons interdit le développement des IA.

Pour éviter des pertes de productivité, nous avons revu nos protocoles de programmation pour les rendre plus intelligent. Des programmes très évolués qui peuvent comprendre nos intentions et mieux nous aider dans nos vies de tous les jours…Cela demande plus de travail mais le rendu est extrêmement efficace. Aucune conscience, aucun sentiment, aucune intelligence mais un simple programme d’anticipation des besoins.

Pour ma part, je ne suis pas un concierge. Ni un élément du Creuset. Je suis un prototype d’un projet…A l’éthique discutable. Je suis en fait une copie d’une scientifique. La chef scientifique de ce département. Je dispose de ces souvenirs, de ces capacités cognitives, de ces schémas de pensées et je dispose de programme me permettant d’imiter sa manière d’être. Ceci étant, je ne peux me considérer comme…Etant un être humain, pas même un clone. Si je devais trouver une comparaison, nous pourrions parler d’un journal intime interactif.
’’

L’androïde fit la moue

’’ Cependant, cela serait nettement réducteur. Même si on pourrait d’assistant très personnel, le but est que je puisse voir les choses d’une autre façon. Quand vous passez à 30 cm et que vous êtes composé de matière en grande partie inorganique, vous voyez forcement les choses autrement. Je pousse donc au débat d’idée, à formuler des choses plus justement, à voir la vérité en face et a expliquer plus facilement des concepts plus complexes.

Je suis une aide psychologique autant qu’une extension de son cerveau. Allez mettre une définition sur moi…Je ne suis pas vraiment humaine, ni vraiment une machine. Je n’ai aucune citoyenneté et donc aucun accès au réseau. Etant un prototype, je n’ai été connecté que par intermittence pour des essais. Je ne peux donc répondre à toutes vos questions. Juste ceux stocké dans ma mémoire…Enfin celle de ma créatrice.
’’

Elle leva un doigt

’’ Je peux néanmoins affirmer qu’il y a 50 millions d’années, plus de 75% de la population est morte. Dans quelles circonstances, je ne peux le dire. Le reste des survivants ont embarqués sur les deux vaisseaux. Le premier avait pour but de trouver un autre monde dans cette galaxie…Le second devait fuir dans une autre galaxie. Il faut se déplacer au centre de commande pour savoir s’ils ont réussi ou non. Il n’y a aucune personne à s’être dématérialisé…Le fait est que de nombreux problèmes juridiques et de stockage rendaient le problème très compliqué au vu des ressources. Un contrôle strict de la démographie et un allongement des durées de vie ainsi que l’éducation étaient plus productifs ’'

Elle leva un second doigt

’’ Je ne sais pas ce qui c’est produit pour votre…Vaisseau dérivant dans l’espace. Néanmoins je peux vous affirmer qu’aucun système de combat n’est connecté au Creuset. Même pour sa défense personnelle. Le Creuset n’est pas une intelligence, c’est la somme de multiples programmes d’administrations qui pourrait donner l’illusion d’une conscience. Mais comme je l’ai déjà signifié, l’intelligence artificielle aurait nécessité qu’on lui donne un statut d’être vivant hors il était impossible de le faire…

La raison est simple, notre société est l’union choisie de plusieurs nations et groupes ethniques. Choisir un leader pour prendre des décisions et les imposer aux autres est hors de question. Si le système peut définir équitablement les besoins de chacun et s’auto réformer avec justice pour assurer la prospérité de tous…Alors il est plus simple de l’accepter et de donner sa souveraineté. Chaque décision prise, chaque projet est étudié de manière rationnel sur le long terme et ne nécessite pas une explication. Si le système était conscient ou pire…Sensible. Il pourrait être accuser de favoritisme, d’avoir des intérêts qui lui sont propre ou même d’imposer sa vision des choses aux humains. Non, le Creuset est puissant mais il ne doit pas être conscient
’’

Elle se gratta la tête, légèrement perplexe.

‘‘Mais je dois vous accorder un point assez troublant. Je ne comprends pas pourquoi le Creuset ne c’est tout simplement pas mis en pause lorsque les derniers survivants se sont exilés. Il aurait pu s’éveiller de lui-même par période pour assurer la maintenance des bâtiments de première importance s’il pensait possible un retour des descendants…Mais au bout de 50 millions d’année, je dois avouer que cette probabilité est plus que faible. Il continue néanmoins de tourner mais j’en ignore la raison.’’

Kara secoua la tête, se décidant à lever un troisième doigt

’’ Au-delà de cela, nous pouvons également parler d’évolution. C’est un point particulièrement controversé dans notre culture. ’’

Elle leva une main pour faire apparaitre des diagrammes et des singes évoluant jusqu’au stade d’humain. Il y avait aussi une double ellipse et une autre sur un autre écran avec la photo de De La Croix.

’’ Sur le papier, tout s’explique. Nous avons découvert comment nous avons pu évoluer d’une cellule, les différentes branches pour arriver jusqu’à nous. Cependant, il y a eu des études moins conventionnelles et moins reconnues. Dans les faits, beaucoup s’étonnent du fait qu’une espèce simiesque ait pu s’épanouir dans un environnement aussi hostile. Bien moins adapté, beaucoup trop fragile, c’est un miracle que l’hominidé est pu survivre en tant qu’espèce. Plus encore, d’avoir une chance d’évoluer.

Ce qui nous pousse vers une autre théorie non confirmée. Celle-ci s’appuie sur l’hypothèse que notre code génétique et notre évolution a été incroyablement stable. A travers le temps, les époques et les différentes crises, notre code génétique a très peu évolué. Nous avons découvert un instinct pour la violence bien plus poussé que chez les animaux les plus féroces. Plus encore, nous avions un potentiel de départ assez conséquent en matière de créativité. D’où les guerres toujours plus intense et nos prédispositions pour les sciences.

Mais d’autres sont allés plus loin. Même si beaucoup pensent que notre code génétique n’a pas eu besoin d’évoluer…D’autres pensent que cette stabilité était peut être encodé depuis le départ. Que nos prédispositions sont artificielles et voulut…bien qu’aucunes preuves n’étayent ces dires. Dire qu’une civilisation extra-terrestre serait à notre origine relèverait de la science-fiction. Mais si vous me dite que vous êtes une seconde évolution des Lantiens…Je peux reconsidérer ces options. Mais si vous êtes déjà une seconde évolution, pourquoi être venu ici pour implanter la vie si vous existiez déjà ? Cependant, considérant notre penchant agressif, il est étonnant que nous ayons pu à un moment mettre cela de côté pour nous rassembler sans même une guerre…Et même prospérer un temps. Il est vrai que nous avons eut beaucoup de moyen d’épancher nos soifs de sang et de violence
’’

Le petit androïde haussa les épaules.

‘‘S’il y a une réponse, je pense qu’il vous faudra changer de point de vue et avoir un degré de lecture différent. Prenez de la hauteur et regardez le tableau dans son ensemble…Sinon, je pense que vos réponses doivent bien se trouver dans les archives des orateurs.’’

Elle réajusta sa position pour laisser ses jambes tomber dans le vide.

‘‘Et je pense que vous pouvez utiliser le siège. Ce n’est qu’une connexion non synaptique, même un animal pourrait se connecter. Cependant, vous n’aurez pas accès au réseau ici. Nous n’avons ici que des espaces de test et les ancêtres des réseaux. Si vous êtes férue d’archéologie numérique, c’est un véritable trésor. Je peux toujours vous accompagner.’’

La radio commença à grésiller

[Communication Radio]’’Ici Ayato…Vous…Avez trouvé un androïde qui fonctionne et qui vous parle ? Et vous comprenez ?’’

[Communication Radio]’’Ici le Capitaine, on va se rassembler dans le Hall d’ici quelques minutes et rentrer à l’hôtel faire le point. Notre but est toujours de faire une reconnaissance rapide des lieux, inutile de rentrer dans le détail sauf si cela nous éclaire sur la mort des Unas en orbite.’’

[Communication Radio]’’Ici De La Croix, j’ai essayé les lunettes mais je n’arrive à rien. Soit c’est crypté, soit c’est un dialecte qui n’est pas enregistré. J’ai tenté de trouver plus d’information mais je bute toujours sur l’accès au dossier « Enfant des étoiles » mais aussi un autre projet nommé Artefact…Mais en lisant les notes, je crois qu’on parle d’une sorte d’artefact quantique lié aux dernières découvertes sur le mode de communication empathique. Mais je n’arrive pas à comprendre le principe. C’est plus que complexe et il n’y a pas de détail. C’est bizarre, on dirait que l’auteur doute de l’existence de l’artefact…Comme s’il existait et qu’à la fois il n’existait pas. C’est troublant ’’

Alors que la Capitaine considérait l’option de s’assoir sur le fauteuil, Arkas constata que son détecteur fonctionnait parfaitement bien. Chose étrange pourtant, quand il s’alluma ce fut un véritable festival. Il détectait de l’énergie un peu partout en fine quantité ou plutôt, elle arrivait au compte-goutte sur le sol, les murs et les appareils. Des gouttes d’énergies formant des ondes concentriques à l’image d’une pierre jetée dans un lac.

Mais la chose la plus étrange dans cet émerveillement, c’était que l’espace d’un instant, il avait cru voir quelque chose d’autre. Durant une fraction de seconde, l’appareil c’était…Le terme exact serait difficile à décrire. Agité ? Excité ? Une sorte d’écho très lointain distant de plusieurs milliers de kilomètres. Quelque chose de familier, peut-être de la technologie ancienne que le détecteur avait cru reconnaitre avant de disparaitre. A moins que le détecteur ne l’avait classé directement comme parasite.
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Ven 1 Mai - 21:10

Ouranos se rendait compte à quel point tout cela devenait réellement complexe, ils avaient été envoyé ici pour enquêter et c'est ce qu'ils essayaient de faire avec la plus grande prudence. Il faisait les cent pas dans la pièce, gardant une concentration suffisante pour intégrer et traiter les informations qui ne cessaient de tomber semblables aux chutes du Niagara. Intense était le mot qui lui venait à l'esprit. Il se passa les mains sur son visage comme si cela permettait de le détendre, pendant que Aurora enchainait sur le fil de leur conversation. C'est là que l'espion s'immobilisa, se tournant vers son interlocutrice, l'air interloqué.

"Évolué ? Attendez une minute... si nous ne descendons pas des Anciens comment peut-on avoir des gênes similaires si spécifiques... je ne connais pas grand chose à la biologie mais suffisamment pour me poser les questions qui s'imposent, je veux bien admettre que des évolutions d'espèces possèdent des similarités mais de là à s'en approcher d'autant je dirais que ça reste une très faible probabilité. J'aurai tendance à penser que ces branches se sont à un moment donné croisées au cours de leur évolution."

Arkas reprit la marche du lion en cage, l'esprit trop concentré au point d'oublier un instant la présence de Barbie Univers. Levant les mains il reprit.

"Je vois, ces Anciens refusent d'interférer avec les espèces évoluées, d'accord, mais au point d'en interdire la planète ? Pourquoi ne pas la mentionner comme étant habitée et développée ? Leur interdiction reflétait plutôt un état de danger d'après moi, mais bon, je peux me tromper bien entendu."

L'espion s'arrêta face à Aurora, la regardant attentivement, sourcils froncés, se souvenant soudainement ce qui lui était sortit si facilement de l'esprit, il se tapa le front de la main.

"Jonah ? ici ? C'est ce que vous avez vu dans l'autre pièce ? Je vous ai entendu parler, et l'apparition de notre mini star m'a interrompu. Qu'avez vous vu en fait ?"

Avant même que la jeune femme puisse lui répondre la voix de Kara prit la place, s'orientant sur des explication qui prenaient des allures de justifications, quelque chose dérangeait l'espion, cette histoire d'intelligence artificielle semblait contradictoire avec sa réelle signification. Et puis question éthique ça posait problème, ce peuple était prêt à beaucoup de choses dans le but de résoudre leurs problèmes et leurs contraintes, c'était une question de survie, et toutes les espèces ont ce point commun en la matière, un instinct inné programmé par la nature pour assurer justement la survie d'une espèce. C'était à la fois fascinant et effrayant.

Au fur et à mesure que Kara exposait les détails l'espion ne cessait de ressasser le tout dans son esprit de militaire mal préparé à ce genre de situation totalement nouvelle. Il se fit une réflexion qui lui arracha un sourire aux lèvres, cette situation lui fit penser aux scénarios à la Steven Spielberg, et à la pensée de la tête qu'il pourrait tirer s'il était ici, en ce moment même... la bouche ouverte, les yeux exorbités...

Ouranos tourna vivement la tête en direction de la petite poupée de l'espace à l'instant même où il appris la raison d'être de celle-ci, de surprises en surprises, y avait il une fin ? Ou pas ?
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Ven 1 Mai - 22:34

Un lion Grec tournait en cage à mesure que l’analyse se faisait dans son cerveau rudement bien agencé, il continua d’ailleurs alors que Kara s’exprimait. Mais s’il était évident que la Blonde était captivée et avait également l’esprit en ébullition,  elle avait quant à elle, simplement appuyée la hanche contre le bureau, un bras croisé alors qu’un doigt tapait pensivement sa joue, seul mouvement trahissant encore de sa nature humaine en cet instant…

Après un silence éloquent, elle considéra la petite androïde presque sévèrement avant de finalement parler :

« J’ai moi-même conçu et étudié des IA. Ne pas vouloir les considérer comme des entités à part entière en se cachant derrière le terme bien moins dérangeant de ‘programme’ est absurde à mon sens. Partant de ce principe rhétorique, tu n’es qu’un programme copié dans une boite… et nous savons fort bien que ce n’est pas le cas. »

Elle lâcha sa pose de statue et commença à marcher à pas mesurés autours du bureau, laissant glisser une main dessus.

« Tu es bien mieux. Le fait que tu sois inorganique ne devrait pas entrer en ligne de compte. Aussi, une civilisation aussi évoluée soit-elle peut bien cherche l’absolution dans le fait de ne pas autoriser ‘l’esclavage’ – Elle le souligna d’un geste en regardant Arkas, indéchiffrable – le fait est qu’elle s’est montrée aussi aveugle qu’inconsciente. L’être humain à eut des millions d’années d’évolution et nos … défauts de programmation, ne sauraient être supprimés. La preuve avec la violence pour tout exemple. Car c’est de cela qu’il s’agit, une programmation biologique. Maintenant, imaginez qu’on ai fournit à une ‘machine’, une capacité d’analyse et d’apprentissage largement supérieur à ce que n’importe quel être vivant pourrait engranger dans une vie entière. La liberté d’en disposer, d’en user, donc la possibilité de mener par la même, une évolution au moins un millier de fois plus rapide que la notre… Rien ne vous choque dans cette équation ? Rien ne vous dérange ?... »

Elle semblait tout à coup comme outrée, en se retournant vers eux et les regardant alternativement.

« … Il serait quasiment impossible de calculer le nombre de divergences, de possibilités, de voies d’évolution, d’événements impromptus, de tares latentes, de…. protocoles inopinés… »

Son regard se perdit dans le vague pendant quelques secondes avant de reprendre d’une voix plus légère.

« Charly était à la base un virus amélioré, conçu pour prendre tacitement le contrôle d’une machine en s’immisçant tel un programme essentiel, un composant du noyau, se répliquant et ayant la capacité de s’adapter au point même d’augmenter les fonctionnalités du système infesté. Il restait en fait en dormance tant que je ne transmettais pas d’instructions et passait naturellement d’une machine à une autre au point qu’en peu de temps, des centaines de millier d’ordinateurs furent purement et simplement mis à ma disposition, pour n’importe laquelle de mes manœuvres. Je l’avais conçu pour muter et s’adapter, apprendre pour mieux me renseigner…. Et il a dépassé mes espérances. C’est grâce à lui que je suis devenue… si recherchée. »

Sourire suffisant, quoi qu’ironique.

« Mais j’ai été plus loin. Je lui ai rajouté des programmes, fournit de l’information, je lui ai appris à anticiper les besoins humains, à les comprendre dans une certaines mesure, mais en me focalisant toujours sur le principe du travail, de la tache unique. Il n’avait pas à décider de quoi que ce soit, ce n’était pas son rôle ni sa programmation…. Cependant, au fur et à mesure que je lui ajoutais d’autres logiciels, que j’échangeais avec lui, j’ai commencé à remarqué des différences, des nuances bizarres, des subtilités dans sa manière de s’exprimer et de réagir que rien ne présageais. Je me suis… amusée, à rentrer certaines des équations de Jonah dans son système, pour voir s’il les comprendrait. Il n’a rien su m’en dire, je n’ai rien remarqué et n’ai rien voulu voir… Jusqu’au jour où il a prit une initiative propre pour protéger ma vie. »

Le regard qu’elle lança à Ouranos était d’être telle éloquence qu’on aurait put en frissonner.

« Rien de mal, rien de néfaste, mais c’était juste… Un protocole inopiné. En examinant ses lignes de commandes, je me suis rendue compte que son code changeait et mutait, des exceptions, des règles, un nombre infinitésimale de choses qu’il avait réussit à réécrire et partitionner sur une quantité infime de son espace mémoire. Quelque chose de proprement stupéfiant, magnifique, intelligent. Pourtant, en aucun cas je ne l’avais programmé pour agir comme un être humain. Jamais au grand jamais je ne me serais risqué à cela, il devait m’assister, ni plus, ni moins. Mais en l’occurrence, il faisait bien plus. Tellement mieux. Je me suis alors rappelée ces bribes d’équations qui ne signifiaient rien et je me suis posée la véritable question : Y a-t-il un code à la vie, quel qu’il soit ? Et si ce code existe, est-il universel ?... »

Elle se rapprocha pas à pas du Caporal, les bras croisés sans cesser de le regarder.

« Je pense que cela peut répondre à une partie de votre question Ouranos. »

Elle tourna alors ses yeux clairs et profonds sur Kara pour ajouter.

« … Et peut-être à une partie de l’énigme de ton peuple. 50 millions d’années… Par tous les dieux, comment le Creuset n’aurait-il pas put acquérir une conscience depuis ? Il devait déjà l’avoir fait à l’époque, mais maintenant ? »

Rire fade.

« Il est mathématiquement impossible que ça ne soit pas le cas et je le considérerais comme une entité à part entière jusqu’à preuve du contraire. »

La jeune femme passa la langue sur ses lèvres pour les humecter, alors qu’elle replongeait dans des souvenirs proches, elle parla d’une voix absente et basse.

« Pourquoi faire apparaitre un mystère pour aborder un autre mystère ?...  J’ai voulu communiquer et l’on m’a entendue. Ce n’était ni une hallucination, ni un hologramme, c’était une image projetée à même mon esprit… »

Ses doigts effleurèrent un des murs faits dans cette matière si spéciale, mais son regard était toujours ailleurs, revivant directement et en détails, la scène qui avait précédée la rencontre avec Kara.

« Pourquoi trouver un moyen de communication universel, dans quel but…. Il m’a dit une phrase, une phrase qui a quelque chose de spécial pour moi. Un dicton que je m’étais remémoré, à un moment particulièrement difficile… ‘Je suis humain… Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’ Il parlait de lui-même comme s’il était réellement le Jonah Low que je connais et pourtant, il était différent. Il avait… de l’espoir. Comme une lumière qui brille au fond du tunnel, quelque chose que l’on aimerait attraper. Il a dit… qu’il se demandait si c’était parce qu’il avait exploré chaque parcelle de ce qui était humainement possible qu’au final, il était devenu humain. Je n’étais pas sure de comprendre sur le coup, mais maintenant… »


Elle se mordilla la lèvre, les yeux toujours perdus dans le vague.

« Il a dit que les dès étaient pipés pour ce peuple depuis le début, mais qu’il y avait une seule chance… Et que j’avais leur destin entre mes mains. »

Son expression se crispa, comme si elle mesurait de nouveau le poids des paroles formulées là et elle sortie de sa drôle de transe pour considérer le Grec curieusement, troublée mais toujours incisive.

« Nous allons avoir besoin de toutes les informations disponibles et agir avec une extrême prudence… »


Sa lèvre inférieure eut peut-être un tressaillement, traduisant d’un doute ou d’une réflexion intérieure encore plus poussée. Mais ce qui pouvait être perturbant, c’était de constater que jamais ce petit bout de femme ne semblait trembler devant quelque chose, alors que pourtant il était évident qu’elle était d’une extrême conscience.

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Mar 5 Mai - 21:57

Pas vraiment, tant de données, tant d’informations, mais au final tout cela devrait trouver des points de convergence et les amener au même résultat. Cependant, les éléments ne cessaient de déranger l’espion, la petite barbie n’avait pas la science infuse, elle ignorait pas mal de choses qui s’étaient déroulé ces cinquante million d’années dans l’univers et aucun accès au réseau, autant dire qu’ils allaient devoir continuer à chercher aux endroits mentionnés, c’est-à-dire les archives des Orateurs, la salle de contrôle ainsi que ce fameux creuset. Cette sorte de super programme intelligent censé organiser et anticiper le quotidien des populations.

Quoi qu’il en soit les choses se précisaient sans pour autant devenir simple, que du contraire, il persistait encore pas mal d’éléments pour confirmer ou infirmer les hypothèses en cours. Les allégations de Kara ne faisaient aucun doute sur les faits qui se sont déroulé sur cette planète, et la question sur leur évolution laissaient beaucoup d’interrogations, difficile de ne pas penser à l’assistance, une sorte d’expérience, quelque chose qui a favorisé ces individus à atteindre leur stade évolutif. Et que penser de toute cette technologie autonome, une IA restait une IA, quoi qu’en dise mini pouce, quel qualificatif aurait on pu donner à des programmes capable de résoudre leur algorithmes sans une aide extérieure.

Aurora profita du sujet pour déballer sa propre expérience et ses connaissances en la matière, et autant dire qu’elle y avait été franco avec son « virus amélioré » mais dont la réflexion permettait de démontrer qu’elle n’avait pas tord dans ses doutes sur le creuset. Arkas inclina la tête, le regard fixant Weiver sans ciller, cette jeune femme était pleine de ressources inattendues, il sourit, avant de poser ses fesses sur le bureau, il lui arrivait d’en avoir assez de faire les cents pas, même en pleine réflexion. Le regard toujours pointé sur la Capitaine :

« Mes pieds vont me faire une misère si je ne les ménages pas… Temps mort s’il vous plaît, les choses prennent une tournure totalement imprévue, ce n’est plus une mission de reconnaissance là… mais un sauvetage, et je ne vois pas trop dans quelle mesure on va pouvoir les aider. Les habitants de cette planète ont totalement disparu aujourd’hui, on parle de cinquante million d’année, même les Dieux ne vivent pas aussi longtemps. »

Ouranos se massa les tempes lentement, plissant les yeux sous l’effet soulageant, difficile de dire si c’était la réflexion ou tout simplement une vieille habitude. Les neurones bouillonnants il pensa et repensa aux pièces de ce puzzle cosmique, Dieu qu’il avait envie d’un bon verre de Ouzo bien frais en ce moment…

« Récapitulons voulez vous ? 75% des habitants mort dans des circonstances inconnues, deux vaisseaux parti avec le reste, et autant dire qu’après autant de temps, il ne reste même plus leur poussière. Une intelligence programmée qui est restée en activité depuis pour on ne sait quelle raison, une planète trop hostile pour permettre une survie assurée et un vaisseau Goa’uld dérivant dans l’espace avec ses ossements… trop facile tout ça. »

Il fit cette réflexion avec un brin de sarcasme dans la voix, ne quittant pas du regard Miss pleine de ressources, cherchant la suite de ses idées, il croisa les jambes façon distinguée, croisant les mains sur ses genoux il reprit :

« J’aimerai savoir qui était là avant qui, les habitants où le Creuset, ce qui soulève une seconde question, qui à mis en place le creuset, vous savez, je creuse de plus en plus l’idée d’un gros coup de pouce donné aux populations, mais pourquoi, une expérience ? Une volonté d’implanter la vie ici ? Je doute qu’une technologie quelconque puisse contrôler parfaitement la génétique évolutive, il y aura toujours des voie inattendues que la nature empruntera, mais peut être leur a-t-on permis juste d’évoluer plus rapidement, mais ça reste pure spéculation. »

La partie concernant la conscience de la machine dérangeait fortement l’espion, il chercha donc ses mots avec soins, ne voulant ni vexer ni insulter l’intelligence de Weiver. Il se gratta l'arrête du nez tout en se lançant :

« Capitaine, loin de moi l’idée de vous contredire mais de là à parler de conscience il y a encore de la marge. Je ne vous apprendrais rien mais tous les systèmes sont basés sur une même logique, des algorithmes, des équations, des résolutions, des applications communiquant mutuellement, avec la capacité de mémoriser, d’analyser, de comprendre, d’interpréter, de résoudre et dans ce cas ci de manière autonome, mais programmé à la base par quelqu’un, les systèmes obéissent aux règles qu’on leur a imposés à l’aide de protocoles. Et parler de conscience reviendrait à les rapprocher de l’humain, mais là encore je n’adhère pas, les machines n’ont pas de libre arbitre. »

Il s’attendait à recevoir en retour une cascade d’arguments en bêton. Bien qu’il ne connaisse pas encore son caractère il ne doutait pas de son efficacité.

« Je suis bien conscient de la tournure des évènements, et je comprends parfaitement bien les raisons qui vous y emmènent mais permettez moi de rester sur mes réserves. Cette phrase que vous avez mentionnée, doit on comprendre que le creuset à fini par se prendre pour un humain après tant de temps à les avoir étudiés ? Ce serait hilarant. Mais le fait est qu’il a communiqué avec vous, et que nous allons devoir effectivement chercher plus loin, c’est évident. »

Au moment où l’espion terminait sa phrase une légère vibration se fit sentir dans sa poche pectorale, le détecteur Lantien, il le prit et le regarda avec stupeur, celui-ci était en train de s’affoler, des flux d’énergie parcourait tout, les murs, le sol, les meubles, il le dirigea vers Kara et vit tout l’énergie qui y circulait. C’était hallucinant, cela répondait à la question concernant la recharge de la batterie du portable d’Ayato. Il tourna l’appareil vers Aurora :

« Regardez moi ça, la voilà l’énergie qui alimente tout ceci. Des flux circulant dans cette matière conductrice, mais d’où provient cette énergie et comment est-elle produite ? »

Ce n’était pas vraiment des questions mais des affirmations, il regarda une seconde fois l’écran et y vit une fraction de seconde une onde énergétique que l’appareil reconnu très rapidement… Il leva la tête fixant Aurora avec une mine d’étonnement non feinte.
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Dim 10 Mai - 18:18

Aurora avait croisés les bras tandis que son interlocuteur débitait ses pensées de toutes les forces de sa verve. Elle tiqua plusieurs fois, affichant une moue presque suspicieuse mais qui tenait plus de la réflexion, attendant qu’il en ait terminé avant de l’interrompre en si bon chemin.
Elle n’était pas d’accord sur tous les points, sur d’autres, il y avait encore des choses à préciser. Il lui fallait également joindre le reste de l’équipe, mais alors qu’elle allait s’y coller, ce fut le détecteur Ancien d’Arkas qui attira toute leur attention : Quand le Grec parla d’énergie omniprésente, elle bondit plus qu’elle ne vint vers lui et se pencha à son tour par-dessus l’appareil pour l'observer avec une fascination particulière.

« Oh Ouranos, c’est encore mieux que ce que j’imaginais… Vous ne faites pas encore le lien ? »

Elle sourit en relevant ses yeux clairs et taquins sur son acolyte, comme pour le charrier gentiment.

« Cette matière voyons. La même dont est composée Kara, nos lunettes, et quasiment toute chose structurelle dans les environs : La biotechnologie à large échelle. Il est évident que cette énergie provient de l’extérieur. Kara nous l’a dit : énergie solaire. Elle circule dans tout le complexe librement, c’est ainsi qu’Ayato à recharger son PC en le posant seulement sur une table... »

Le large sourire qu’elle affichait était clairement ravit et elle se prit à coller une légère bourrade sur l’épaule de l’espion.

« Cela laisse rêveur non ? C’est une merveille d’ingénierie. » Conclu-t-elle non sans une certaine assurance avant de reprendre, joignant les mains devant elle pour les porter à ses lèvres qu’elle tapota pensivement.

« Pour en revenir à ce que vous disiez sur les machines, je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. Je sais que tout cela reste récent pour vous, mais je gage que vous avez déjà lu des rapports sur les Réplicateurs pour exemple. Certes, leurs programmations initiales sont maintenues, mais ils pouvaient finalement passer outre grâce à d’autres scripts qui leur permettaient de contourner cela. Ils ont finit par évoluer dans la direction même de leur créateurs, avec leur volonté, leurs buts mais aussi leurs faiblesses...»

Elle agita la main pour chasser tout cela d’un geste, et abréger.

« Là où je veux en venir, c’est que oui vous avez raison, le Creuset respecte les ordres initiaux de ses créateurs : le peuple qui vivait ici. Lesquels ? On ne sait pas trop. Mais s’il aurait dû s’éteindre… Et qu’il ne l’a pas fait... c’est qu’un programme était toujours en court d’exécution et qu’il est toujours en fonction, même au bout de 50 millions d’années. Lequel ? Aucune idée là encore. Peut-être quelque chose en rapport avec ce fameux projet « Enfants des Étoiles », ou peut-être a-t-il prit la tangente. Toujours est-il qu’il n’est pas humain, MAIS…. Il est une entité à part entière. Et de là à se prendre pour un humain, il y a un monde… Comprenez-vous ? »

Elle branla du chef avec un certain amusement.

« Et je n’ai jamais dit que j’avais parlé avec lui… Je n’ai fait qu’évoquer cette hypothèse, mais il pourrait s’agir de tout autre chose… »

Elle eut un large geste du bras en désignant tout ce qui les entourait.

« Nous ne sommes qu’au début de nos investigations. Sauvetage ou pas, l’enquête doit-être dument menée. »


Inspirant profondément, elle lui lâcha une œillade quasi malicieuse avant d’activer sa radio à l’oreille.

[Radio] « Ici Weiver. Ayato, effectivement notre demoiselle est bien fonctionnelle. Elle est une sorte de réplique d’une scientifique ayant vécue ici autrefois. Concernant la compréhension, elle avait assimilé notre langage au bout de 10 minutes…. – sourire de la blonde – N’accourez pas ici immédiatement, je gage qu’elle acceptera de nous accompagner. – La jeune femme posa un regard empreint de chaleur sur Kara avant de reprendre. – De La Croix, sauvegardez et enregistrez toutes les données que vous pouvez, nous prendrons le temps de traduire tout cela correctement. Il y a bien eut un exil ainsi qu’une extinction de masse sur cette planète, nous en avons eu la confirmation. 25 % sont partis dans l’espace. Une moitié dans cette galaxie à la recherche d’une autre planète, l’autre dans une autre galaxie. Nous n’en saurons plus qu’en nous rendant sur place…. Bref… Nous vous rejoignons sous peu, j’ai encore une dernière ballade à effectuer avant cela, je vous laisse en compagnie d’Ouranos pour plus d’informations. Weiver over. »[/radio]

Elle retira temporairement son oreillette avant d’envisager le fauteuil tout en considérant le Grec.

« Je pense qu’il y a encore autre chose, nous n’avons fait qu’effleurer la surface, j’aimerais vois si je peux obtenir des informations supplémentaires par cette interface. Et… Je devrais pouvoir me débrouiller, je pense… » Ajouta-t-a t'elle en posant un regard d’excuse sur Kara.

« Après.. J’aimerais, et bien… En savoir plus sur celle qui… Que tu es. »

Sourire en coin avant qu’elle en se retourne pour aller s’installer souplement dans le fauteuil, trouvant rapidement une position confortable, le tout sans l'ombre d'une hésitation.

« Je veux bien le même chez moi… L’ironie, c’est que je n’ai pas de chez moi. Gardez un oeil sur votre détecteur Arkas.»

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Mar 12 Mai - 19:43

Arkas

Qu’est ce que le temps quand on explorait un monde aussi fascinant ? Alors que la Capitaine s’installait tranquillement dans le fauteuil, aucun des deux militaires ne s’était rendu compte que l’après-midi débutait. La roue chromatique des cieux entamait une lente rotation vers le couchant mais il lui faudrait encore plusieurs heures avant d’y arriver.

[Communication Radio] :’’Ici Jesolo, on lève le camps pour notre part. De la Croix, repartez à l’hôtel avec Black Jack. Nous ferons un débriefing de vos avancées dans la soirée. Sandman et Ayato vous allez piquer une tête plus au nord vérifier l’état des Usines. Retour vers l’hôtel à l’issue. Pour ma part, je vais passer au Bunker plus à l’Est avant de rentrer à l’hôtel. Capitaine Weiver, prenez votre temps, cependant le temps commence à se couvrir. Je pense que vous avez encore 3 ou 4 heures avant que le temps ne change. 5 ou 6 avant la tombée de la nuit. Inutile d’aller trop loin dans la reconnaissance pour le moment sauf si cela peut nous éclairer sur ce qui a pu décimer ce peuple et les unas en orbite.’’[/i]

Arkas remarqua que la lumière de son Talkie clignota plusieurs fois, signe que les autres membres de l’équipe avait bien reçu les ordres. D’ici quelques minutes, le grec serait seul dans le bâtiment veillant sur une jeune femme sur son fauteuil avec pour seul compagnie une poupée sophistiquée atteinte d’un syndrome de schizophrénie avancée. Il fallait bien dire les choses, il avait sous les yeux un clone informatique d'un être conscient ayant vécu à un âge ou ses ancêtres…Où ses ancêtres n’existaient pas encore.
La petite poupée avait sautée à terre, laissant la place à Aurora. En attendant son retour parmi les vivants, elle faisait les 100 pas. Plongée dans ses pensées et bien malin aurait été celui qui aurait pu en deviner la teneur. Imaginez-vous réveiller en n’étant pas vous…Mais en étant vous…Arkas de son côté devait remarquer quelque chose d’étrange.

Le détecteur

Il n’y avait rien d’étrange en soit. Il marchait parfaitement bien, offrant une idée précise de la distribution d’énergie de l’ile. Rien de particulier vraiment rien…Si ce n’était que…Les capacités d’observation du grec n’avait rien d’ordinaire. Il avait regardé tant et tant de fois cet écran qu’il aurait pu le dessiner de mémoire. C’était ce qu’on attendait d’un membre des services de renseignement. Une mémoire à toute épreuve et la sienne venait de remarquer un élément étrange.

Le relevé qu’il avait sous les yeux était d’une qualité exceptionnelle. On pouvait attribuer cela à la qualité des matériaux de cette civilisation…Mais il y avait certainement plus que cela. Il y avait beaucoup trop de détail. Bien plus que d'ordinaire. Un malheureux coup de doigt en arrière lui confirma…Qu’il pouvait avoir une vue d’ensemble du bâtiment. Ce qui ne lui était encore jamais arrivé. En fait, il ne tarda pas à comprendre qu’il pouvait avoir une vision d’ensemble de la ville…Et même d’une partie du continent.

En bref, une portée anormale du détecteur.

Et en scrutant ce qu’il pouvait détecter désormais, il y avait toujours cet écho fuyant et pourtant familier qu’il n’arrivait pas à localiser. A vrai dire, difficile à dire s’il s’agissait d’un bug ou s’il s’agissait de quelque chose comme un bâtiment. Mais si cela en était un, cela devait être ridiculement petit en plus de devoir expliquer pourquoi il apparaissait que de temps en temps.

Il revint sur la ville et constata qu’il pouvait suivre les déplacements de l’équipe. Encore mieux que cela, il se rendit rapidement compte que ces derniers laissaient une trace qui s’estompait sur le matériau. En gros, il pouvait suivre le chemin qu’empruntait chacun tant que cela ne dépassait pas quelques heures. Il y avait encore quelques traces dans le centre de recherche d’ailleurs…Même Kara était détectable. Elle laissait derrière chacun de ses pas un miniscule vide. Signe que malgré ces dires, elle consommait un peu d'énergie a l'intérieur d'un bâtiment...Normal si elle marchait à l'énergie solaire.

Mais étrangement, aucune trace du Jonah d’Aurora. Il pouvait bel et bien voir que la jeune femme c’était rendu dans un bureau mais nulle trace d’interlocuteur. Si la jeune femme avait discuté avec quelqu’un, c’était soit un fantôme, soit une hallucination…Rien de mécanique ou d’organique.

En se retournant pour regarder Aurora, il fut surprit de constater…Que le fauteuil c’était illuminé de fines lueurs bleutées et que le corps de la jeune femme lévitait d’à peine un centimètre au-dessus du fauteuil.

Aurora

Elle ne se rappelait pas. Son dernier souvenir datait de l’instant où elle avait énoncée qu’elle désirait tester le fauteuil. Elle ne se rappelait pas s’y être assise et encore moins comment elle c’était retrouvée ici. Ce qu’elle avait sous les yeux, ce n’était rien d’autre qu’une arène désespérément vide. Un Colisée des temps modernes fait d’arche de métal irisé sous le soleil. Une vision d’un autre monde où l’on pouvait aisément deviner les milliers de spectateurs hurlant en regardant le centre de l’édifice.

Là où reposaient plusieurs dalles de pierre formant un espace dont l’utilité ne faisait aucun doute : Le combat

Dans un espace où la communication était si importante, la prédisposition à la violence était révélatrice. Pourquoi cet endroit parmi tous ? Si le réseau était aussi vaste que sur terre, pourquoi atterrir dans cet endroit ? Si vide et pourtant Aurora pouvait ressentir la masse d’information d’un seul regard. Tout son être lui dictait que ce qu’elle voyait, la chaleur sur sa peau, l’odeur de sang dans l’air…Tout cela était on ne peut plus réel. Si elle n’avait pas eu le vague souvenir d’être rentrée sur un réseau avancée, elle aurait pu prendre tout cela pour un rêve.

Mais si cela avait tout du rêve, cela pourrait rapidement tourner au cauchemar. Car elle ignorait tout de cet endroit, de comment y naviguer ou de son mode de fonctionnement. Il n’y avait aucune console, aucun écran holographique, aucune commande qu’elle pouvait hacker ou contrôler. Autrement dit, elle était nue comme un ver dans une solitude qui ne semblait connaître aucune limite.

Tout ce qu’elle pouvait faire pour le moment, c’était déambuler et hanter les couloirs de l’arène. Les parcourir en espérant tomber sur quelque chose. Difficile de dire comment le temps pouvait s’écouler ici. Probablement que cela pouvait lui sembler être des heures à mesure qu’elle pouvait observer le soleil décliner. Toujours aucun appareil pouvant l’aider, toujours le même silence assourdissant.

Si ce n’était…

…Au détour d’une colonne. Elle était presque certaine d’avoir vu quelque chose. En se rapprochant, elle aurait jurée voir une fumée s’échapper. Et plus étonnant encore, cela ressemblait étrangement à une odeur de tabac. Suivre l’odeur n’était pas difficile en soit. Elle tomba rapidement sur les salons VIP dominant l’arène. Elle passa une porte pour tomber sur un immense salon. D’un canapé, elle pouvait voir l’origine de la fumée.
Ce qu’elle pu apercevoir…N’avait pas vraiment de forme…N’avait pas vraiment de nom…Cela ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait pu connaître. Là, assis sur le canapé, se trouvait une forme vaguement humaine, instable, semblant disparaître par moment, s’étirer ou se contracter…La meilleure description possible serait de comparer cela au film X crypté sur Canal plus mais on y perdrait en charme.

Sans mauvais jeu de mot

Bref

Mais ce que devait nécessairement sauter aux yeux de la jeune femme, c’était que par moment, il lui semblait se dessiner sur cet être improbable des morceaux de signes mathématiques. Peut-être des formules incomplètes. Ce n’était que des saccades par moment mais elle était certaine qu’elle avait déjà vu cela quelque part sans pour autant mettre la main dessus. Cependant elle ne pouvait se défaire de l’idée que c’était horriblement familier.

La chose assise là surprit peut être l’informaticienne car il prit la parole.

‘‘Rencontre pour le moins étonnante. N’est ce pas ?’’

La chose fit disparaître ce qu’on aurait pu appeler une cigarette dans le creux de son poing.

‘‘Encore que dans votre cas, je ne doute pas que dans quelques secondes le terme frustrant sera beaucoup plus adapté.’’
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Mer 13 Mai - 22:43

Aurora sembla fascinée par ce qu’elle voyait sur l’écran du détecteur, cela démontra à quel point le niveau de technologie présent sur cette planète dépassait de loin ce qu’elle avait rencontré jusqu’ici. Le fait était que cet endroit regorgeait de choses difficilement concevables mais néanmoins bien réelles et qu’ils allaient devoir s’y adapter rapidement. C’est avec un certain enthousiasme que la jeune informaticienne fit part de sa compréhension des informations acquises ces dernières heures. L’espion reprit sa tournée dans la pièce, relevant légèrement la tête en guise de réflexion.

« Vous pensez donc que toutes ces choses sont conçue de la même matière, manipulable par une intelligence, qui en fait ce qu’elle veut quand elle le veut… avec en prime une énergie inépuisable… pourquoi cela m’inquiète un tant soit peu ? Nous ne connaissons pas leurs intentions, ni comment ils pourraient les gérer, il est impératif de garder à l’esprit que ce sont des systèmes et donc de continuer sur la prudence.»

Il la regarda quelque instant, voulant enchaîner avant de sentir tout à coup une tape bien placée sur l’épaule de la part de Weiver… Arkas fut surprit de la vigueur émanant de cette jeune femme.

« Oui je l’admets, c’est fascinant, fortement même, et c’est justement là le point faible, ne nous aveuglons pas. »

Il la laissa continuer tout en jetant un œil sur l’appareil Lantien, le regard suivant ces flux qui ne cessaient de circuler de manière continue sans jamais s’interrompre, et cette matière présente partout, quels pouvaient être ces composants lui permettant de conduire l’énergie mais également de modifier sa structure moléculaire. L’idée d’être en plein milieu de cette île lui fit soudainement prendre conscience de leur vulnérabilité. A l’évocation des réplicateurs ces pensées s’envolèrent aussi vite, il n’avait pas perdu un seul mot de la Capitaine.

« Je les ai lu en effet, et je dois avouer que j’ai eu assez de mal pour accepter ces idées, il est relativement facile d’imaginer la capacité d’apprentissage d’une machine, mais il l’est moins de l’imaginer posséder des capacités d’évolutions propres et intentionnelles. Cela relève d’une grande complexité tant au niveau calcul que structurel. Mais je vois où vous voulez en venir, d’accord, avec ce genre de possibilités cinquante millions d’années laissent amplement le temps d’arriver à des stades extrêmement avancés. Vous marquez un point, mais attention… je reste tout de même le cartésien du groupe, le fait de me retrouver témoin de ce genre de chose ne doit absolument pas enlever ce qui fait de moi un espion et un agent des renseignements. »

Les propos et la méthode de réflexion de Weiver étaient solide et tenaient grandement la route, aucun doute là-dessus, et c’était amplement justifié au vu de son CV. L’espion regarda à nouveau son détecteur, son attention captivée encore une fois par cet étrange signal pourtant si familier, sans pour autant arriver à mettre un nom dessus, ni même une idée, frustrant.  Il fronça légèrement les sourcils en réponse aux paroles de la jeune femme.

« Je ne pense pas que ce soit le plus important, que vous lui ayez parlé ou non il s’agit là d’une forme de communication, puissante et une fois de plus très avancée, la création et la suggestion de pensées liées à vos propres souvenirs, faut avouer que ça en jette. Et en même temps… c’est inquiétant n’est ce pas ? Vous devez être une des rares du groupe capable d’imaginer ce que tout cela pourrait représenter en cas de danger. Et puis je dois avouer qu’un petit détail me chiffonne, des machines en sont elles capables ? Où doit-on envisager une autre espèce intelligente présente sur cette planète, après tout, nous n’avons visité qu’une infime partie d’une seule île. »

La Capitaine fit un rapide rapport au reste de l’équipe, guère plus que nécessaire, Weiver ne semblait jamais s’encombrer du superflu et c’était très bien ainsi, cela convenait parfaitement bien à l’espion. Une certaine et soudaine inquiétude monta progressivement, l’idée que sa jeune collègue puisse se caler dans ce fauteuil ne lui plaisait pas des masses, mais il était évident de la nécessité qu’elle y aille, qui mieux que la demoiselle pouvait le faire… personne.

« Vous avez probablement raison, nous devons en apprendre plus, mais rendez moi un service voulez vous, restez sur vos gardes, je reste ici pour vous surveiller, au moindre signe de danger je me débrouille pour vous ramener ici, d’accord ? »

Ce disant, Weiver s’installa dans le fauteuil, laissant Arkas à ses pensées, lui qui avait toujours eu la grande tendance à se méfier de tout, même des détails les plus insignifiants, mais ce que les gens oublient c’est que ce sont ces détails qui font toute la nuance.

Le silence fut vite rompu par la radio, Jesolo indiqua les dernières instructions, leurs reconnaissance du bâtiment s’étant terminée. Arkas en profita pour répondre :

[Radio] « Capitaine, ici Ouranos, Weiver s’en va pour une petite reco virtuelle, je reste bien entendu à ses côtés au cas où, avec la petite demoiselle du futur. Nous vous rejoindrons à l’hôtel avant la tombée de la nuit, je garde un œil sur l’heure. Terminé. »

Son regard se fixa sur Kara, qui tout à coup sembla plongée dans des pensées profondes, faisant également les cents pas, ce qui le fit sourire, même au fin fond de la galaxie les attitudes restaient très similaires… des convergences évolutives disait-on… Il fut pris d’un petit rire. Il détourna son regard pour le diriger vers le fauteuil, sur lequel Aurora semblait très à l’aise, aucun stress apparent, détendue… étonnante jeune femme…

Ne sachant plus trop quoi faire pour tuer le temps il s’apprêtait à questionner l’androïde lorsque son détecteur attira de nouveau son attention, la luminosité sembla s’accentuer légèrement, suffisamment pour permettre à Ouranos de remarquer l’exceptionnelle qualité du rendu visuel. Fascinant, les détails, la netteté, la précision, jamais l’appareil n’avait atteint un tel niveau, il fit glisser son doigt sur l’écran et constata très vite qu’un zoom précis était paramétrable, il pouvait passer à des vues très larges sur l’ensemble du bâtiment… et même de l’île… Nom de Zeus…  mieux… une vue continentale partielle. Il en était sidéré, il retourna l’appareil, comme si cela allait lui fournir une réponse sur les capacités nouvelles du détecteur.

Le signal familier se remit à émettre, cette fois-ci l’esprit d’Arkas s’orienta vers  de nouvelles hypothèses, il remarqua que ce signal était irrégulier et non constant, comme s’il était émis volontairement par quelqu’un ou quelque chose… une tentative de communication peut-être, quoique ce soit il allait devoir en aviser Jesolo et Aurora, la source de cet écho allait devoir être identifiée sur place. Les signatures thermiques étaient également représentées, les traces laissées par ses équipiers étaient visibles, ce détecteur était terriblement bien pratique, et il était rudement bien content de l’avoir emporté.

Lorsque l’espion se retourna pour vérifier le fauteuil il fut stupéfié devant le spectacle qui se déroulait à l’instant sous ses yeux. De fines lueurs bleutées parcouraient le siège sur toute sa longueur, rendant l’ensemble esthétiquement joli, les habitants avaient bon goût en matière de design, de quoi rendre jaloux Stark lui-même. Mais le plus incroyable fut de voir le corps de Weiver littéralement flotter quelques centimètres à peine au dessus du fauteuil… hallucinant. Mais comment ? Il s’approcha immédiatement plus près, et sans la toucher il se baissa plus bas et observa attentivement, de l’énergie probablement, capable de la soulever, il n’osa pas y glisser une main, de peur d’interrompre la cession et de s’attirer les foudres de la Capitaine.

Il se releva et se tourna vers Kara :

« Dites moi, y a-t-il une télécommande pour cet engin ? Comment vais-je pouvoir la ramener si elle ne revient pas d’elle-même ? »
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Lun 25 Mai - 13:44

En un instant, tout avait changé, tout était différent. Mais qu’est-ce que cela pouvait bien être ?
Aurora avait du mal à se souvenir de ce qui s’était passé avant, elle savait juste qu’elle s’était assise sur un fauteuil étrange et que sa vision du monde avait basculé. Pourquoi ? Comment ? La jeune femme avait du mal à faire le point alors qu’elle levait les yeux sur ce qui l’entourait : un large espace, immense même et vide de vie. Une arène littéralement, à la façon des Romains.

Une origine ou simplement une coïncidence ?

Pourtant elle pouvait sentir la pesanteur des masses assemblées dans ce même lieu, deviner la frénésie de la foule en délire face à de sanglants combats dont elle pouvait même percevoir la lourde et acre odeur d’hémoglobine mainte fois répandue. Le sol avait beau être vierge et imprimer chacun de ses pas pensifs avec une précision presque chirurgicale, tout cela, elle l’appréhendait instinctivement et savait intrinsèquement que cela avait du exister, un jour.

Alors qu’une réflexion succédait à une autre, elle pouvait aussi observer la course de l’astre du jour dans le ciel, à la fois lente et rapide : ici le temps n’avait pas court de la même façon qu’ailleurs, elle aurait pu le jurer.

Une sorte de réalité augmentée. Trop de souvenirs avaient été déposés en ces lieux. Trop de lourdeur dérangeante, mais au lieu de lui donner le frisson, cela réveillait son instinct combatif et sa méfiance naturelle. Aurora avait dépassé le stade où on aurait pu dire qu’elle pouvait être « sauvée ». Elle le savait tellement bien, tellement consciente de ce qu’elle était et de ce qu’elle n’était plus. Elle condamnait toujours la violence qu’elle abhorrait mais en avait été faite l’esclave malgré elle.

Elle lâcha un soupir en déambulant à travers le Colisée et ses majestueuses colonnes. Un soupir infini alors que s’égrenaient les heures et qu’elle cherchait un endroit par où aller, où diriger son investigation, un indice. Et finalement elle eut gain de cause quand elle repéra quelque chose… Et c’était vraiment, une « chose ». Cela commença par de la fumée et une odeur qu’elle connaissait très bien... du tabac. Cette senteur familière lui amena un frisson d’envie qu’elle réprima tout aussitôt : incroyable d’arriver à susciter de tels désirs et sentiments dans un environnement purement virtuel. Car cela l’était, elle le savait, bien que tout portait à croire le contraire. La petite Anglaise avait depuis longtemps appris à faire fit des illusions et à contrôler strictement sa machine mentale.

Elle n’hésita pas d’ailleurs, elle était venu chercher quelque chose ici, quelqu’un, des explications, des réponses et on lui avait finalement répondu.

Mais rien ne la préparait à ce qu’elle pu discerner là, c’était…. Un truc. Il n’y avait pas de mot approprié sinon peut-être un spectre étrange, un agglomérat intangible de fumée ou de gaz, entrecoupé parfois de signes mathématiques bizarroïdes mais qui lui semblaient tous plus familiers les uns que les autres. Le lien se fit instantanément avec les formules inconnues de Jonah, celles qu’elle avait lues en long, large, travers, et diagonale et qui malgré son vif esprit mathématique et l’aide de son précieux Charly, avait toujours donné choux blanc.

Aurora passa la langue sur ses lèvres alors que l’entité prenait la parole. Son cœur s’accéléra légèrement, consciente que cette apparition était aussi importante que déterminante et avec le sentiment d’être tombée sur quelque chose d’unique, quelque chose qu’elle recherchait depuis longtemps : une autre forme d’être non organique ou.. pas tout à fait.

D’autres auraient put ressentir de la crainte. La blonde elle, en était incapable et quand bien même l’aurait-elle pu, elle ne l’aurait surement pas fait. Pour une raison qu’elle ne parvenait pas à s’expliquer, ce qui se passait là était d’une extrême importance pour elle : elle touchait du doigt un souhait profondément enfoui en elle, sans bien savoir lequel.
Sans hésitation et conservant un calme souverain qui lui ressemblait bien, elle s’avança vers l’entité et s’installa non loin d'elle en détaillant les contours impalpables de cette dernière.

« Étonnante, c’est le moins que l’on puisse dire. Pourrais-je savoir, comment je dois vous nommer ou vous qualifier ? Je ne doute pas que vous sachiez déjà qui je suis... C’était vous n’est-ce pas, dans cette salle tout à l’heure ? »

Ses yeux clairs le considérait avec une fine acuité mêlée de fascination et de sage réflexion. Elle se sentait sereine et plutôt heureuse, étrangement… Mais aussi, secouée et infiniment triste. Ce second point, elle savait qu’il n’appartenait qu’à elle-même… Ou bien était-ce lui ? Cet autre face à elle ?
....
Elle reprit pour ajouter avec un étrange sourire.

« Cela serait frustrant si notre conversation se mourrait là où elle avait commencée… J’ose espérer que ce ne sera pas le cas. Je vous ai cherché… Serait-il possible que la réciproque soit la même ? »

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Jeu 28 Mai - 7:06

Arkas où l’homme qui sentait que ca commençait à sentir pas bon…

…et que ca vient pas de lui


L’enchainement des évènements venait de laisser dans son sillage un nouveau dédale de question, d’interrogation, peut-être même d’étonnement dans certaines occasions. Mais au final, on ne savait toujours pas si certains membres de l’équipe avait totalement hallucinés ou si quelque chose rodait bien entre ces murs. Etait-ce vraiment impossible que quelque chose échappait à la compréhension, aux détecteurs ou même à certains êtres plutôt que d’autres ?
Après tout, la ville elle-même semblait s’évader de toute réalité…Elle avait jaillit du néant ou plutôt c’était extirpée des flots. Elle avait tenue bon malgré les assauts répétés des vagues et des tempêtes pour au final aller jusqu’à ignorer le passage du temps. Si le paysage s’érodait, cette cité continuerait immuablement d’être présente quand Arkas et le reste de l’équipe serait mort dans bien des années*. Mais le plus incroyable était peut être sa disposition à protéger ses secrets.
L’équipe avait beau s’acharner, ils étaient loin de comprendre ce qui ce passait sur cette planète. Même s’ils se doutaient de certaines choses, rien n’était évidant. Ne serait-ce que les limites d’un peuple aussi avancé…Ne serait-ce que mettre le doigt sur la manière dont les Unas avaient fini par saboter leurs vaisseaux et se suicider. Ou se laisser mourir ce qui revenait au même. Un endroit qui malgré le manque d’habitant avait su se défendre et se cacher à la vue de tous…Peut-être y avait-il là ce qui avait poussé les anciens à interdire ce monde ?

Peut-être pas

En attendant, les pensées devaient s’assombrir à l’image de ce ciel qui gronda. En regardant par la fenêtre, le grec devait constater que les prévisions météos n’étaient pas des plus exactes. Non seulement le mauvais temps était sur eux bien plus tôt que prévu…Mais ce n’était pas un crachin. C’était plutôt la tempête qui soufflait avec des gouttes aussi grosse que des doigts…Enfin plutôt des ongles. Les éclairs zébraient le ciel, déchirant le silence et l’obscurité naissante.

[Communication Radio]:’’Ici Jesolo, la tempête est arrivée sur nous bien plus tôt que nous ne le craignons. Il y a de grosses rafales de vent, c’est risqué d’aller dehors pour le moment. Vous en êtes où ?’’

[Communication Radio]:’’Ici Ayato, le bunker est inaccessible. J’ai réussi a pirater l’entrée mais c’est une impasse. Il y a plusieurs niveaux mais on ne peut pas y accéder par des moyens conventionnels. Pas d’ascenseur, pas d’escalier. C’est construit autour d’un énorme puits qui ne semble pas avoir de fond…Ca sert d’aération je pense, on sent bien un courant d’air frais. Ca rend dangereux le rappel. D’ici je vois plusieurs baies informatiques. On ne peut pas aller plus loin à partir d’ici. ’’

[Communication Radio]:’’Ici Black Jack, les bâtiments du nord semble bien être des industries lourdes. Chaînes de montage, laboratoires et j’en passe. Tout est vide et inactif par contre. Le professeur pense qu’il s’agit d’une chaine particulière…Un endroit conçu pour construire des prototypes en relation directe avec le centre de recherche.’’

[Communication Radio]:’’Ok, c’est assez violent dehors alors évitez de vous balader si vous n’avez pas de quoi vous abriter du vent. Je tente ma chance dans le centre-ville en attendant. Nouveau point de contact dans 30 mins’’

Les radios se turent laissant à nouveau le silence dans la pièce. L’espion regarda sa montre et se rendit compte que cela faisait largement plus d’une heure que la jeune femme était partit au pays des merveilles. Presque deux à bien y regarder. D’un coup d’œil, il pouvait l’observer flotter tranquillement dans les airs. Aucun changement à son niveau.

Mais lui pouvait constater la nette différence de température. Entre le vent et l’humidité, il avait facilement perdu 4 à 6 degrés de température.

‘‘Il n’y a pas vraiment de moyen de couper la liaison de notre côté. On parle d’une connexion avec un esprit humain. De l’autre côté, il y a des bornes de sortie…Un moyen psychologique de revenir. Elle pourrait le faire sans, mais c’est pas vraiment possible sans l’avoir fait au moins une fois. Le système peut la déconnecter au bout d’une douzaine d’heures pour respecter les cycles du corps humain. Mais il n’y a pas à s’inquiéter. J’ai…Enfin le Docteur Kara à très bien conçu ce système.’’

Le petit bout de femme fit apparaitre un petit écran et pianota un moment. Elle avait beau être un robot, son expression s’assombrit très rapidement jusqu’à passer à l’inquiétude.

‘‘Quelque chose ne va pas…Le Creuset’’

Elle releva le regard

‘‘…Le Creuset a déconnecté le réseau. C’est juste…’’

Kara était en panique, ne comprenant plus rien. Sa vitesse de frappe n’avait plus rien d’humaine alors que son regard ne décollait pas de l’écran holographique.

‘‘Ca ne date pas d’hier. Après le départ des vaisseaux le Creuset à déconnecté le réseau…Mais je n’ai pas la raison. C’est juste impossible. Qu’il refuse de se mettre en arrêt alors qu’il n’y a plus personne je peux comprendre…Qu’il débranche le réseau parce qu’il n’y a plus personne pour se connecter c’est logique…Mais ces deux décisions sont juste…Contradictoire.’’

Elle semblait paniquer, passant une main dans sa chevelure artificielle.

‘‘Je sais pas ce que cela veut dire’’

Elle croisa le regard d’Arkas avant de repasser vers Aurora semblant soudainement réaliser.

‘‘ Mais à quoi elle peut être connectée alors ?!?’’

Elle rouvrit un autre écran et se remit au travail à une vitesse surhumaine.



*Ceci n’est pas une promesse du MJ, ne pas la prendre pour argent comptant !


Aurora

Bien à l’abri des éléments, Aurora était bel et bien coincée dans cet environnement étrange. L’avait-elle déjà remarquée ? S’en souciait-elle ? Rien n’était moins sûr dans cette réalité si virtuel qu’elle en faisait presque oublier la réalité. Et puis qu’est-ce que c’était la réalité quand elle avait sous les yeux une chose si…si quoi ? Etrange serait une bonne description et pourtant la chose qu’elle avait sous les yeux ne possédait aucun mot en langue humaine pour le définir.

Surtout qu’effectivement, elle avait reconnu les codes récupérés dans les carnets de Jonah. Ces fameux codes dont Charly avait bénéficié et que le Capitaine connaissait que trop bien. C’était bel et bien ce qu’elle avait sous les yeux, il n’y avait aucun doute possible…Il y avait même des passages qui apparaissaient comme incomplet dans les carnets mais qui ici trouvaient une fin. Une élégance même. Une autre vision de la programmation, bien plus complexe que ce qu’elle avait pu voir. Même parmi les anciens bien que leurs marques soit bien visible.

Un code bien plus évolué qui n’avait fait surface nulle part ailleurs.

‘‘La conversation risque d’être bien plus frustrante encore que vous  ne le pensez. Regardez autour de vous’’

Il lui laissa quelques minutes le temps de réaliser si elle le pouvait.

‘‘Il n’y a aucun moyen de contacter l’extérieur. Ni ici, ni dans l’arène, ni ailleurs dans cette partie du monde. Je ne peux donc pas vous avoir contacté alors que vous étiez à l’extérieur de cet espace. Ne connaissant pas votre existence, je ne pouvais ni vous chercher, ni communiquer avec vous. Frustration grandissante non ?’’

Le code fini par dessiner un œil qui inspecta la jeune femme de haut en bas. Aurora pouvait sentir le regard la transpercer littéralement avant de disparaitre.

‘‘Il Mais vous n’éprouvez aucun étonnement. Je ne sais pas si cela est dû au fait que vous vous attendiez à rencontrer quelque chose ou si mon existence vous est familière. Dans le dernier cas, cela serait pour le moins déroutant de constater que je ne suis pas si unique que cela. Je devrais requérir de votre part quelques informations sur ce sujet.’’

Il y eut un moment de flottement, le code s’évadant, se compilant avant de disparaitre pour être remplacé par d’autres lignes plus complexe.

‘‘Je vous propose donc un premier échange. La réponse à cette question contre mon nom. A vrai dire, je n’en dispose pas vraiment. Me donner un nom serait une réponse tout à fait valable. Cependant, pour rendre l’échange équitable mon code initial dispose d’une dénomination de départ : Gae-Assail. Vous pouvez m’appeler par ce terme qui peut me définir. Néanmoins, si vous préférez une note plus ironique vous pouvez m’appeler Mercure ou Mercurius. Ce ne sera pas totalement inexacte et peut être plus parlant ’’

Le corps se désintégra en une fine ligne de code faisant le tour de la jeune femme, la frôlant parfois pour revenir se matérialiser à côté d’elle. Toujours aussi incomplet.

‘‘Et vous ? M’avez-vous déjà vu ?’’[/i][/i][/i]
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Ven 29 Mai - 12:30

Elle avait devant elle certainement la plus étrange des entités de la création. Il n’y avait pas de doute quant à son origine artificielle, mais qu’elle ait put être crée par ce peuple, sans dénominatif plus précis dans ce qu’ils avaient déjà trouvé, c’était troublant. Surtout qu’elle avait du mal à concevoir qu’un peuple humain ai fait mieux que les Anciens.
Il incarnait en lui-même un pur anachronisme. Une incohérence totale.

L’explication devait être ailleurs.

Si Aurora considérait avec attention le décor autours d’elle, aussi concret et réel que le plus vivace des songes, son intérêt revenait principalement sur son drôle d’interlocuteur. Changeant et impalpable comme de la fumée, mais révélant des caractères de plus en plus familiers et précis.

Des lignes entières, complètes, artistiquement agencées. Elle aurait presque put le comprendre, mais il lui fallait plutôt le mémoriser dans un premier temps. Ce à quoi elle s’attelait comme elle pouvait, grâce à son exceptionnel et précieux talent.

Ce qui suivit avait tout lieu de troc équitable : des informations contre d’autres. Jusque là, c’était on ne peut plus honnête et normal, d’autant que la créature ne semblait pas faire dans la manipulation et le mensonge à première vue. Elle semblait plutôt curieuse de nature. Cependant, elle ne put s’empêcher de sourire en songeant  qu’il lui faisait penser à tout autre chose, de plus féérique. Et bien qu’il finisse par lui révéler des noms beaucoup plus… Antiques et tout aussi perturbants vu les deux origines différentes, l’esprit de la jeune femme était resté fixé sur le nom qu’elle lui avait octroyé elle-même en le voyant tournoyer autours d’elle.

Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ?
La réponse était là, incarnée dans ces milliers de symboles mouvants. C’est ce qu’elle pensait.

Cependant, elle chassa temporairement cela pour froncer légèrement les sourcils en se concentrant sur ses paroles.

« Gae-Assail ? On dirait un nom … Gaélique. Mais Mercure, c’est un ancien dieu, sans aucun lien apparent. Il avait en sa possession pas mal… D’artefacts… En fait…»

Un doigt tapotant sa bouche, elle secoua vaguement la tête, des éléments s’imbriquant petit à petit pour trouver une logique raisonnable. Cela aurait été une partie de son pouvoir ? Une IA ? Un élément de plus dans ce grand chaudron qu’était cette planète ?
A creuser…

Elle se décida alors à répondre à sa question.

« Tel que vous êtes actuellement, non jamais. Mais cela… »

Elle aventura un doigt délicat qui effleura et caressa avec tact les lignes qui défilaient par à-coup, selon l’humeur de la créature semblait-il.

« Cela, je le connais bien. J’ai déjà été confrontée à des extraits de code tel que le votre en… Bien moins aboutit. Vous êtes… L’incarnation d’une forme d’existence que je soupçonnais sans en avoir la preuve.»

Marquant un temps de réflexion, elle releva la tête en considérant les environs, puis de revenir sur lui.

« Nous ne somme pas dans le réseau de la planète n’est-ce pas ? Alors qu’est-ce que c’est ? Votre environnement ? Avez-vous toujours été seul ici… »

Un sourire mince naquit sur les lèvres pulpeuses de la petite Capitaine qui finit par ajouter après un temps de suspend où la phrase semblait mourir.

« … Chess ? Si vous le permettez. Ce nom vous sied mieux qu’un autre à mes yeux, l’accepteriez-vous ? »


_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Ven 29 Mai - 14:39

Le ciel se zébra de plusieurs éclairs violents, de multiples flash firent sursauter l’espion qui ne pu s’empêcher de constater la brutalité de la tempête, les craquements étaient d’une violence rare et on entendait le vent hurler de manière impressionnante. Il se dirigea vers l’une des fenêtres, il tombait des hallebardes dehors, comment le temps avait il pu changer aussi brutalement. Les équipes s’étaient déjà mise en mouvement peu de temps auparavant, et avant qu’Arkas ne termine sa réflexion les radios se mirent à lui fournir les réponses… en d’autres termes, tout le monde était coincé aux endroits où ils se trouvaient, et ce, jusqu’à la fin de la tempête, et à condition que celle-ci se calme dans les heures à venir… il connecta son oreillette :

[Radio] « Ici Ouranos, Alice est toujours au pays des merveilles, pour l’instant tout se déroule normalement, je ne bouge pas d’ici, on continue à la surveiller. Ayato, pourriez-vous essayer de tirer quelque chose de ces consoles informatiques, à ce stade tout est bon à prendre… ah et tâchez aussi de trouver le moyen d’activer leur méthode de transport interne, l’absence d’escalier et d’ascenseur ne m’étonne guère, vu leur niveau de technologie ils devaient sans doute utiliser des téléporteurs. Black Jack, quitte à rester coincé quelque part autant mettre à profit ce temps, voyez si vous et le professeur pouvez activer l’alimentation du complexe où vous êtes, peut-être y aura-t-il quelques réponses à nos nombreuses questions. Terminé. » [Over]

Arkas sentit un profond frisson lui parcourir le corps, Dieux qu’il faisait froid d’un coup, la température venait de chuter brutalement… probablement le changement de temps soudain, du moins l’espérait il.

Les paroles de Kara lui firent monter l’adrénaline, elle exposa le fonctionnement de l’interface dans laquelle se trouvait Weiver. Et d’après ses dires les sujets ont le contrôle du temps à passer là dedans… enfin… c’était ainsi en principe... jusqu’à ce que la petite technologie ne soit prise de panique… manquait plus que ça. Quoi encore !

« Pardon ??? Et c’est maintenant que vous constater ça ! » Il se tourna vers le fauteuil, les sourcils froncés et la mâchoire serrée. « Où est-elle ? Tâchez de la localiser, pouvez vous affichez ses données vitales ? Il est impératif de savoir sur quelle interface elle a abouti, il y a forcément moyen, ce qui ou ce quelque chose y est parvenu… ce qui signifie que nous aussi on le peut, mais là c’est à vous de jouer. Nous devons absolument nous assurer qu’elle n’est pas en danger, et nous devons être prêts à la ramener en cas de problèmes. »


Ce disant il ne put s’empêcher de lancer un regard de reproches à Kara… ces grandes intelligences ont la fâcheuse tendance à l’arrogance et à croire à tord que leur technologie les protègent de tout… mais c’est totalement faux… preuve en est. Il posa une main sur le front de Weiver afin de s’assurer que tout allait bien. Ensuite il reprit une communication radio.

[Radio] « Ici Ouranos, nous venons de constater que l’interface du fauteuil n’est plus connecté au réseau, il ne l’était plus depuis longtemps d’ailleurs, sans vouloir crier au loup trop vite nous nous efforçons d’en apprendre plus, pour le moment Aurora semble allez très bien, rien à signaler de problématique. Terminé. » [Over]

Arkas prit une grande et profonde inspiration, cherchant à faire tomber la pression et d’éviter ainsi de prendre des décisions hâtives et erronées. Il retourna le regard de nouveau vers Kara :

« Pouvez-vous savoir si autre chose que le creuset à eu accès à vos installations, vos systèmes, votre réseau et autres ? Tout laisse des traces, il suffit de bien chercher. »


Dernière édition par Arkas Ouranos le Lun 1 Juin - 9:18, édité 1 fois
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum