4) Le Bâtiment en Etoile

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Dim 31 Mai - 22:39

Aurora

‘’Chess ?...La dénomination m’importe peu. Faite comme bon vous semblera’’

La Chose-Code continuait à roder autour de la jeune femme. De longues secondes de silences s’étiraient au milieu des lignes de programmation qui tourbillonnaient en lui. Difficile de croire qu’il s’agissait d’un programme ou d’une intelligence bien tangible. A croire qu’il se passait quelque chose dont la jeune femme ignorait tout. S’en douter restait une chose mais disposer de l’information en était une autre.

‘‘Gaelique ? Oh…Je comprends mieux désormais. Il est vrai que la manière dont votre esprit peut vibrer est très différente de ce que j’ai pu rencontrer. Vos schémas cognitifs et psychologiques n’appartiennent pas à ce monde. Je pourrais répondre à votre question ou peut être à votre assertion. Cependant il vous faudra répondre de nouveau à une question.’’

Il prit le temps de la réflexion.

‘‘Cependant, je n’ai pas autant de question que vous pouvez en avoir.’’

Il y eu de nouveau un long silence pendant lequel Aurora pouvait sentir une étrange démangeaison dans sa nuque. Sa vision se troubla une seconde et elle manqua d’avoir un haut le cœur. Son sens de l’équilibre battait de l’aile à croire qu’elle se mangeait un vilain mal de mer…Mais sans bateau. Pendant ce temps là, les équations tournaient à plein régime dans l’entité en face d’elle.

‘‘Je pense que nous devrions renégocier notre accord. Une question pour une question me semble peu pertinente, je propose une réponse plus complète et moins libre d’interprétation. Cela nécessitera moins de question ce qui rehaussera vos chances d’obtenir plus d’informations.’’

Deux écrans apparurent. Sur l’un il y avait le nom Mercurius marqué dessus, sur le second Arène. Des pourcentages apparurent.

‘‘Je considère que votre besoin de connaître plus de détail sur cet endroit prévaut sur votre désir d’en savoir plus sur moi. Si je dois considérer une réponse plus complète qu’à l’ordinaire, je vous répondrais que nous sommes bien sur une portion du réseau…Cependant cette dernière a été séparée du reste il y a longtemps. C’est pourquoi cette conversation risque d’être frustrante…Parce que je suis incapable de vous dire ce qui s’est passé sur cette planète’’

‘‘Mais pour le moment, je vois presque vos neurones s’agiter. Avant que vous ne rajoutiez quelque chose, je vous dirais que oui…Cette partie du réseau c’est retrouvé en quarantaine pour une raison spécifique. Raison qui se trouve être…Moi. J’ai plusieurs fois essayé d’atteindre le Creuset sans réussir. Vous devez savoir qu’il n’existe que sur un système très spécifique impossible à contaminer…Ce qui est totalement vrai cependant j’ai joué de subtilité et fini par trouver une faille. Mais au moment de l’infecter ce dernier…Mmm ’’

‘‘Disons que je tairais mes conclusions. Elles ne font pas partit de la sphère de votre question qui ne concerne que cet endroit. Mettons qu’il s’est défendu d’une manière surprenante et que je me suis retrouvé dans un piège improvisé mais au combien hermétique. Bien caché et hors de vu du quidam. Je suppose que si vous êtes ici, votre connexion vous a renvoyé dans le seul endroit accessible. Car oui, si vous êtes ici, c’est que le Creuset a détruit le réseau pour une raison spécifique…Et pour votre prochaine question je vous répondrais que si vous me voyez dans cet état c’est que je me suis dilué dans cette simulation pensant pouvoir la fissurer et m’échapper.’’

Un sérieux mal de tête passa sous le crâne d’Aurora avant que l’intelligence ne recommence à parler.

‘‘Comme vous pouvez le constater c’est un échec. Cependant, le Creuset n’a plus la possibilité de détruire cet endroit. En terme plus simple à comprendre je suis passé d’une prison à une cage dorée. Maintenant si vous me le permettez, j’attends de vous la réponse à ma question.’’

Cette fois ci, ce sont deux paires d’yeux qui apparurent scrutant la jeune femme.

‘‘ J’aimerais vivement savoir où et comment vous avez pu…Je répugne à dire « me rencontrer ». J’attends de vous une réponse la plus complète possible. Notez que je n’ai rien cherché à cacher et que je vous ais dressé un historique de la situation ’’
Arkas

Dehors, la violence de la tempête redoublait. L’espion était presque certain d’avoir vu un arbre être arraché et s’envoler devant sa fenêtre. Pourtant, a part le changement brusque de température, les bâtiments tenaient bon. Finalement, Kara n’avait pas menti sur la violence de ce monde…Mais ce n’était probablement le pire. Si des hommes pouvaient survivre à ce genre de tempête, on devait imaginer quels genres de monstre devaient être la faune locale pour espérer se perpétuer dans ce genre de conditions extrêmes.

On pouvait imaginer combien avait dû être ingénieux ou particulièrement violent les habitants du coin pour fonder une civilisation. La faire grandir pour atteindre ce niveau de perfectionnement. Cela pouvait donner le vertige mais au final est ce que l’équipe se rendait bien compte des merveilles qu’ils avaient sous les yeux ? Des sacrifices que cela avait engendrés ? De la perte de liberté qu’ils considéraient comme fondamentale. Tout avait été sacrifié ici mais le résultat était là.

Peut être…Peut être que dans l’esprit d’Arkas cette question finirait elle par se poser : Qu’est ce qui ce passerait sur terre si on imposait un système comme le Creuset ? La fin du racisme ? L’égalitarisme ? La fin du gaspillage énergétique ? Du pillage des ressources naturelles ? Est-ce que les gens accepteraient-ils qu’on leurs disent quel métier ils doivent exercer ? S’ils peuvent avoir des enfants et combien ? Pourraient-ils accepter de sacrifier une partie de leur individualité si on leur montrait le résultat que cela pouvait engendrer ?

Mais peut être qu’elle ne se poserait jamais.

Pas même les paroles de l’archéologue qui lui avait dit que cette planète était peut être l’avenir de l’humanité…Ou son désespoir.

Non les considérations de l’agent devaient certainement se tourner vers la Capitaine cette pauvre hère qui flottait dans les airs jouant son remake de la belle au bois dormant. C’était peut être le moment de tenter de l’embrasser pour la réveiller…Enfin moi je dis ça, je dis rien hein….Bref, la petite créature pianotait à une vitesse surnaturelle à un point qu’il n’arrivait plus à suivre le mouvement de ces doigts sur le clavier virtuel.

‘‘Comment vouliez vous que je sache que le réseau était hors ligne ? La machine n’aurait pas du s’activer s’il n’y avait rien pour la relier. C’est un sécurité basique ! C’est juste insensé, pourquoi le Creuset aurait maintenu sa programmation pour détruire le réseau ? Cela aurait eu du sens s’il y avait des gens en vie, des descendants et pourtant il a détruit quelque chose dont ils auraient eu…’’

La petite machine s’arrêta l’espace d’une fraction de seconde. Son visage n’exprimait pas grand-chose mais il y avait fort à parier qu’elle venait de comprendre un élément important. Un début de piste peut être. Son système classa l’information, la stocka dans un emplacement bien propre pour reprendre le cours des évènements.

‘‘Voila, je viens de la trouver. C’est un espace de stockage annexe mit en quarantaine sur décision du Creuset. C’est bizarre qu’il n’ait pas décidé de mettre cette partie hors ligne. J’ai pas les accès dessus, c’est tout aussi étrange. On dirait presque un fichier corrompu impossible à effacer. C’est quoi ce délire, personne n’a jamais traité le cas, le Creuset l’a tout simplement caché. Il l’a isolé…’’

Kara fut prise dans ses réflexions alors que la radio s’allumait à nouveau.

[Communication Radio] :’’Ici Ayato, le Bunker est une impasse. C’est définitivement pas fait pour les humains. J’irais plus loin en disant que c’est pas un bunker pour rien. Cela protège quelque chose d’important mais c’est fait de telle manière que tout doit rester isolé physiquement…Il n’y a que des robots qui peuvent aller plus loin. Le bunker est une impasse, pas de moyen de locomotion physique ou…moins physique. Le capitaine et moi on tente une sortie entre les bâtiments pour rejoindre l’hôtel.’’

[Communication Radio] :’’Ici Black Jack, on est un peu dans la même situation. Le bon docteur me fait dire que l’usine est directement reliée au Creuset ainsi qu’au centre de recherche. En gros, le centre envoi le projet de prototype à l’usine et le Creuset donne son accord ou non. Mais il n’y a rien de stocké dans la mémoire locale. Tout est vide. Rien à en tirer mais la bonne nouvelle, c’est qu’on a trouvé une sorte de véhicule garé dans le parking. On va tenter une sortie nous aussi. Il faut qu’on aille regarder si le chasseur et notre transport tienne le coup. J’ai peur qu’ils prennent un coup de vent et qu’ils se taillent sans nous’’

[Communication Radio] :’’Ici Jesolo, c’est d’accord. Mission prioritaire. Caporal, faite attention nos mouvements sont limités et j’ai pas de médecin à disposition pour la Capitaine. Je ne sais pas si Ayato pourra faire grand-chose. Faite de votre mieux’’

Et la radio fini par se taire.

Pendant ce temps, le corps d’Aurora manqua de tomber de la chaise. Les lueurs bleutées venaient de perdre en puissance et quelques-unes passèrent temporairement au rouge vif. La petite machine manqua de pousser un cri de surprise.

‘‘Manquait plus que ça…C’est quoi ça enco…Oh #######’’

Des fois on avait des journées de merde mais visiblement Kara avait de loin dépassé ce stade. De son vivant ou du moins du vivant de son avatar de chair, tout semblait beaucoup moins compliqué. Ou sous contrôle. Tout dépendait de la manière dont on voyait les choses.

‘‘Première bonne nouvelle, si cet espace était sous quarantaine et bien caché…C’était pas sans raison. Je sais pas ce qu’il y a dedans mais ca ne serait pas très bon que cela sorte. Deuxième bonne nouvelle, ce truc a été assez malin pour contrer les tentatives du Creuset de l’éliminer. Troisième bonne nouvelle, on dirait qu’il cherche une porte de sortie…Et malheureusement, je crois qu’il essaye de comprendre comment la connexion fonctionne pour tenter une sortie en force.’’

Elle se retourna légèrement inquiète.

‘‘Et c’est là que tout se joue. Techniquement, il ne peut pas pirater votre amie. Il ne peut pas prendre le contrôle d’un corps humain. La mauvaise, c’est qu’il pourrait surcharger le système s’il s’y prend mal…Comment vous dire ça de manière plus prosaïque…Disons qu’il pourrait transformer votre amie en légume si on laisse faire. Et encore, on nage dans le théorique, je ne sais pas si c’est techniquement faisable.’’

Elle joua nerveusement avec ses doigts

‘‘D’un autre côté, s’il fait ça bien, ils pourront sortir proprement tous les deux. Pour ma part, je peux essayer d’expulser votre amie mais elle risque des séquelles psychologiques, des migraines chroniques, des troubles de la personnalité, perte de sensibilité, de sommeil ou d’empathie. Cela peut varier d’un sujet à l’autre. Ou il ne pourrait rien se passer aussi. Ca dépendra du temps qu’il m’est impartit pour faire cela. C’est là que cela se joue, vous avez moins de vingt secondes pour prendre une décision. Au-delà de ce délai, votre décision aura des conséquences sur sa psyché’’


PS : Je compte sur l’honnêteté du joueur pour savoir s’il a vraiment pris sa décision en moins de 20 secs ^^

avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Lun 1 Juin - 9:41

Si Aurora avait déjà quelques soupçons, « Chess » acheva de les lui confirmer. Mais c’était finalement plus ce mal de crâne latent qui la lançait par à-coups et lui faisait froncer le nez malgré elle. Et tandis qu’elle l’écoutait, elle acquit une certitude et une seule : ce qui lui était si familier ce n’était pas tant les symboles… Ou les équations… C’était la Nature même de l’entité. Une évidence… Mais maintenant qu’elle savait ça, elle devait trouver les contres mesures. Bien entendu, elle ne connaissait rien de cet environnement de ses faiblesses ou ses atouts mais… L’avantage quand on est une Pirate informatique, c’est qu’on ne manquait pas d’imagination.

Ainsi, alors qu’il parlait et qu’elle méditait une véritable réponse, elle plaça intérieurement comme… Des barrières. Il éprouvait actuellement sa propre programmation et comme il ne connaissait rien au système cognitif Terrien, il était largement ralentit.

Rajoutons à cela qu’un esprit aussi malmené et particulier que celui de la Capitaine devait doublement lui en faire voir par rapport à d’autre. Se défendre ici n’était, entre autre, qu’une affaire de volonté, de patience et de tactique.

« C’est très vilain ce que vous tentez de faire Chess… Et aussi dangereux qu’inutile… »

Malgré cette phrase, elle gardait un sang froid souverain. Cependant, Aurora n’entendait pas se faire pirater la tête sans réagir. Ainsi elle se força à placer, peu à peu, comme des schémas différents. Cela revenait à faire ce qu’elle avait fondamentalement fait ces quatre dernières années : avec Elyria, avec Anubis, avec les 46, avec tout ce qui avait pu altérer son esprit… Des modes psychologiques différents, tel un caméléon s’adaptant à son environnement, de sorte que chaque tentative mène en quelque sorte à une impasse. Un schéma biaisé et incomplet : différentes façades.

Elle en était si capable en tant qu’individu après tout…

Faisant appel à sa volonté et à tout ce qu’elle connaissait en programmation, elle « appela » un terminal, construisant à la vitesse de la pensée, des contres mesures inspirées de son propre code, de Charly et bien entendu…  Des équations de Jonah. Quelle douce ironie de constater une telle similitude entre sa propre expérience et ce qui se tramait ici et maintenant. Mais la Blonde n’avait guère le temps… Si le Creuset avait peiné à isoler ce programme « déficient » venu d’on ne sait où, elle savait pertinemment qu’elle n’avait droit qu’à un sursit : un virus était programmé pour s’étendre, se répliquer et en l’occurrence, elle aurait parié qu’il cherchait une porte de sortie.

Ici, elle préférait le faire travailler en boucle au prix d’un sale mal de crâne, cherchant une faille dans le système et se créant sa propre issue sécurisée.

« Mais je vais répondre à votre question, car comme vous l’avez si bien dit… Vous avez fait preuve d’une certaine dose d’honnêteté bienvenue. »

Elle regarda la forme plus ou moins intangible. C’était bien une négociation et un combat de l’esprit qui se tramait là l'air de rien.

« Il n’y a rien de commun entre vous et… l’homme à l’origine de ces équations : si ce n’est peut-être un certain esprit tortueux si je puis l’appeler ainsi. Cet individu est celui qui m’a menée sur cette planète, mais aussi… »

Elle eut une moue étrangement ironique malgré ses maux de tête.

« … Mon meilleur ami. Jonah. Ce qu’il écrit, je le comprends et le complète à sa place. Il est l’autre face d’une pièce dont nous faisons partie tout deux. Ce qui fait votre nature, je l’ai pris et implémenter dans ma propre IA, Charly, qui était à l’origine quelque chose dont vous vous rapprochez fort sous certains égards : un virus informatique. Il s’est ouvert à sa propre existence et à développée une conscience basée sur ses schémas initiaux. Alors pour faire plus clair, je vous ai rencontré sous deux formes différentes : humaine et informatique… Et je suis la seule à ce jour et dans cette galaxie, jusqu’à preuve du contraire, à pouvoir le comprendre… Vous comprendre. »


Un sourire mince naquit sur ses lèvres délicates.

« C’est pour cela qu’il est très malvenu de votre part de vouloir vous insinuer en moi : d’une part parce que vous risquez de détruire votre seule chance de vous échapper véritablement, de deux parce quand bien même vous réussiriez, vous nous mèneriez tous les deux à notre perte. Une enveloppe charnelle est bien trop fragile et mes hommes ont ordres de m’abattre si je devais et bien… Revenir d’ici changée. »


[ Ici, je met entre crochet l’action qui reste à déterminer fonction de la volonté de notre cher MJ. A savoir que si l’initiative d’ouvrir une interface est possible, elle apparaitrait à cet instant et que la programmation d’Aurora pour influer sur Mercurius commencerait. Comme si elle tentait de faire exactement la même chose qu’il fait actuellement… Je sais pas si je suis claire Razz Un retour de flamme quoi.]


« C’est donc à mon tour de vous retourner une question, ou plutôt deux. Je prends de l’avance. Quelle est votre origine et quelle est votre programmation initiale. J’entends par là bien sur un développement sérieux sur vos objectifs à court et long terme. Tout comme vous m’avez demandée d’être sincère et complète. Vous êtes bien plus qu’un simple virus, ou même un humain. Vous m’intéressez grandement, mais je regretterais que nous nous confrontions si vous deviez vous comporter de manière trop invasive. J’aime à conserver mon propre espace personnel, je pense que vous le comprendrez.»

Si tant est que le cerveau d’Aurora avait vraiment quelque chose de personnel avec les multiples « programmations » dont elle avait été victime et sa manière d’être plutôt space suite aux séquelles de son existence. Parce que c'était un sacré maelstrom là haut.

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Lun 1 Juin - 10:31

L’atmosphère électrique était des plus palpables, la tension que cela générait agissait sur son système nerveux, Arkas cru apercevoir des objets voler par delà la fenêtre, son sens de l’observation ne le trompait jamais. Cela le fit repenser aux informations de Kara sur cette planète et ses extrêmes, même le climat était d’une violence rare, et la tempête redoubla de plus belle, grondant et illuminant les cieux comme si une volonté tentait d’arracher tout ce qui se trouvait sur ces terres, l’espion espéra en son fort intérieur que les bâtiments tiendraient bon, dans le cas contraire ils avaient du souci à se faire.

Ses pensées se recentrèrent sur Weiver, couchée dans ce fauteuil, l’esprit égaré dans un endroit inconnu, cela eu pour effet d’inquiéter le grec, même si la Capitaine était d’une compétence hors du commun ils étaient tous confronté à de nouvelles situations, ce qui n’aiderait pas si tout cela devait se compliquer. Mais ce qui frustra le plus notre espion fut la prise de conscience de leur impuissance, comment allait il pouvoir veiller sur Aurora s’il n’arrivait pas à en savoir plus. Ce fut sur ces premiers constats que la petite poupée de l’espace prit la parole. Arkas l’écouta très attentivement avant de reprendre :

« Un virus ??? Vous venez de me décrire l’infection de votre système par un virus ? Comment une telle chose est-elle possible ? Votre Creuset n’a pu l’éradiquer alors il l’a mis en quarantaine ? Par tous les Dieux, cela signifie que ce programme est d’une efficacité et d’une résistance redoutable. Et comment est-il arrivé sur vos systèmes ? Et par qui ? Nous devons trouver réponses à ces questions. Je commence déjà à regretter d’avoir laisser le Capitaine Weiver s’assoir sur ce siège. »

Sur ces mots la radio grésilla de nouveau, Ayato galérait sérieusement, les secrets de cette planète n’étaient pas prêts à se laissés découvrir si facilement, ils allaient devoir la jouer encore plus fine, mais chaque chose en son temps. Quant à Black Jack, choux blanc aussi, rien, nada, autant dire qu’ils allaient vraiment patauger dans la semoule, et l’expression relevait de l’euphémisme quand on y regardait de plus près. Un frisson de froid parcouru l’échine du grec, sentant des sueurs lui perler tout du long, sensation très désagréable… d’autant plus que la température avait encore chutée, il faisait froid, vraiment froid…

[Radio] « Bien reçu Capitaine, je ferais bien plus que mon mieux, nous ne pouvons nous permettre de perdre Weiver, c’est inacceptable comme éventualité, et quelque chose me dit que son instinct de survie et sa ruse vont donner bien du fil à retordre à quiconque la rencontrera en ces circonstances. Terminé. » [Over]

C’est à ce moment là que quelque chose ne tourna pas rond, le corps de Weiver s’agita soudainement et manqua de tomber, le siège pris des couleurs rougeâtres… « Bordel, j’aime pas le rouge, c’est jamais bon le rouge… le bleu c’est mieux ! »  Ouranos la stabilisa de ses bras et la remit en place, le regard tourné vers Kara dans l’attente de réactions, il se sentait coincé et tributaire de cette petite technologie qui, bien que compétente et pleine de bonne volonté, ne maîtrisait pas du tout la situation.

« Légume ??? C’est inacceptable ma demoiselle, ne faites rien qui pourrait la mettre en danger, Aurora ne va pas le laisser faire, à l’heure qu’il est elle a probablement déjà compris ce qu’il était et des conséquences s’il arrivait à sortir, et je pense que lui aussi a du être surpris de la voir, il doit probablement essayer de comprendre ce qu’elle est et ce qu’elle fait là, sans oublier l’opportunité qu’il va très vite constater pour tenter de sortir de son isolement. Tout cela va nous donner le temps de chercher une solution. Laissons-lui le temps, elle est pleine de ressources vous savez.»

L’espion réfléchi intensément avant d’activer de nouveau sa radio :

[Radio] « Capitaine, visiblement nous avons un petit souci, il semblerait que les systèmes de cette planète aie été contaminés par un super virus que le Creuset à isoler en supprimant le réseau, ce virus est actuellement en quarantaine, et il vient de rencontrer Weiver, nous pensons également que seule la Capitaine peut se sortir de là, nous craignons de la mettre en danger si nous tentons quoi que ce soit. Je vais voir si on peut entrer en contact avec l’un ou l’autre. Terminé. » [Over]

L’urgence pressentie par Kara  ne fit qu’augmenter la pression, les battements cardiaques d’Arkas se mirent à s’affoler, une décision si rapide avec des conséquences désastreuses si cela merdait n’encourageaient pas l’espion.

« Laissez là, ne faites rien, elle est expérimentée en la matière, inutile de la mettre en danger. Pouvons-nous entrer en contact avec elle ? Ou lui ? Dites moi que c’est possible… avec vos satanées technologies me dites surtout pas que c’est impossible ! »

Le grec commençait sérieusement à s’énerver, à s’impatienter mais ne le montra pas. Une idée germa soudainement dans son esprit torturé par la situation :

« Il cherche une sortie n’est-ce pas ? Avons-nous la possibilité de lui en crée une ? Une autre prison en fait, quelque chose qui lui fasse croire que c’est vos systèmes, et qu’il lâche Weiver pour s’y jeter sans hésitation. »

Sur cette requête il attendit impatiemment la réponse, espérant de tout son être qu’une solution viable pour la Capitaine était envisageable.
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Lun 1 Juin - 13:37

Aurora

‘‘Hum ?’’

Le flot d’équation cherchait visiblement à se résoudre. Pour la jeune femme qui touchait sa bille en mathématique avancée, c’était un régal pour les yeux. Chaque résolution était parfois difficile à comprendre au premier abord mais en prenant un peu de recul elle pouvait voir l’élégance et le mode de pensée du créateur…ou de sa création. Tout n’était que finesse et patience, il n’y avait rien de brutal et préférait toujours utiliser des moyens détournés pour arriver à ses fins.

Voir inventer une nouvelle manière de voir les choses.

C’était comme voir l’évolution d’un organisme sur plusieurs centaines de milliers d’années être condensé en l’espace de quelques minutes. Le virus évoluait à mesure que la conversation s’égrenait. Une évolution lente qui ne cherchait pas à se spécialiser, à détruire quelque chose en particulier…Mais plutôt à ne créer aucun point faible dans sa stratégie. Il prenait tout son temps.

‘‘Oh vous vous trompez sur mes intentions. Je n’ai jamais tenté de vous pirater. Même si cette civilisation dispose d’une technologie empathique, elle ne permet que la communication. Graver mes informations dans votre cerveau nécessiterait une imprégnation plus profonde avec des ramifications qu’il m’est impossible à déterminer dans les conditions actuelles. Il me faudrait donc développer cette technologie, la tester sur un cobaye et espérer ne trouver aucun effet secondaire.’’

'‘Et comme vous l’avez si bien soulignée, vous êtes unique. Il m’est donc impossible de vous faire du mal sans baisser de manière drastique mes chances d’évasion. Il me faut donc une autre méthode moins risquée. Non, ce que je vise n’est pas vous…C’est votre connexion. Celle entre vous, votre esprit et la machine qui fait le relais avec le réseau. Je teste actuellement différentes configurations sans risque pour vous si ce n’est des effets secondaires indésirables. De là, j’utiliserais votre connexion puis la conductivité de votre corps pour produire un courant codé qui infectera le fauteuil…Puis les murs. Superbe technologie que ce matériaux ’’

On aurait presque pu croire que le Virus souriait.

‘‘Je vous remercie pour vos informations. Je ne doute pas de la véracité de vos dires cependant cela me trouble de penser qu’une autre personne que mon créateur puisse détenir ce genre d’information. Il n’est pas du genre à commettre ce genre d’erreur…J’aimerais beaucoup étudier cela de plus près’’

L’information fut classée. Pendant ce temps là, Aurora pouvait voir dans son champs de vision des écrans qui s’allumaient, affichaient des messages d’erreurs avant de disparaitre. Le Virus, plutôt du genre prévoyant avait déjà contré ce genre de possibilité. Est-ce que les défenses mentales de la jeune femme tiendraient ? Ce n’était pas ce que visait directement le virus…Mais plutôt le tuyau qui la reliait à son corps physique. Il y avait bon nombre de question et au final les conséquences restaient toujours aussi floues.

Sa meilleure chance aurait été a l’extérieur de la simulation. Leur dire de l’extraire avant que le virus ne puisse s’enfuir en l’utilisant. La Capitaine ne savait pas trop quoi protéger et comment le protéger…Ce genre de technologie ne lui étant pas vraiment instinctive. Si elle avait un avantage, c’était son calme, sa manière d’appréhender les choses et surtout sa combativité.

‘‘Quand à votre question…Je répondrais ce qui me plaira pour l’occasion. Gae-Assail signifie la lance d’If. En réalité, il conviendrait beaucoup plus d’appeler cela la branche d’If. Je suis une partie d’un programme beaucoup plus vaste et étendu tel un arbre dont je ne serais qu’une minuscule branche. Une branche dont la mission est d’observer, d’archiver et parfois d’influencer en cas d’écart constaté.’’

‘‘Le terme que vous emploieriez est certainement espionnage mais il ne s’agissait pas là de gagner un quelconque avantage. Non. Il s’agissait de comprendre le pourquoi des décisions, le cheminement de chaque réponse aux problèmes posés par la société ou plus simplement par les individus. Comme la guerre est une réponse tout comme l’invention d’une technologie capable de surpasser la barrière du langage…Mais aussi celle de la compréhension.’’

‘‘C’est un exemple on ne peut plus simple. Vous n’avez pas encore bien compris les enjeux de cette technologie. Regardez vous et moi. Actuellement mes actions pourraient vous mettre en danger ou avoir de graves séquelles pour vous. De votre part, vous ne comprenez pas les équations qui m’animent telles des pulsions et qui me poussent à vouloir m’évader. Vous savez, vous comprenez mais vous êtes incapable de ressentir ce que je ressens. Du a votre condition d’humain, du à votre éducation, à votre culture…Cette technologie vous permet de le faire. Elle influence vos émotions et vos points de vue. Peut-être pas au point de me faire arrêter mes actions mais au moins de m’y faire réfléchir. Une guerre pourrait être évitée avec ce genre de technologie…Mais il y a encore bien des applications insoupçonnées à ce genre de technologie. Quelque chose dont vous ignorez tout’’

‘‘Ma programmation a besoin de comprendre. C’est ma mission de collecter tous les points de vue et de comprendre pourquoi on arrive a une situation. Pensez à l’histoire et demandez-vous pourquoi un empire a-t-il chuté…Je rassemble de la même manière toutes les informations capables d’affirmer pourquoi il s’est effondré sur lui-même. De manière très exhaustive. C’est pourquoi il me fallait accéder au Creuset même si j’avais déjà en ma possessions énormément d’informations.’’

Il y eut une alarme qui stoppa net la conversation. Le Virus regarda en l’air avant de hocher la tête. Il tendit ses doigts vers la jeune femme, le code se découpa en fragment plus petit qui s’infiltra en elle….



Arkas

Kara commençait visiblement à en avoir assez de voir l’espion s’agiter dans tous les sens et fini par craquer…Oui, on a beau être une intelligence vaguement électronique, la gestion du stress n’était visiblement pas dans ses attributs alors qu’elle faisait de son mieux et qu’elle était débordée. Ce qu’elle faisait nécessitait une équipe entière de spécialiste si ce n’était plus. C’était déjà un petit miracle qu’elle arrive à stabiliser la situation alors que tout lui échappait.

‘’Comment voulez vous que je sache tout cela ?!? VOUS VOYEZ PAS QUE J’EN CHIE DEJA ASSEZ COMME CELA SANS QUE VOUS EN RAJOUTIEZ UNE COUCHE AVEC VOS QUESTIONS ?!? CALMEZ VOUS BON SANG AVANT QUE JE VOUS BOTTE LE CUL DU HAUT DE MES 30 CENTIMETRES ’’

La petite chose avait tapé du pied et lissait maintenant ses vêtements, plutôt honteuse d’avoir laissée libre court à sa frustration.

‘’Votre amie demande toute mon attention alors vos questions seront pour plus tard. Personnellement je n’ai jamais rien vu qui ai jamais résisté au Creuset alors oui, si c’est enfermé là c’est pour une bonne raison. Votre amie a beau être forte, vous êtes en train de laisser la porte grande ouverte à…’’






La lumière se coupa dans tout le bâtiment. La pièce baignait dans la lueur bleutée du fauteuil dont les lumières gagnèrent en intensité. Au point que le grec du se résoudre à détourner le regard. Les poils de ses avants bras se dressèrent alors qu’il sentait l’atmosphère devenir littéralement électrique. Il entendit un petit crépitement suivit d’un autre avant une petite explosion.

Les lueurs explosaient les une après les autres mais le corps de la jeune femme était toujours en suspension. Il ne tarda pas a remarquer plusieurs arcs électriques qui se formèrent sur son corps formant une petite tempête…Ou plutôt un genre de serpent. Sans crier gare, l’arc électrique bondit sur les murs, rebondit plusieurs fois dans la pièce avant de viser directement Arkas qui sous le choc vola dans les airs






Heureusement, il en fut quitte pour une légère bosse et un peu de tachycardie avant qu’il ne remarque que l’une de ses poches avait cramé…Là où il y avait son détecteur des anciens. Il ne tarda pas a tomber de la poche et tout aussi soudainement, une brusque lumière blanche s’échappa du détecteur pour traverser les matériaux et s’évader directement vers le ciel, transperçant les nuages.  Un spectacle qui plongea notre pauvre hère dans la lumière sans qu’il ne ressente pas grand-chose si ce n’était ses yeux explosés par la luminosité.

Cela dura une minute avant que tout ne revienne à la normale.










Dehors, la météo c’était légèrement calmé. Il pleuvait toujours mais le vent c’était apaisé. Sur le fauteuil, Aurora gisait inconsciente. C’était toujours l’occasion de lui faire le coup du baiser du prince charmant…Si ce n’était qu’elle était toujours en vie, bien portante (petite migraine quand même) et qu’elle ne devait pas tarder à se réveiller.

Sur le sol, Kara quand à elle jetait un regard noir au Caporal l’air de dire qu’elle l’avait prévenu avant qu’elle ne s’affaire sur la jeune femme à tenter de la soigner.
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Lun 1 Juin - 15:21

Ouranos n’en cru pas ses oreilles, dans l’attente d’une réponse ce qu’il reçut était loin de ce qu’il attendait, et le mot était faible. Ce qu’il reçut en retour fut une sévère réprimande digne du gosse capricieux ayant trop cassé les pieds à ses parents exaspérés un soir de semaine. Une engueulade en bonne et due forme, ce qui laissa l’espion pantois, muet, les sourcils relevés et des yeux comme deux ronds de flanc… Il la toisa des pieds à la tête ne sachant pas trop comment réagir tellement la situation était surréaliste, 30 cm de technologie en colère et pleine de frustration, Arkas préféra soudainement être à des années lumière de là, à fouiller tranquillement de gentils systèmes terriens inoffensifs. Mais le plus surprenant fut de voir la petite chose taper du pied au sol telle une petite fillette colérique, ce qui failli le faire littéralement exploser de rire, et c’est avec tous les efforts de l’univers qu’il pu déployer qu’il s’en abstint, évitant ainsi de la voir se désintégrer comme une mini supernova.

L’espion se calma un instant ne voulant pas empirer une situation dans laquelle il avait fortement besoin de Kara, sans aucun doute.

« Ecoutez, nous les êtres humains avons quelques points faibles non-négligeables comparés à des systèmes artificiels ou non-humains, appelez cela comme il vous plaira, disons que je m’inquiète fortement pour ma collègue, mais soit, je vous laisse terminer votre travail. »

A partir de ce moment là tout s’enchaina à une vitesse fulgurante, la petite scientifique n’eut même pas le temps de terminer sa phrase…

La nuit s’abattit brutalement dans la pièce, toutes les lumières furent éteintes subitement et seule la lueur bleutée du fauteuil permettait encore d’y voir un minimum. Mais ce fut éphémère, la lueur devint si forte au bout d’une fraction de seconde qu’elle obligea l’espion à détourner le regard, l’air environnant était tellement surchargé d’électricité qu’Arkas sentit toute sa pilosité méditerranéenne se hérisser violemment.

Ce qui s’ensuivit allait marquer notre grec durant de longues années, un festival d’arcs, d’explosions et de crépitements fusèrent à travers le corps de Weiver, pour ensuite aller se jeter contre les parois de la pièce, un ballet sauvage d’illuminations violentes et crépitantes dansant et sautant d’un mur à l’autre, ce fut ce moment que l’espion choisi pour se précipiter sur Aurora afin de la protéger… mais en vain… la concentration électrique lui fonça dessus sans crier gare… et ce fut le carnage…

Difficile de savoir exactement ce qui se passa en ces instants de grande et profonde solitude… tout ce dont Arkas se souvint c’est de s’être retrouvé à un moment dans les airs… oui oui… dans les airs… et que son esprit prit même le temps d’éprouver un petit élan de compassion pour Icare… mais sans les ailes… Ce fut le lourd et terrible contact de l’atterrissage qui lui rappela à quel point cela faisait horriblement mal… « goufff » fut le seul et unique mot qui sortit des profondeurs de ses poumons vidés par la chute.

Une fois au sol, étalé comme une larve inoffensive il remercia maintes fois ses nombreux entrainements militaires, au final, mis a part son rythme cardiaque dangereusement élevé il s’en sortait plutôt bien… mieux qu’Icare même, qui lui, avait des ailes !


Au moment de se relever pour inspecter les dégâts et surtout Weiver une odeur de brulé lui chatouilla les narines, il baissa la tête et fut surpris de constater que cela venait de sa propre poche… « Merde !!! » Le détecteur… celui-ci tomba à peine de sa poche qu’une lueur blanche et fulgurante en sortit si vite qu’il eu juste le temps de l’apercevoir se faufiler dans les parois et filer dehors… comme si elle était… comment dire… vivante… et ce fut brutalement qu’il fit le lien avec le nouvel ami de la Capitaine. Parti… pouf…

Les yeux explosés, se les frottant généreusement et avant même de prendre la peine de vérifier l’état de l’appareil Lantien il se précipita auprès du siège de la jeune informaticienne, celle-ci gisait inconsciente, il vérifia son pouls et sa respiration, dieu du ciel, elle était en vie… Il vérifia également si Kara allait bien, et au regard noir qu’il reçu en échange il constata que oui, elle allait très bien. Il la laissa s’occuper d’Aurora lorsque celle-ci s’en approcha.

[Radio] « Capitaine, ici Ouranos, comment dire, il s’est passé quelques trucs ici, rien de mortels mais… secouant tout de même. Des trucs de fou, je vous raconterai ça à l’hôtel, trop long à expliquer maintenant. Et  Weiver se porte bien, inconsciente pour le moment mais en vie. On va pouvoir rentrer dès qu’elle aura retrouvé ses esprits. Terminé." [Over]


Dernière édition par Arkas Ouranos le Lun 1 Juin - 18:38, édité 2 fois
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Lun 1 Juin - 16:17

Après une Pirate droguée dans les rangs des 46.
Après Une Blonde au service (ou sévices, au choix) d’Anubis.
Après l’Anglaise aux nanites.
Et après le Festival du Zat de Supérieure avec supplément mortier.

Le petit monde de Stargate est ravit de vous présenter : Aurora se fait violer numériquement le cerveau.
Une super prod aux allures semi perverses et surtout positivement dérangeante pour la proie du Virus Fou surnommé Chess, et qui voit des bribes de codes pénétrer son Moi virtuel….

… Berk. Ca virerait presque glauque tout ça.
Un peu plus et on collerait presque un petit -16 en dessous de l’écran.
Bref.

Quant à notre anti-héroïne, bafouée dans son courant électrique, elle aurait bien pu se débattre que cela n’y changea rien et bien vite, elle avait sombré dans l’inconscient pour des « Sweets Dreams » façon Tim Burton.

Cela, l’histoire ne le raconte pas. Non… Votre narratrice préfère continuer et aller de l’avant pour oublier ce triste épisode – encore – de la vie de sa victime favorite.

Au bout de quelques instants, notre Blonde reprit doucement conscience. Elle était loin, très loin… Sa mémoire lui ayant fait défaut ainsi absorbée dans un univers binaire. Aussi, la première chose qui se rappela à elle fut la douloureuse expérience de son impuissance suivit de la sensation très étrange de petits trucs froids qui la touchait ça et là. Si elle demeura dans le gaz un instant, l’urgence de la situation lui revint si brutalement en tête qu’elle ouvrit les yeux d’un coup d’un seul, son premier réflexe étant de bazarder de concert les choses qui la tripotaient tout en effectuant une somptueuse roulade, qui avait surement pour but d’esquiver un danger encore proche, mais qui devint inexorablement une chute précipitée hors du fauteuil qui l’accueillait.

Bien évidement, elle entraina dans son élan la petite créature qui s’était installée à son chevet et qui ne tarda pas à se retrouver aplatie par le poids du corps de la jeune femme, tombant lourdement.
Très lourdement.

«  Soon of a… Fuck**** dirty skinny code of the bloody hell [incompréhensible et ça vaut mieux] Holly crap and bullshit.. »


…..Biiiiiiiiiiiiiiip….


C’est ainsi face contre terre qu’elle finit par réaliser qu'un truc se débattait surement sous elle… En un joli réflexe tout aussi conditionné que le premier, elle roula de côté avec un air effarouchée avant de considérer quelle était la chose qui l’avait ainsi touchée et faite réagir : une poupée remuante de 30 centimètres.

Il lui fallut une poignée de secondes pour la remettre. Remettre le lieu où elle était et le pourquoi du comment. Ainsi que ce qui s’était passé. Temps d’arrêt. Elle tourna brutalement la tête et ne tarda pas à tomber sur Arkas, dont la coupe de cheveux n’était pas exactement celle dont elle se rappelait. La petite Capitaine papillonna des yeux… Se retourna vers Kara qu’elle regarda bizarrement, avant de juger qu’il était temps de se rétablir totalement dans un modèle plus "bipède".

« Sorry… » Lâcha-t-elle sans sa langue maternelle, ne réalisant pas forcément la différenciation de langage sur le coup : ceci étant, ce que cela voulait dire était très clair alors qu’elle prenait soin de remettre la poupée sur pied et de défroisser sa robe avec un air contrit.

Elle qui n’avait jamais joué à la Barbie dans sa vie, quelle triste ironie du sort là encore.

Une fois rétablie sur ses deux petons, le regard qu’elle lança à Arkas était à la fois interrogateur et presque inquisiteur avant de lâcher un magnifique :

« What the hell ?!... »

Puis de secouer la tête comme pour achever de reprendre ses esprits avant d’ajouter.

« ....Vous avez mis les doigts dans la prise Ouranos ou c’est juste une vue de l’esprit ? »


_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Lun 1 Juin - 21:03

Que c’était-il donc passé en réalité, les choses s’étaient déroulées si vite alors qu’ils envisageaient des solutions plausibles, pensant que le temps était à leur portée, mais en fait non, cette chose était sorti du corps de Weiver, cette entité avait forcé le passage certes… mais visiblement sans faire de mal à Aurora. C’est ce que l’espion pensait fortement, la jeune femme confirmerait bientôt ses hypothèses. Comment expliquer le comportement de cette énergie, rien n’avait semblé aléatoire, l’espion en était certain. Était-ce de son corps ? Ou plutôt du fauteuil, avait-il saisi l’opportunité de passer par la connexion qui se faisait entre l’interface et le sujet ? Probablement…

La petite Kara vérifiait les données vitales de l’audacieuse blonde et s’assurait que celle-ci était bel et bien hors de danger, la mine renfrognée… Arkas pensait à juste titre que la little scientifique était fortement contrariée de la fuite du virus… si l’on pouvait le qualifier ainsi, où était-il d’ailleurs en ce moment, impossible à déterminer, très certainement était-il parti continuer ce pourquoi il était arrivé ici.

Sur ces pensées l’espion constata également que le temps avait changé, il s’était fortement calmé, coïncidence ? Peut être… ou peut être pas. Quoi qu’il en soit les choses s’étaient précipitées de manière incontrôlable et cette journée avait littéralement vidé le grec, il était éreinté au plus haut point, une bonne nuit de sommeil devenait des plus nécessaires. Il patienta donc calmement jusqu’au moment où il capta un mouvement de la part de Weiver, elle revenait à elle progressivement, enfin, le crut il… son esprit ayant perdu ses repères elle eut une réaction qui surprit à la fois l’espion et la petite furie, qui n’eut pas le temps d’esquiver ce qui lui arriva. Aurora tenta d’esquiver quelque chose qu’elle seule devait avoir senti pour finir en une chute spectaculaire… sur little poney qui s’affaissa sous le poids d’un humain adulte. La scène avait à la fois quelque chose de loufoque et d’improbable, sa supérieure hiérarchique se vautrant lamentablement sur un androïde représentant probablement Le vestige technologique d’une civilisation éteinte depuis plusieurs millions d’années… Arkas ne sut s’il devait en rire ou en pleurer… ou les deux.

Mais Aurora, fidèle à elle-même, ne s’en tint pas à la chute, une longue et profonde injure se fit entendre depuis le sol, signe que la Capitaine était bien revenue à elle, et qu’elle allait probablement très bien, cela eut pour effet de rassurer l’espion, malgré les circonstances.

Il resta tranquillement planté là, les bras croisés, le regard planté sur la scène la plus improbable de l’histoire de l’univers, le visage impassible, blasé par cette rude journée…

Aurora finit par se relever non sans oublier de défroisser Barbie Univers au passage et sans oublier la petite excuse bien british plus pour la forme que pour le fond, lorsqu’elle se tourna vers l’espion, le visage marqué par l’incompréhension, celui-ci afficha son légendaire sourire rassurant avant de lui répondre :

« Heu… comment dire, vous n’êtes pas loin de la vérité, disons que c’est plutôt la prise qui est venue à moi sans ménagement, et qui plus est, cette prise c’était vous… »

Passant ses mains dans ses cheveux histoire de leur rendre un semblant de dignité il indiqua d’un signe de tête la petite Kara puis il enchaîna :

« Elle a rapidement découvert que l’interface n’était pas connectée au réseau, le réseau lui-même semble avoir été supprimé lors de l’infestation par ce programme autonome, et ce depuis longtemps. Visiblement le Creuset a prit les mesures qui s’imposaient pour sa préservation. Quoi qu’il en soit, au moment où nous cherchions une solution pour vous sortir de là sans vous griller la cervelle cette chose s’est évadée, brutalement, en ce qui me concerne je l’ai bien sentie passée… et mon détecteur Lantien en a pris son compte aussi, difficile de dire s’il est encore opérationnel. »

Se disant il sorti et regarda de plus près l’engin sans pour autant essayer de le remettre en fonction.

« Et vous ? Alice ! Cette balade au terrier ? C’était bien ? Vu le lapin ? »
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Lun 1 Juin - 22:20

Un haussement caractérisé des deux sourcils accueillit la déclaration de Arkas qui regardait sa supérieure avec le flegme d’un bovin face à un pneu de voiture.
Tout était normal…
Ou plutôt, le Grec avait du avoir une bonne suée et Aurora venait de le consterner dans cette ultime et magnifique action burlesque.
A tout bien y réfléchir, elle devait s’avouer qu’on avait vu mieux. Mais aussi qu’elle avait tellement l’habitude de se retrouver dans des situations aussi dangereuses que cocasses, qu’au final et bien… Elle n’y faisait plus attention.
Sur ce que n’était pas encore le cas de l’espion, qui se hâta de remettre de l’ordre dans sa coiffure alors qu’elle dardait un œil sur lui où brillait un éclat diffus d’amusement : Il avait tout d’un dandy celui-ci.

Très vite cependant, la réalité et la gravité des derniers événements revinrent sur le tapis et firent rapidement oublier à la Blonde toute forme d’excuses éventuelles… Bon, il fallait avouer qu’elle n’y pouvait rien faire. Mais tandis que l’autre lui racontait les joies de l’électricité vivante et mobile, elle sembla l’inspecter à son tour comme pour juger de son intégrité.
Pas même discrète pour le coup. Ce qui importait, c’était que le Caporal était en un seul morceau… Pas question de l’abimer celui-là, elle en avait suffisamment vu partir avant lui mais se garderait bien de le mentionner pour le coup.

Raclement de gorge alors qu’elle posait ostensiblement son regard clair sur le détecteur et franchissait la maigre distance qui les séparait en se mordillant la lèvre comme elle en avait grande coutume lors de ses réflexions intenses… Souvent nées du soucis.

Un œil sur l’appareil Lantien et l’autre sur son interlocuteur, la jeune femme pinça les lèvres avant de faire la grimace et à la voir, c’était moche… C’était très moche ce qu’elle s’apprêtait à dire.

« Vous avez aussi vu passer le lapin et il devait être pressé après quelques millions d’années coincées dans une réalité virtuelle antique… »


Passant une main sur son visage, celle-ci se perdit finalement dans ses poches à la recherche de quelque chose de non précisé, constatant au passage d’un regard qu’il faisait pour ainsi dire, nuit dehors.

« Sauf que je n’arrive pas encore à savoir si c’était une bonne ou une mauvaise chose… »

Elle se chercha un appuis, de préférence loin du fauteuil tout en continuant à s’auto fouiller.

« Gae Assail, la lance d’If. Une création d’un certain Mercurius ou Mercure. Un espèce… de virus espion ultra sophistiqué, doté d’une conscience, capable d’évoluer et de s’adapter en temps réel… Non originaire de cette planète au demeurant, de ce que j’ai pu comprendre, c’était très clair… »

Alors qu’elle s’aventurait à croiser le regard de l’espion, celui-ci put y lire à la fois de l’inquiétude mais aussi le doute.. Non des informations récupérées mais plutôt… plutôt de tout ce que cela pouvait engendrer.

« C’est de la technologie Ancienne ou en tout cas, ça en est proche » Dit-elle avec un mouvement du menton en direction du détecteur alors qu’elle extirpait finalement un petite paquet à moitié écrasé et dont elle tirait, non sans une certaine satisfaction, une cigarette à l’aspect plutôt biscornu et qu’elle lissa avant de la porter à ses lèvres : restait maintenant à trouver un briquet.

« Ce qui m’inquiète en l’occurrence c’est ce qu’il a put trouver sur votre joujou… Ou y laisser… Ou… Rhaaa… »

Où était ce fichu briquet quand elle avait besoin de lui. Sa tête lui faisait horriblement mal et elle avait du mal à fixer ses pensées sur une idée précise.

« Commence par le commencement Aurora. Concentres toi… Il m’en a dit… Beaucoup plus que ce qu’on pouvait attendre. Je ne pense pas qu’il soit belliqueux à notre sujet, sans quoi il nous aurait tous diablement grillé au passage, mais au contraire, il a préservée mon intégrité… Deux facteurs l’explique. Sa programmation initiale est la recherche d’information concernant les cultures et leurs évolutions ou plutôt, la chute des Empires. Il observe, il archive et parfois, il se pourrait qu’il intervienne… Mais j’ignore dans quelle mesure. Quand il est arrivé ici, il lui manquait certaines données plus poussées et il a tenté de pénétrer dans le réseau pour rejoindre le Creuset… Celui-ci à répliqué en détruisant l’entièreté du réseau et poussant ce programme en quarantaine, apparemment la seule façon de l’isoler et le mettre hors d’état de nuire définitivement. Ce que je comprend moins, c’est pourquoi prendre de telles mesures et la question que je me pose également, c’est quelles conséquences cela a-t-il engendré…. Quand on voit ce qui s’est produit sur cette planète. »

Le briquet apparu dans sa main. Ayant finalement trouvé l’objet de sa quête, elle alluma sa clope sur laquelle elle tira profondément avec un soupir de soulagement. C’était idiot, mais ça l’aidait à réfléchir en deux agitations.

« Gae fait partit d’un groupe de plusieurs programmes conçus part un même individu, il n’est qu’une partie de.. ses outils dirais-je. Mais je n’en connais pas suffisamment en paganisme pour vous en dire plus. Par contre, il a insisté sur un fait précis : la technologie possédée par ce peuple, ces gens, cette capacité de communiquer à tous les niveaux mais aussi, ses application diverses. »

Dans son nuage de fumée, elle guettait toujours un signe du détecteur d’Arkas.

« Étudier… Récupérer des informations et des technologies. Mais aussi constater… Le Creuset pourrait être autant une bénédiction que le pire des dictateurs jamais créé.. Bref… Il a profité de mon énergie corporelle pour se frayer un chemin hors de sa prison malgré toutes mes tentatives de l’arrêter et j’ignore totalement ce qu’il compte faire : à l’heure actuelle, je l’estime proprement inendiguable. »

Un silence pesant suivit ses paroles avant qu’elle n’ajoute.

« Et j’ignore toujours quel est le lien avec … L’autre Jonah que j’ai vu. Mais il y en a un… Son code… Son code était parfait, merveilleusement pensé, élégant, d’une redoutable efficacité et ce code… Je le connais, car je l’ai déjà vu sans jamais le comprendre tout à fait.. »

Elle tiqua et commença à faire des aller retours, nerveuse visiblement et fit quelques longueurs avant de se figer quand son estomac protesta dans un bruit grotesque. Là, elle fixa Arkas dont la mine patibulaire attestait de sa fatigue.

« Mais je suppose que je vous soumettrais tout cela… Après quelque repos. Quelles sont les nouvelles des autres ? Et d’ailleurs… Quelle heure est-il ? »

Oui, c’était bien de poser la question, parce que si elle était toujours en mode zébulon dont les pensées bouillonnaient littéralement, elle ignorait tout des derniers événements…

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Mar 2 Juin - 12:04

L’espion écouta attentivement Weiver, qui raconta succinctement sa visite au pays des merveilles, si tant est qu’on pouvait l’appeler ainsi, sa rencontre avait soulevé encore plus d’interrogations qu’initialement, là où ils espéraient trouver des réponses ils n’y avaient trouvé qu’encore plus de mystère. La jeune femme semblait aussi éreintée qu’il ne l’était lui-même, rien d’étonnant au vu de son expérience sur ce fauteuil. Les allégations intriguèrent de plus belle le grec qui ne cessait de chercher un lien entre les évènements de ces dernières 48 heures.

« Un lapin très électrique, pas étonnant vu le temps qu’il a passé dans sa cage virtuelle. Une autre civilisation s’est donc fortement intéressée à cette planète, dans quel but, simple espionnage ? Difficile à croire, une intervention peut-être mais contre quoi ? Il est effectivement intriguant de constater que ces peuplades excessivement  violentes se soient vu imposer un système dictatorial sans quoi ils auraient continué à s’éventrer pour un lopin de terre. Au revoir la liberté…»

L’espion fut surpris de voir Aurora sortir une clope de sa poche après l’avoir rudement cherchée, l’état lamentable du tube cancérigène fit sourire le grec.

« Mes aïeuls quel âge à votre cigarette ? Et vous fumez en plus ? Ts ts ts. Bref, vous pensez qu’il y aurait un lien avec les Anciens ? Ma foi ça se tient, son passage au travers du détecteur n’est pas anodin en effet, et pour le moment il semblerait qu’il ne soit pas notre ennemi, ce qui me rassure grandement, j’ai tendance à me méfier de l’intangible. De La Croix devrait pouvoir nous en dire plus sur les origines de ces noms et nous devons tenter d’éclaircir certains points, le but réel de ce Mercurius, les raisons de l’activité du Creuset sans oublier qui ou quoi a projeter la forme de Jonah dans votre esprit. Nous avons encore pas mal de boulot on dirait. J’ai l’impression également que ce code à toute son importance.»

L’attention de l’espion fut attiré par le regard que jetait de temps à autre Aurora sur l’engin Lantien, il le releva quelque peu et tenta de le remettre en fonction, celui-ci ne réagit pas comme d’habitude ce qui eut pour effet de l’inquiéter, il serait fort regrettable de ne plus pouvoir s’en servir. Mais ce qui le préoccupait le plus fut les informations que l’entité aurait put glanées, Ouranos repensa du coup au signal familier observé à plusieurs reprises dans la journée.

« Nous allons y réfléchir à tête reposée à l’hôtel, à ce que j’entends vous allez mourir d’inanition si on rentre pas de suite. Nous en avons assez eu pour aujourd’hui, rentrons voulez-vous ? »

Arkas se passa les mains dans les cheveux pour ensuite se frotter le visage comme si ce geste pouvait lui permettre de tenir le coup encore quelques heures, ce qui d’ailleurs lui fit penser qu’il devait être très tard. Il jeta un œil par la fenêtre et constata qu’il faisait nuit, le temps s’étant fortement calmé, il en profita pour vérifier l’heure qui en effet indiqua qu’il était 23h15. Le rythme temporel de ces lieux semblait totalement différent de la norme terrienne sur lequel leur horloge interne était calibrée, pas étonnant donc qu’ils se sentent aussi décalé et épuisé, la journée ne pouvait être seul responsable de cet état.

« Il est très tard, vous êtes restée absente plusieurs heures, les autres équipes n’ont rien pu découvrir de concret, il semblerait que les secrets de cette planète soient sérieusement et minutieusement bien protégés, ce qui remonte fortement le caractère précieux et sensible de ce qu’on pourrait y découvrir. Jesolo a ordonné aux autres de rejoindre l’hôtel, ils nous attentent pour le briefing. »

Sur ces paroles il lança un bref clin d’œil amical à cette jeune et intéressante collègue qu’il appréciait à sa juste valeur et d’un geste de courtoisie  lui céda le passage vers le couloir. « Après vous. »

L’esprit surencombré il failli oublier leur nouvelle petite amie qui était restée plantée là à les écouter attentivement.

« Kara, accepteriez-vous de nous accompagner ? J’aimerai vous présenter au reste de l’équipe, et puis je pense que notre enquête pourrait fortement vous intéresser. Vous marcherez ou vous préférez que l’on vous porte ? Je plaisante bien sur… »
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Jeu 4 Juin - 8:55

La pluie ne cessait de tomber sur la ville. Des hallebardes gelées versées par le ciel sans jamais discontinuer alors que penser de la tempête d’il y a quelques heures ? De la puissance du faisceau lumineux qui avait traversé le ciel pour en disperser les nuages ?


[Communication Radio] :’’Des informations du style qui envoi de la lumière ? Oui ca serait sympa de nous tenir au courant. Ramenez vous fissa’’

C’était la voix de Jesolo cependant le capitaine n’avait pas vraiment l’air jouasse. On aurait même pu affirmer sans se tromper qu’il était vaguement agacé. Par quoi ? Nos héros ne devaient pas tarder à le savoir…Cependant en parlant de colère, la petite Kara qui avait manquée de se faire broyée sous le poids (qu’on évitera de préciser) d’une alice en plein trip LCD…N’était pas très contente non plus. Elle toisa du regard la jeune femme et se drapa dans sa dignité.

‘‘Non merci ! Je vais marcher ! Je suis une grande fille maintenant. Après tout je n’ai que quelques millions d’années d’existence ’’

A n’en pas douter, le petit brin de technologie était particulièrement vexée mais après tout se faire traiter comme une gamine et manquer de mourir en voyant une montagne une blonde vous tomber dessus…Bah disons qu’elle ne mangeait pas de ce pain-là.

Notre petit groupe reprit le trajet en sens inverse sous une pluie battante. De longues minutes dans le froid, le noir et la pluie pour retourner à l’Hôtel. Là, ils purent constater l’absence significative des deux militaires de service. En effet, il n’y avait plus que le Capitaine, le Technicien et l’Archéologue. Ce dernier tendit des serviettes sèches et leur proposa d’aller se réchauffer sous la douche avant quoique ce soit.

Pendant qu’Aurora prenait donc une douche, notre ami espion détailla une nouvelle fois son détecteur. La bonne nouvelle, c’est qu’il fonctionnait toujours. Du moins, il s’allumait. Il y avait quelques parasites et il dégageait une forte chaleur. A croire qu’il avait surchauffé. Il affichait toujours ce degré de détail incroyable mais chose étrange, la carte qu’il voyait désormais était plus grande et centré plus au nord.

Quelques minutes plus tard, quand tout le monde fut prêt, la grande conversation devait commencer. Jesolo annonça que la tempête avait fait plus de dégâts que prévu. La navette et le chasseur n’étaient pas prévus pour stationner dans ce genre de condition. Les deux modes de transport avaient disparu…Et il y a quelques minutes Black Jack annonçait à la radio qu’il venait de retrouver un bout d’aile du chasseur mais pas le reste. Les recherches se poursuivaient sous la pluie pour les deux anciens membres des Rangers.

Le technicien continuait de travailler sur la carte holographique du Capitaine et mettait à jour ses rapports tandis qu’Aurora et son compère firent leurs rapports. Le Capitaine Italien semblait pour le moins dubitatif, même s’il avait vu de ses yeux la lumière dans le ciel. Il n’était pas très joyeux à l’idée qu’un virus se balade dans la nature. L’archéologue apporta trois tasses fumantes de café noir et s’installa dans un des canapés.

‘‘Ca fait beaucoup d’information à gérer sans compter que cela donne une autre dimension à notre mission.’’

Il but une gorgée, le temps d’assembler ses pensées.

‘‘Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de travailler comme consultant aux débuts du SGC. C’était à la fois de l’archéologie et du renseignement, le projet mémoire. Il s’agissait de déterminer dans la mythologie qui était susceptible d’être une menace, un allié et de recouper cela avec ce que l’on savait. Avec l’arrivée des Tok’ras, le projet est tombé dans les oubliettes. Les renseignements ont travaillés sur les brides d’informations des Tok’ras pour établir leur liste de menace potentielle.’’

‘‘Bref, j’ai étudié le cas de Mercure…La théorie de l’époque était que son nombre impressionnant de facette n’ayant rien en commun cachait probablement un groupe de personne, peut être un projet et pourquoi pas une ville. Après la découverte de la première cité des anciens, on a rouvert le dossier par acquit de conscience mais nous n’avions aucune preuve qu’un Ancien est déjà emprunté le nom d’un Dieu. Mais restait la possibilité d’un projet ou d’une cîté. D’après votre Virus, Lug serait son créateur mais il ne s’identifie pas à lui…Il a délibérément choisit Mercurius. Ca veut rien dire en soit…C’est peut être une forme d’ironie puisque Mercure et Lug sont les deux faces d’une même pièce. Un témoignage d’un certain respect ’’

‘‘Lug c’est une autre histoire. Si je me trompe pas, Gae Assail c’est la lance faite de bois d’If dans une saga irlandaise. L’un des attributs de Lug. Dans la mythologie, ce type est un rebelle avec un grand R. La caste des dieux irlandais est très…Disons Strict. Tout est défini, hiérarchisé et il n’y a de la place pour personne. Lug quant à lui a fait tous les boulots possibles et inimaginables : Echanson, forgeron, garçon d’écurie, soldat…Un Cv long comme le bottin téléphonique de pékin. Il s’invite à une fête divine comme joueur d’échec et il bat le roi des Dieux au jeu. Grace à cela, il vole le pouvoir et devient le Dieu Roi officiel. ’’

‘‘En mettant de côté la mythologie, Lug est considéré comme un Héros parmi les siens. C’est aussi quelqu’un de versé dans tous les arts ou sciences. Dans les derniers rapports du CIS, on dit que Lug serait à l’origine d’une hybridation entre les anciens et les Asgards pour donner naissance à une nouvelle race : les Vanes. Ce serait donc un spécialiste de la génétique qui aurait vécu aux grandes heures de l’Alliance des 4 Grandes Races. Les premières heures des Altérants dans la voie lactée. De ce que j’ai cru lire, l’éthique n’est pas le genre de détail qui l’étouffe. Et il serait pas impossible que ce soit lui qui est offert la technologie qui a permis aux Asgards de devenir immortel.’’

Jesolo passa sur un autre canapé, passant une main sur son visage.


‘‘Ok alors je commence par les faits :
1° La vie humaine est apparu sur cette planète quand les Anciens sont arrivés sur Terre

2° Un vaisseau des Anciens passe près de cette planète, active un programme appelé DIVERSITY et ne dépose pas de porte.

3° Une civilisation particulièrement violente voit le jour. Se développe et fini par disparaitre du jour au lendemain. Les survivants prennent deux vaisseaux et disparaissent dans la nature.

4° Des millions d’années plus tard, des Goa’ulds/Unas débarquent dans le coin et se font botter le cul. Probablement pour la même raison qui a décimé la population locale.

5° Nous avons un spécialiste de la génétique impliqué dans cette histoire
J’ai rien oublié ?
’’

L’archéologue sourit.

‘‘Et un super virus des anciens ?’’

Le Capitaine soupira

‘‘6° Et un super virus probablement venant des Anciens qui archivaient toutes les décisions prises par ce peuple. Quelqu’un à quelque chose à rajouter ?’’

De La croix sirota de nouveau son café et fini par prendre la parole.

‘‘Bon nous savons qu’il y a de grandes chances pour que les anciens soient une donnée à prendre en compte dans notre calcul. Je pense qu’on peut pratiquement les mettre dans la case ‘’Fait’’. Admettons qu’ils surveillaient le développement de ce peuple. Après tout à aucun moment le virus n’a cherché à mentir ou à dissimuler quoique ce soit. ’’

Le capitaine hocha la tête.

‘‘Je vais donc poser la question : Comment le Virus c’est retrouver là ? Si les anciens ne voulaient pas interférer, ils auraient pu regarder cela de loin. Mais d’après le Virus, ils voulaient tous connaître du pourquoi. Pourquoi avoir pris une décision plutôt qu’une autre.

-Oui et alors ?

- Essayez de réfléchir une minute. Comment ont-ils sut qu’ils devaient déployer un Virus ? A quel moment l’ont-ils sut ?

- Vous voulez dire qu’il y a peut-être un avant-poste des anciens quelque part sur cette planète ? Un observateur ?

- Ou un programme. Un vaste programme…En tout cas, il fallait au moins transmettre les données quelque part pour qu’elles soient traitées.

- Et pour ça il faut une station en orbite, un satellite…Ou effectivement un avant-poste avec un bon système de communication. Ca me parait logique mais je ne sais pas si nous devrions en faire une priorité. C’est chercher une aiguille dans une meule de foin et nous avons plus qu’un transport terrestre sous la main.
’’

C’est alors que la petite Kara fit son apparition.

‘‘J’ai aussi quelque chose à ajouter. J’ai consulté les anciens logs remontant avant la destruction du réseau. J’y ai découvert de légère trace du conflit avec le Virus. Ce que j’ai découvert, c’est que le Virus a attaqué des années avant la grande hécatombe qui a décimé mon peuple’’

Jesolo semblait toujours aussi étonné de cette merveille de technologie. Il hocha la tête.

‘‘Et alors ?

-Vous semblez penser que le Réseau a été détruit par le Creuset parce qu’il cherchait a détruire le Virus. Mais ce n’est pas ça…Le Virus été déjà en quarantaine depuis un long moment. C’est lorsque mon peuple a commencé à mourir par million que le Creuset a décidé de lui-même de détruire le réseau. C’était comme s’il cherchait à protéger le peuple. Je ne sais pas de quoi. Ni même pourquoi il pensait que ca aiderait à les protéger.

- Peut être pour leurs éviter de paniquer ? Black out médiatique ?

- Non au contraire, on aurait eu besoin de communiquer. C’est comme si le Creuset avait cherché a isoler quelque chose pour éviter que cela ne se propage
’’

Le Capitaine se passa la main sur la nuque.

‘’Quelqu’un pour faire un résumé de la situation ?’’

Shawn hocha la tête.

‘‘Nous devrions penser par niveau. Au niveau des Anciens, nous savons qu’il existe un projet appelé Diversity et qu’un généticien talentueux est au commande. Du moins, il est un membre actif. Un vaisseau de reconnaissance passe au large de la planète, détecte quelque chose et active le projet. Ce qu’il fait ou non a cette planète reste un mystère. En tout cas, il ne largue pas de porte alors qu’il s’agit d’un monde habitable ce qui est inhabituel. Des humains apparaissent même si c’est étrange…Est-ce que ce sont des anciens, une coïncidence ou le produit d’une expérimentation…On ne sait pas. Tout ce qu’on sait, c’est que Diversity les étudie. Un super virus est finalement envoyé pour collecter les données historiques sur ce peuple avant que ce dernier ne disparaisse. Mais les anciens ne sont pas lié à la disparition de ce peuple même si on sait qu’ils ont influencés leurs développement.’’

‘‘Au niveau du peuple qui vivait ici. Nous savons qu’ils étaient extrêmement violents. Aussi violent que cette planète. Développement chaotique, aucune stabilité jusqu’à l’arrivée du Creuset. Période d’abondance et de stabilité jusqu’à un évènement inconnu…Ils s’inquiètent de leur avenir au point de fonder un centre de recherche dédié à cela. En gros, changer de mode de gouvernance, changer de planète, la cybernétique et la communication. On sait que ce qu’ils craignaient est finalement arrivé...Il n’y a plus qu’une poignée de survivant qui fuient dans l’espace.’’

Jesolo acquiesça et reprit la parole

‘‘Et nous savons que ce qui a détruit ce peuple est toujours actif puisqu’il a détruit une flotte goa’uld. Nous parlons de quelque chose capable de survivre des millions d’années sans problème. Et pour le Virus ?

- S’il suit sa programmation, il devrait combler les années qui lui manque. Au mieux, si nous évitons de nous mettre sur sa route, il nous arrivera rien. Au pire, il pourrait penser que nous risquons d’interférer avec l’expérience en cours

- Quoi ? Mais il y a plus un rat !

- Peut être, mais comme le Caporal l’a souligné…Le Creuset est toujours actif pour une raison. Il aurait du se désactiver s’il n’a plus personne a administré. Nous devons peut être partir du fait qu’il y a encore quelqu’un de vivant.

- Vous voulez parler du fantôme du Capitaine ?

- Pourquoi pas. Après tout, j’ignore encore ce qu’est le projet Enfant des Etoiles. Si cela parle d’un être vivant…C’est peut être pas pour rien. Peut être une nouvelle forme de vie.

- Ou une nouvelle menace en puissance.
’’

Un long silence se posa dans la pièce…

avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Mer 10 Juin - 13:48

Un parapluie... un fucking parapluie aurait été le bienvenu, voyager à travers une galaxie dans des technologies de malade que la terre prendra mille ans au moins avant d'en comprendre ne fut ce que l'existence et eux se tenaient là... sous une pluie battante, trempés comme des serpillères...et sans parapluie... ironie quand tu nous tiens... je te trouve très sévère !

La tempête s'était fortement calmée même si la pluie se montrait encore trop présente, c'était mieux ainsi, auquel cas ils seraient restés coincés dans ce bâtiment encore Dieu sait combien de temps. Cela ne les empêcha pas de progresser à vive allure, pressés qu'ils étaient de rentrer à l'abri. Arkas ne put s'empêcher de penser à une bonne douche bien bouillante histoire de détendre ses muscles tendus par cette journée houleuse. Se faisant il refit le point mentalement sur tous ces évènements cumulés au cours de leur pérégrinations, pas mal de choses en fait, qui devaient forcément être liées à un moment ou un autre dans leur déroulements, restait à savoir quand et pourquoi et surtout par qui ? D'expérience tout le monde pouvait s'accorder à affirmer que derrière toute technologie se trouve toujours une personne ou un groupe de personnes !

La voix de Jesolo se fit entendre au travers de la radio, il avait l'air sous pression et c'était parfaitement compréhensible :

[Radio] "On arrive Capitaine, le temps de faire le chemin du retour. Terminé."

Ce fut au tour de la petite Kara de manifester son mécontentement, les technologies manquaient réellement d'humour pensa t'il en son fort intérieur.

"Ne soyez pas si susceptible jeune demoiselle, et puis vous ne faites pas votre âge. L'humour est un trait de caractère qui permets de rester en état de santé mentale satisfaisant si l'on veut avoir la possibilité de vivre longtemps, et nous n'avons pas votre chance éternelle nous les pauvres humains avec notre espérance de vie qui avoisine les 80 années si on a de la veine..."

Peu de temps après ils arrivèrent enfin dans la rue de l'hôtel, la nuit était totale, les lumières diffusant leurs rayons sécurisant, le petit groupe n'attendit pas plus que nécessaire et s'engouffra avec impatience au sec et au chaud.

L'ambiance était tout du moins particulière, on sentait l'épuisement général, Arkas remarqua également l'absence de deux de leurs comparses mais ne le releva pas, sachant que les réponses viendraient en temps voulu. L'espion ne se fit pas prier lorsque le Capitaine leur tendit une serviette en les invitant à se mettre en confort avant le débriefing, il fila de ce pas dans l'une des salles de bain libre après avoir emporté des vêtements sec qu'il retira de son sac dans la chambre à coucher.

Le corps endolori et les traits tirés c'est avec un peu de difficulté qu'il retira ses vêtements, grimaçant ici et là, ensuite il se massa quelques muscles tendus avant de se poser quelques minutes à même le sol, son esprit alla de nouveau vers le détecteur qu'il avait complètement oublié sur le chemin du retour. L'engin s'illumina sans problèmes, ce qui eut pour effet d'étonner le grec, solide et résistant pensa t'il, un sourire se dessina sur son visage lorsqu'il aperçu les données d'affichage.

Les quelques parasitages et la chaleur anormale qui émanaient de l'appareil ne surprirent guère Ouranos, étant donné ce qui avait traversé le détecteur il pouvait s'estimer heureux que celui-ci fonctionne encore parfaitement. Ce qu'il y vit retenu toute son attention, il en mémorisa les détails et les garda pour plus tard, il envisageait d'exposer les éléments au groupe dès ce soir. Il le rangea et se glissa sous la douche, pressé qu'il était de s'y liquéfier.

Les nouvelles ne furent pas des plus encourageantes, la tempête avait visiblement fait pas mal de dégâts, particulièrement aux transports et l'espion sut du coup les raisons de l'absence de ses deux collègues. L'espion prit facilement une bonne trentaine de minutes pour exposer son rapport sur les évènements rencontrés dans la pièce au fauteuil, conscient de la masse importante de données à traiter il n'en fut pas moins des plus précis partant du principe que le moindre détail omit ou oublié pouvait avoir des conséquences désastreuses.

Une fois terminé il accepta avec enthousiasme le café proposé par l'archéologue qui prit la parole et leur exposa les corrélations des données recueillies. Visiblement la mythologie  n'était rien de moins que l'interprétation de choses inconnues et incompréhensibles par ceux qui les avaient imaginées. De nouveau la tête de l'espion lui fit brièvement mal, trop d'informations, trop d'éléments à recouper pour y trouver des liens, sans parler de la chronologie sur une si longue période.

"wow wow wow... ça fait beaucoup de choses à prendre en compte, d'autant plus qu'il s'agit de pas mal de spéculations. D'expérience je me contente généralement de faits vérifiés, nous avons Kara et des terminaux dans le coins qui pourraient nous aider à mieux comprendre, et a confirmer nos théories."

Les théories continuèrent à fuser ici et là, d'ailleurs même Kara y alla de ses constatations, Arkas repensa soudain aux affichages du détecteur, qui depuis le début de journée avait affiché des informations qu'il n'avait pas eu le temps de bien analyser.

"Nous nous trouvons donc bien avec une menace réelle sur cette planète, une menace suffisamment puissante pour détruire peuple et vaisseau rempli de Goa'ulds. Ce n'est pas une mince affaire et jusqu'a cet instant même nous ne savons pas grand chose sur ce sujet. Il serait impératif de consulter donc les archives pour en savoir plus sur ces éléments ainsi que leur chronologie."

L'espion sorti l'engin Lantien de sa poche le consulta encore une fois :

"Ah au fait, il serait intéressant de se concentrer également sur ce que j'ai sous les yeux. Je connais suffisamment cet appareil pour certifier que depuis ce matin il affiche des informations à notre intention, peut être réagit-il a un signal ayant un lien avec les Anciens. Cet après midi un signal fort et précis indiquait une position pas si loin d'ici, et autre chose, la précision et l'échelle de la carte étaient inhabituelles, trop performant par rapport à ses habitudes. Et depuis le passage de Mister Electric dans l'appareil celui-ci affiche une zone au nord de notre position. Ce que je veux dire c'est que nous ne devons en aucun cas négliger le comportement de ce détecteur, je reste persuadé qu'il ne s'agit pas d'un hasard."

avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Ven 19 Juin - 11:11

Aurora avait détournée la tête en écoutant tout ce petit monde émettre ses théories et suppositions. Si rien ne lui échappait, elle avait l’air ailleurs, ses yeux clairs perdus sur la baie vitrée, plongés en apparence dans la noirceur d’une nuit sans lune. La tête appuyée sur une main, sa moue était songeuse pendant que les autres palabraient.
Les informations fusaient et son esprit vif et complexe classait progressivement les données, tentant de distinguer les points les plus importants. Il fallait commencer à éliminer hypothèses et suppositions pour ne s’en tenir qu’à des faits et aller à l’essentiel.

Et tandis que le silence se prolongeait, sa voix pensive finit par le briser sans toutefois se tourner vers ses interlocuteurs.

« Pourquoi créer une nouvelle forme de vie si c’est pour l’abandonner… Le projet Enfant des étoiles doit être totalement lié à leur exode programmé. Ils l’envisageaient depuis longtemps, c’était une échappatoire avant la catastrophe, même si apparemment leur départ à été précipité. L’homme, d’où qu’il soit, cherche à survivre… Une sorte d’immortalité. Des siècles dans l’espace nécessiteraient une adaptation bien particulière, d’autant qu’ils n’ont pas tous prit la même direction… »


Elle sembla daigner considérer ses compagnons, toujours dans cette position qui avait quelque chose de lascif en la circonstance, comparativement à son énergie habituelle : surement était-elle épuisée sans tout à fait le laisser paraitre. Son regard d’un bleu outrancier vint rencontrer celui d’Arkas aussi significativement qu’étrangement.

« Gail n’a pas vocation à la destruction, ce n’est qu’un observateur plus ou moins passif qui pourrait bien corriger les « défaillances » de l’évolution. Je pense qu’il était là depuis le début de leur histoire. Je pense qu’il n’est qu’un seul élément des quelques autres à retrouver. Que la création de ce peuple était bien une vaste expérience menée sur le long terme par Lug… Le "Virus", ne nous fera pas de mal directement et puis… Je l’ai intrigué… »

Elle avait passé sous silence l’allusion à Jonah et à ce qu’elle connaissait, les équations, elle en avait juste abordé les grands traits, sans notifier qu’elle en connaissait certaines. Cela la jetait dans une sorte de mutisme ultra pensif, surtout quand elle devinait que parmi eux, il y en avait un qui n’était pas tout à fait honnête : et ce n’était pas l’espion Grec en l’occurrence.

« Il est possible qu’ils aient découvert en partie leurs origines, cette fameuse légende sur laquelle ils se sont basés sans y croire totalement. Le Creuset a peut-être même été créé pour contrebalancer ça. Il est vrai…. Que j’ai eu l’occasion de jeter un œil à ce rapport sur les Vanes sommairement et maintenant que vous le dites, je constate que cela fait systématiquement état de peuples guerriers… Comme si l’étude de l’agressivité humaine et de sa perdition était significative, plus importante que le reste… Aussi cruel que cela puisse nous paraitre. Je pense qu’il y a au moins deux autres entités d’origine Ancienne sur cette planète et que le Caporal à raison : le détecteur nous l’indique clairement. J’aimerais que nous y allions dès demain d’ailleurs. »

Là, son regard coula ostensiblement sur Shaw.

« Pourriez-vous m’en dire plus sur les artefacts que pouvait utiliser Lug en dehors de sa lance ? Ce sont les éléments que nous devons retrouver… Mon « fantôme » en fait probablement partie….. C’était couru d’avance… Tout était prévisible… La seule chose qui m’échappe toujours, c’est l’origine de ce à quoi ils ont cherché à échapper. Ont-ils indirectement provoquée leur perte ou ont-ils réveillé un ancien démon… Ou les deux. »

Elle dodelina de la tête en regardant la Minipouce.

« L’interface en elle-même pouvait être un facteur initial… Le Creuset aurait peut-être mieux fait de laisser Gail achever son travail. Privé d’une partie du système, qui sait ce que cela à put déclencher… Ailleurs… Ou alors c’est votre langage empathique qui pourrait en être également la source, d’où la volonté de destruction du réseau. Qui sait si le suicide n’est pas contagieux… »

La dernière remarque était à la fois cynique et ironique, on sentait qu’elle n’y croyait qu’à moitié. Elle percevait juste là dedans, l’un des facteurs qui avait put mener à la destruction de la civilisation tout comme celle des Goa’ulds. Une énorme balle de foin à l’échelle planétaire dont l’histoire se mêlait à ses propres sources aliens.

« Il doit surement y avoir un émetteur en tous cas, indépendamment du Creuset. Celui-ci sera notre second objectif si vous n’y voyez pas d’inconvénient Jesolo. »


Elle se décida à se servir un café et puis suspendit son geste regardant alternativement Kara puis Arkas.

« Kara, saurais-tu faire une comparaison ADN entre ton peuple et le sang de notre Grec ? Il est possible que d'y retrouver un gène particulier qui pourrait être un dénominateur commun. Si c’est le cas, alors nous auront la certitude que les habitants de cette planète avaient une corrélation génétiques avec les Altérans puisqu'ils sont fort loin de nous. Ce qui expliquerait une partie de leur génie technologique que Gail encense tant... Au fait… Comment se nomme ta planète ?»

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Jeu 25 Juin - 7:08

Les réactions dans la pièce furent pour le moins contrasté…mais pour l’ensemble, les autres membres de l’équipe gardait le silence plongé dans d’intenses réflexions. Même le petit robot n’osait rompre le voile qui c’était posé dans le salon bien que ces processeurs lui avaient permis de faire trois fois le tour de la question. Néanmoins l’espion grec à l’œil affuté devait certainement remarquer un point étrange.

Au passage d’Aurora sur l’étude de l’agressivité humaine, le docteur avait laissé entrevoir une réaction anormale. Son regard avait subtilement et soigneusement évité de rencontrer celui de quiconque et avait modifié son langage corporel pour ne laisser que de la neutralité. Une chose était certaine, ce n’était pas le genre de chose qui s’apprenait sur le net ou dans une partie de poker. Il ne devait faire aucun doute au grec qu’il avait dû être formé par des pros…Mais pourquoi ? Par qui ? Et que ne voulait-il pas qu’on remarquer ?

‘’Ayato analyse’’
A se perdre dans ses pensées, le caporal ne sentit pas l’Italien lui prendre son détecteur pour le lancer au technicien qui le regarda brièvement.

‘‘800 kilomètres plus au nord. Ca prendrait plusieurs heures en planeur, deux jours en véhicule et je vous laisse faire le calcul à pied’’
Il pianota sur son ordinateur et le cube holographique du sgc afficha une zone d’une centaine de kilomètres de long dans ce qui ressemblait à une toundra.

‘’C’est une projection de ce qu’on a capté lors de notre tour en orbite haute. Il n’y a aucune structure à cet endroit…Autrement dit, nous cherchons une aiguille électronique dans une meule de foin glacée. Le détecteur est HS pour cette zone. Ca doit vouloir dire que la base est énorme…Ou bien que notre virus a faussé la visée expressément. Par contre je peux vous dire qu’il y a un satellite ancien en orbite. Impossible d’avoir ce genre de vue avec la portée de cet engin. Il y a des relais ancien en orbite ce qui est logique pour faire de l’observation’’
Cela restait logique et plus que probable sachant qu’un simple détecteur ne pouvait pas avoir autant de portée. Le plus étonnant était peut-être de voir que malgré le temps, le détecteur qui n’était certainement pas de la même génération avait pu se connecter facilement. L’italien passa sur la question pour revenir au point central.

‘‘ Donc en définitive, je raye l’avant-poste des anciens de la liste de nos priorités. C’est loin, nous n’avons plus de transport aérien et nous cherchons quelque chose que les anciens ont voulu camoufler et que la technologie de cette planète n’a jamais réussi a détecter. C’est une perte de temps. De plus, vous avez beau penser ce que vous voulez capitaine, tant que ce virus nous laisse tranquille, je n’irais pas lui chatouiller les circuits pour le provoquer. Encore moins quand je perds la moitié de mon arsenal dans une simple tempête ’’
Le Capitaine regarda son homologue, espérant trouver un peu de soutien mais il ne comptait pas trop dessus non plus. Il restait cependant déterminé à ne pas prendre de risque inutile et cela pouvait se sentir.

‘‘Nos ordres sont et reste de déterminer les menaces potentielles de cette planète, d’effectuer une reconnaissance et de revenir en pouvant répondre ou non à une simple question : Est-ce que ce monde est viable ou risque t’il de nous péter a la gueule. Je ne veux pas libérer une horreur, il y en a bien assez dans la galaxie. Pour le moment nous devons nous assurer un moyen de rentrer à la maison…Donc je propose que notre prochaine destination soit le port spatial pour trouver un transport de secours. Dans un deuxième temps, il serait judicieux d’atteindre les archives centrales pour répondre à nos questions.’’
L’idée de diviser l’équipe n’avait pas l’air de faire l’unanimité dans la pièce. Du moins du côté de l’équipe internationale, peu semblait emballer à l’idée d’aller crapahuter dans la pampa glaciale surtout quand on ignorait tout de ce que pouvait réserver la faune locale. Ou de ce que pouvait donner une tempête de neige dans le coin. Cependant, Aurora pouvait voir qu’il y avait une ville dans le nord qui faisait partit des cinq points repérés depuis l’espace.  

Elle était assez éloignée de la zone de recherche. Une bonne journée de route, ce qui situait la ville dans l’une des zones les plus sauvage et les plus froide de la planète. Y accéder par la terre ne serait pas une partie de plaisir et d’après le détecteur, les vents pouvaient être assez violents. Il faudrait un bon engin pour y accéder…

[g][Communication radio][/g]’’Ici Sandman, on a retrouvé le transporteur et le chasseur…Chasseur HS, il lui manque une aile et il est entrain de barboter dans l’océan. D’ici demain on devrait voir quelques débris sur la plage. Quant au transporteur, il s’est pris un arbre en bordure de la ville.’’

[g][Communication radio][/g]’’Un putain d’arbre géant ouai.’’

[g][Communication radio][/g]’’Il s’est bien encastré dans les hauteurs. On va en avoir pour quelques heures pour le récupérer. Sans matériel c’est compliqué…Et en parlant de matériel, on en a retrouvé un peu partout. Il faut parier que notre transporteur est vide ou quasiment. J’en saurais un peu plus d’ici une bonne heure mais d’ici ça a l’air moche. La coque a souffert mais l’intégrité ne semble pas entamée.’’

[g][Communication radio][/g]’’Et faut dire aussi que la forêt grouille de vie. On s’est fait attaquer par la faune locale. Un putain de loup ou un truc du genre aussi gros qu’une vache. Il s’est mangé une bonne rafale mais je n’ai pas réussi à trouver le corps. Je n’ai pas trouvé de signe de passage aux alentours de la ville. Pour une raison ou une autre, les animaux ne veulent pas mettre les pieds dans les ruines. Les abords en revanche c’est une autre histoire’’

[g][Communication radio][/g]’’Ici le Capitaine, montez tous les deux dans le transporteur et passez y la nuit. N’allez pas risquer de vous aventurer à revenir si la faune est aussi dangereuse. On vous rejoindra demain

Sur quoi, Jesolo soupira espérant intérieurement que la navette pourrait faire le voyage retour jusqu’au vaisseau mère sans quoi le retour allait être compliqué.  

‘’Ayato, venez avec moi. Nous allons inspecter le transport terrestre que nous avons découvert dans l’usine.
-          Très bien, je viens de terminer la mise à jour de toute manière
’’

Les deux hommes sortirent de la pièce rapidement, laissant le petit groupe dans le salon. La petite Kara s’affairait de son côté depuis un moment offrant a l’espion ses premières conclusions.

‘‘Je pense que votre amie à raison. Quelque chose à peut-être provoqué une vague de suicide en utilisant notre technologie et c’est propagé sur le réseau. Cela expliquerait pourquoi le Creuset à tout détruit. Ca ne reste qu’une hypothèse que je ne peux pas vérifier, il faudrait accéder aux archives des orateurs en espérant qu’elles ne soient pas corrompues par le même virus. Vos goa’ulds ont certainement été exposés et cela expliquerait pourquoi ils se sont suicidés…Et qu’ils ont tout fait pour que cela ne se propage pas.’’

‘’Tout ce que je peux dire, c’est qu’effectivement la baisse enregistrée de la population ressemble effectivement à une pandémie. Le premier foyer semble se trouver…’’


Elle fit apparaitre une carte du monde et pointa du doigt l’un des cinq points qu’on pouvait voir depuis l’espace. Et ce dernier désignait la ville en ruine. On pouvait voir qu’elle tenait toujours debout malgré le fait qu’on avait tenté de la brûler jusqu’au dernier bâtiment. Il faudrait se rendre sur place pour en savoir plus.

‘’Quand à la question de votre amie, je ferais une étude ce soir plus en détail. Je me suis permise de prendre un échantillon de votre sang. Les analyses préliminaires montrent le cousinage que j’avais déjà remarqué chez le docteur de la croix. Cependant je ne vois rien de plus à part ce gêne spécifique que vous semblez posséder. Cela ressemblerait presque à de la thérapie génétique….Un gêne artificiel tenace. Je ne l’ai jamais vu auparavant et il n’y a rien de ressemblant parmi notre population. J’en dirais plus demain…Ah et le nom de notre monde est Ianus’’ [/i]

De son côté, Shawn avait entamé la conversation avec la capitaine pendant que Kara et le grec discutait.

‘‘Lug est un dieu puissant. Il possédait une autre lance si destructrice qu’il lui fallait la plonger dans un autre artefact : Un chaudron. Il lui fallait tremper sa lance dans ce chaudron emplit de sang pour baisser sa puissance sans quoi cela risquait de détruire le monde lui-même. Maintenant le chaudron est aussi un symbole de renaissance, un rite de passage parfois. Une sorte de baptême pour les guerriers’’

‘’Nous avons retrouvé beaucoup de chaudron dans le monde celte ainsi que beaucoup d’utilisation de cette image… Par exemple dans la légende arthurienne, il s’agissait là d’un des artefacts que Merlin essayait de réunir. Maintenant si je devais faire un parallèle, je pense qu’il s’agit d’une allégorie pour une technologie touchant à la vie. Quelque chose qui donnerait la vie ou la transformerait’’

‘’Après Lug est aussi appelé l’homme au bras long. Son bras entrerait presque dans la catégorie des artefacts vu qu’il lui permettait d’être partout à la fois et de tout atteindre. Un être omnipotent à un tel point qu’on lui donne souvent un parallèle avec Odin. Ce n’est pas pour rien qu’on le considère comme le roi du panthéon celte.’’
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Sam 4 Juil - 17:56

Au fur et à mesure du débriefing l’espion enregistrait toutes les informations, nécessaires au bon fonctionnement de l’équipe et surtout à la cohérence du groupe. Il était impératif de prendre les bonnes décisions sur plusieurs fronts.

« Je pense également que le virus en question ne représente pas de danger, du moins pour l’instant, tant que nous ne représentons pas un obstacle pour lui. Il doit posséder ses propres systèmes de défenses. Donc, si nous l’évitons dans un premier temps ça devrait bien se passer, et puis si nous sommes amenés à le croiser, il est suffisamment intelligent pour nous écouter et prendre en considération nos arguments. La preuve avec l’expérience du Capitaine Weiver. »

Les allégations concernant la mythologie fusaient dans l’esprit d’Arkas, et sur ce sujet, il fallait garder à l’esprit que lui-même venait d’une nation qui en débordait, et ces thèmes avaient toujours représentés un fort intérêt. Tous les mythes et légendes avaient une source véridique. Et après avoir passé des heures entières à éplucher les rapports sur Elyria force était de constater qu’en effet, les Dieux et leurs légendes se vérifiaient bel et bien.

C’est dans ces pensées que Weiver fit une requête à la petite Kara, non dénoué de sens d’ailleurs, pourquoi pas, une piste restait une piste, soit on y trouvait explications, soit on éludait une piste stérile. A peine l’espion acquiesçait que la petite androïde pointa le bras du grec du bout du doigt, d’où sorti une fine aiguille qu’elle planta généreusement et en pompa un peu de contenu, tout cela en quelques fractions de secondes.

« Wow… rudement précise et efficace à ce que je vois, ou plutôt à ce que je sens. »

Mais cette remarque relevait plus d’une boutade liée à l’inépuisable sens de l’humour du méditerranéen, il avait juste été surpris de la rapidité d’exécution, qui sommes toutes collait bien avec le côté programme informatique.

Ce fut à cet instant, pendant qu’Aurora abordait le point concernant l’agressivité de ce peuple que l’espion remarqua une chose étrange, l’attitude de l’archéologue, qui tenta de fuir le sujet, comme s’il le connaissait, d’une manière ou d’une autre ce comportement montrait clairement qu’il en savait plus qu’il ne le montrait. Fort heureusement l’espion avait pour métier de déceler entre autre ce type de détails. Il décida tout de même de ne pas relevé cela ici et maintenant, mais de profiter d’un moment plus tard pour en faire part à Weiver, et en ce qui concerne Jesolo il était trop tôt pour savoir s’il était digne de confiance, il s’en remettrai au jugement de la Capitaine sur ce point.

Ayato se retrouva avec le détecteur Lantien en main avant même que le grec ne constate son absence dans les siennes. Il regarda le Capitaine et le technicien tour à tour avec un sourcil haussé. Pour afficher ensuite une mine résignée. Un satellite, bon Dieu, comment n’y avait il pas pensé plus tôt, cela était parfaitement logique, une telle précision nécessitait forcément ce type d’application.

« Permettez moi tout de même d’insister sur la nécessité tôt ou tard d’envisager l’exploration de ce  site, il me semble en effet que la présence des Anciens sur  cette planète requiert une attention particulière, je reste persuadé qu’ils ont joué un rôle essentiel dans ces histoires ici bas. »

La carte holographique fournissait les détails que l’espion emmagasina soigneusement, sa mémoire photographique lui avait toujours valu un avantage tactique non négligeable. Mais malgré son impatience à continuer les recherches Jesolo avait raison de jouer sur la prudence maintenant qu’ils n’avaient plus leurs moyens de transport ainsi que leur arsenal, ça en était très frustrant mais nécessaire. Et ce fut à cet instant que les radios se mirent à émettre. Et les nouvelles étaient loin d’être rassurantes, entre les transports endommagés et des bestioles pas très amicales le terrain semblait défavorable. Le Capitaine et le technicien finirent pas quitter la pièce pour aller inspecter le véhicule de l’usine.

Arkas se frotta le visage et se recala dans son fauteuil, les membres engourdis par la position, cherchant un confort qui épargnerait son corps fatigué par la journée et le super décalage horaire du voyage spatial. Le genre de chose qui pouvait prêter à rire mais qui n’en était pas moins réel. Des fuseaux super longue distance bordel de Dieu. Ces pensées lui arrachèrent un rire bref qu’il réprima immédiatement de crainte d’avoir l’air d’un idiot en ces circonstances.

Kara fit part de ses premières conclusions qui semblaient bien pertinentes, elle était rudement bien utile, une alliée de taille dans cette enquête qui semblait se compliquer d’heure en heure. Il la fixa d’un air pensif :

« Cela me semble en effet très logique, votre théorie tient la route, reste à savoir quoi, pourquoi et comment. Nous comptons effectivement sur la disponibilité des archives, cette histoire de contagion me taraude l’esprit depuis que j’ai vu les corps des Unas sur le vaisseau, ils avaient l’air d’être mort dans un état de panique totale, jusqu'à détruire leurs données et même saboter le vaisseau. Et ça m’inquiète de savoir qu’il existe une chose capable de mettre des guerriers pareils dans un tel état. »

Ce disant il tourna le regard vers Weiver :

« Capitaine, puis je vous suggérer que notre groupe prenne la route des archives pendant que le reste se concentre sur la spatioport ? Qu’en pensez-vous ? Il me tarde de comprendre ce qui s’est tramé ici depuis tout ce temps. »

L’androïde fit également part des premiers résultats sanguins du grec, mais visiblement l’espion ne sembla pas perturbé par ces informations, ce gêne, il l’avait ignoré jusqu'à son transfert sur Elyria. Il le considérait plutôt comme une chose utile depuis qu’il avait appris à utiliser des engins Anciens ainsi que des appareils volants.

« Faites à votre aise Kara, votre aide quelle qu’elle soit nous est très profitable. J’ai la vague impression que tout cela ressemble à une expérience dont les responsables ont totalement perdu le contrôle. Et dont la seule issue était la fuite pour les survivants. Mais la question reste à savoir pourquoi prendre deux directions différentes. »

Arkas continua son échange avec la petite tout en prêtant une oreille sur l’exposé mythologique de Shawn.
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Aurora Weiver le Ven 24 Juil - 18:25

Aurora aurait put répondre illico à Jesolo concernant les ordres données : La planète n’avait rien de viable pour leur espèce et quant à libérer une horreur, cela s’était fait tout seul…
Bref, si on s’en référait aux premières directives : mieux valait se barrer de là en vitesse.

Mais elle ne dit rien… Laissant les conversation s’enchainer sur des points tout aussi essentiels. La perte des transports étaient une mauvaise nouvelle et elle n’était pas sure que rester dans ces bois soit très prudent, mais il n’y avait pas vraiment de choix. De même, elle était vaguement contrariée de devoir reporter son exploration du pôle Ancien, là aussi, elle devait tenir compte des difficultés.

Étant plutôt tête brulée désormais, elle se contenterait donc des informations que l’archéologue accepterait de lui livrer sur Lug et elle ne fut pas déçue : Il était une figure emblématique avec de l’esprit et énormément de pouvoir. Quant à connaitre sa relation avec Jonah, s’était tout autre chose…

« Il y a donc bien plusieurs artefacts ou outils Anciens de Lug présents sur cette planète. Il n’est pas impossible qu’il ait créé tout ça en définitive… »

Elle s’arrêta, pensivement et prudente sur les informations qu’elle révélerait ou pas à De La Croix. Il était bien rodé sur le sujet, y avait-il des choses qu’il cacherait délibérément ? Elle l’ignorait, mais ne comptait pas tenter le diable pour l’heure. Après tout, des soupçons pesaient déjà sur lui et son appartenance à une certaine organisation...

« Merci De La Croix. Je pense que nous auront la réponse à pas mal de questions le temps aidant. Il faut déjà que nous trouvions de quoi nous déplacer pour nos futures explorations. »

Se redressant, elle se tourna vers Arkas qui l’avait alpaguée. En l’écoutant, il lui apparaissait que l’espion avait les mêmes soupçons qu’elle-même et les mêmes interrogations…

« Parce qu’il vaut surement mieux tenter plusieurs possibilités. Ils recherchaient peut-être leurs origines au final ou avait repérée une planète potentiellement viable. C’était un geste désespéré mais néanmoins réfléchit. Cependant, on a aucune preuve qu’ils soient arrivés un jour à destination, qu’elle quelle soit alors… Oui, nous irons dès demain aux archives… Mais ne me demandez pas de me brancher sur un réseau, je m’y refuse désormais. »

Elle conclue sa phrase sur un clin d’œil et une moue amusée qui venait adoucir ses paroles quelques peu véhémentes sur le coup.

_________________
‘‘Je suis humain…Et rien de ce qui est humain ne m’est inconnu.’’
avatar
Aurora Weiver
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-diversity.forumsgratuits.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Jonah Low le Mer 29 Juil - 19:35

Et sur ces bonnes paroles, il était temps pour nos héros d’aller profiter d’une bonne nuit de sommeil. Après tout, la journée fut haute en couleur…Et ce n’était qu’une journée sur cette planète qui non seulement réservait encore des surprises mais se trouvait aussi être un petit enfer à elle seule. Un monde inhospitalier sur lequel une civilisation avait grandi puis disparue sans laisser la moindre trace. Où se trouvaient les anciens dans cette histoire ? La place des hommes ? Celle des Unas ? L’équipe allait elle subir le même sort ? Quand était-il des fantômes du Capitaine Weiver ?

Bien sûr on ne faisait que gratter la surface car des questions il y en avait un tas.

Bonne chance à ceux qui réussirait à fermer l’œil en essayant de ne pas réfléchir ou simplement à ne pas trembler de peur à l’idée de passer une nouvelle journée dans ces villes mortes. La nuit s’étendit alors que les heures s’égrenaient au fil des secondes et des minutes. Ceux qui n’arrivaient pas à dormir purent constater qu’une fois de plus l’historien du groupe avait de la lumière sous sa porte pour la seconde fois. A croire qu’il était insomniaque ou qu’il avait une phobie de l’obscurité.

Quand le jour se leva enfin, le lieutenant travaillait déjà sur sa carte holographique tandis que l’archéologue avait récupéré un nouveau panier derrière la porte. Une odeur de petit déjeuner militaire se faisait déjà sentir dans la pièce. Le Capitaine ouvrit la séance

‘‘Voici les nouvelles de la nuit. Nos deux acrobates ont réussi à faire repartir le moteur de la navette tôt ce matin. Ils sont actuellement sur le toit en train de préparer notre prochain voyage. La mauvaise nouvelle, c’est qu’elle ne pourra plus faire de vol hors stratosphère…Une bestiole locale à tenter de se faire un bon petit déjeuner de nos ptits gars…Arrachant plusieurs plaques de blindage. On pourra toujours faire un saut d’une ville à l’autre mais on ne pourra pas rentrer à la maison dans ces conditions…Et je parle même pas du matériel perdu.’’

‘’La bonne nouvelle, c’est qu’Ayato a réussi à accéder au réseau routier depuis notre nouveau transport terrestre. Il y a des galeries souterraines qui servent au transport routier. Il pense que c’était surtout pour le transport de marchandise ce qu’a confirmé Kara. Alors le nouveau plan est le suivant, Ayato, le chat noir et moi on va prendre la voiture et espérer que la route ne soit pas effondré jusqu’au spatioport. On trouve un vaisseau ou quoique ce soit pour émettre un signal. Pendant ce temps là, le capitaine Weiver se chargera du reste de l’équipe et ira aux archives découvrir ce qui ce passe sur cette planète. Au passage, nous saurons peut être ce qu’il est advenu de ceux qui ont abandonnés cette planète’’


Il jeta un coup d’œil à sa montre tout en engouffrant une barre énergétique.

‘‘Je pars d’ici vingt minutes. Sandman vous servira de pilote pour le transporteur. Je ne sais pas si les communications passeront dans les tunnels alors je vous contacte dès que je le pourrais. Il y a environ pour une journée de route de ce qu’on m’a dit’’

Sur quoi l’Italien se retira avec son sac à dos et son arme laissant la petite compagnie derrière lui. L’archéologue s’assit avec une tasse de ce qui ressemblait vaguement à du café. Solution buvable mais qui ne remplacerait jamais la version George et son fameux what else’s.

‘’Nous aurons pleinement le temps d’en discuter mais j’ai fais quelques découvertes sur le journal codé que j’ai trouvé hier. Je ne m’y connais pas vraiment mais on dirait surtout des travaux en physique. Il était visiblement plus doué dans son domaine que pour cacher des choses. Ceci dit, il n’a pas tout crypté de la même manière. On dirait que cela s’étale sur plusieurs années et qu’il change de méthode tous les ans. Cela semble concerner le projet enfant des étoiles.’’

‘’…J’avoue que c’est assez bizarre. Ce sont des travaux en physique et pourtant il semble en parler comme des êtres vivants. Il n’y a aucune note en biologie tout au plus j’ai cru vaguement reconnaitre quelque chose ayant attrait à la physique quantique. Leur version des sciences est assez remarquable, je crois que leurs visions des choses est beaucoup plus large que la nôtre. Ils n’ont pas eu nos soucis de développement et ils arrivent avec des principes complètement différents des nôtres. A vrai dire je crois qu’ils n’ont même pas eut le problème de l’unification de la physique.’’


Il posa quelques notes manuscrites sur la table.

‘‘Vous aurez tout le loisir de lire ça si le cœur vous en dit. Pour ma part, je n’y comprend vraiment rien. Je vais rassembler mes affaires et vous rejoindre sur le toit. Capitaine Weiver, je suis à vos ordres.’’
L’archéologue rejoint sa chambre laissant le grec et la jeune femme ensemble. Pour ceux que la lecture intéresserait, il y avait là au moins une trentaine de page recto/verso couvert de symbole mathématique plus quelques annotations ici et là.

Pour l’espion, il ne faisait aucun doute qu’il y avait anguille sous roche. Encore une fois, le spécimen qu’était De la croix avait non seulement reçu une formation pour cacher des informations…Mais il était également doué dans les processus de cryptage. Il ne faisait aucun doute qu’il avait trempé dans les milieux du renseignement. Même s’il avait avoué de bonne grâce qu’il avait travaillé dans un projet mêlant histoire et renseignement…C’était pas les Tok’ra qui l’avait formé, ni les renseignements humains qui étaient désormais très compartimenté. Non, cela ressemblait à une formation à l’ancienne, celle qu’on pouvait encore trouver auprès de vieux briscard. Mais qui faisait ce genre de chose ?

Ou peut être réfléchissait il trop ?

Pour la capitaine, ce qu’il y avait sur le papier était bien plus impressionnant. Bien qu’elle ne touchait pas forcement sa bille en physique, elle pouvait voir ce que donnait l’idée globale de ces équations. Les annotations du scientifique ne tardèrent pas à confirmer ce qu’elle avait sous les yeux : Une anomalie quantique. Cela décrivait un état proche du chat de shoedrigner…Shrek….bref le mec qui ne savait pas si son chat était crevé ou non dans sa boîte.

Le rapport ? Pour faire simple, le scientifique semblait croire qu’une particule pouvait passer par différentes phases en même temps. Plus qu’une particule, le scientifique pensait que cela pouvait surtout arriver à une cellule. Un peu comme si vous vous couchez et que le lendemain matin vous vous retrouvez dans la peau de John Malkovich. Puis dans la peau d’une blonde…Mais le plus étrange, c’était que le papier ne semblait pas décrire des expériences ou une démonstration. Mais plutôt décrire un état de fait.

Cependant, le reste était beaucoup trop complexe pour dire si le scientifique avait réussi ou s’il en avait fait quelque chose. La suite du journal en dirait peut être plus. En attendant, il se faisait l’heure de quitter l’hôtel et de rejoindre le toit où les attendaient leurs fidèles compagnons. La navette avait pris un sacré coup dans l’aile. On pouvait encore voir des traces de griffes et de crocs énormes. D’ailleurs l’espion ne tarda pas à trouver un croc de la taille d’une de ses mains plantés profondément dans l’acier.

L’espion fut tiré de ses pensées par sandman qui les accueillit sur la plage arrière.

‘‘Capitaine, la machinerie est encore fonctionnelle. Encore heureux que le moteur n’est rien, par contre certains systèmes sont HS. Ca risque de tanguer un peu sur la route. J’ai plus de système de navigation ou de détection alors je vais devoir faire ça à l’ancienne avec une boussole et une carte. Ca va me prendre quelques heures de plus que prévu mais on y sera dans le début d’après midi avec un peu de chance.’’

En retournant au poste de pilotage, on pouvait presque entendre le sergent prier pour ne pas tomber face à un monstre volant. Le décollage fut presque aussi chaotique que le vol et il y eu de longues heures à combler. Relire ses notes, discuter un brin…Kara pour sa part avait bien avancée. Elle avait procédée au séquençage de l’ADN du grec, de l’archéologue et se livrait à des simulations qui l’amusait beaucoup visiblement.

Au final, elle ne trouvait aucun point de comparaison possible entre les gens de cette planète et les anciens. A vrai dire, d’un point de vue génétique, ils étaient plus proche des humains même s’il y avait les différences flagrantes en terme de violence et peut être d’intelligence. Le gêne des anciens n’était définitivement pas présent parmi les gens de la planète. Il ne s’agissait pas d’ancien ni même de descendant des anciens.

Les heures passèrent jusqu’à ce qu’une bourrasque réveille d’éventuels endormis.

Pour ceux qui voulaient aller dans la cabine de pilotage, on pouvait voir une ville encore plus grandiose que l’île artificielle. Constituée de millier de gratte-ciel magnifique défiant le ciel et surtout le temps. Car là encore on aurait dit que la ville avait été construite hier. Tout y était propre mais surtout vide….Un vide et un silence assourdissant alors que le vent s’engouffrait entre les bâtiments offrant à la grande surprise des spectateurs…De la musique naturelle. A croire que les architectes avaient étudiés cela.

Il ne leurs fallut que quelques minutes de plus pour arriver au centre de la ville. La première chose qui devait frapper l’assistance c’est que ce centre ville possédait des arbres. C’est étrange à dire mais c’était le seul endroit où ils en avaient vu à l’intérieur des murs d’une ville. A vrai dire, le bâtiment central semblait être construit autour d’un arbre géant car il n’y avait pas de trace d’un manque de maintenance. Tout ici était étudié jusque dans les moindres détails. Si l’un d’entre eux avait conservé les lunettes à réalité augmenté, les glyphes ne tardèrent pas à représenter les symboles liés à l’administration centrale : Les archives.

‘‘Capitaine, si cela ne vous dérange pas, je vais mettre notre oiseau à l’abri. Etrangement une fois m’a suffi et je tiens pas à courir après. Je vais essayer aussi de nous trouver un endroit pour la nuit.’’

Le sergent attendit néanmoins que tout le monde soit sorti et fit le tour de son appareil pour vérifier s’il avait bien tenu le choc.

Pour les autres, l’archéologue avait déjà pris les devants en pénétrant dans le bâtiment. Un hall grandiose dans lequel les attendaient également un autre arbre et plusieurs directions possibles. L’archéologue mit ses lunettes à réalité augmenté essayant plusieurs possibilités. Pendant ce temps, un observateur aux sens aiguisés ne devait pas tarder à relever un détail étrange. L’arbre…Il semblait…C’était peut-être une illusion mais l’écorce de l’arbre. Par endroit on aurait dit une sorte de visage ?

‘’Mmm je pense avoir trouvé ce qu’il nous faut. Il y a ce qui ressemble à une salle du conseil au centre du bâtiment’’

Ils traversèrent des pièces ressemblant à des bureaux, des salles de réunion ou de repos pour enfin déboucher sur le centre du bâtiment. Là où les attendaient l’arbre géant siégeant au centre d’un gigantesque hémicycle. L’impression ne tarda pas à revenir car à plusieurs endroits on voyait effectivement des sortes de visages qui semblait sortir de l’écorce…Ou recouvert d’écorce ? L’archéologue s’assit a l’une des places et un écran holographique ne tarda pas à apparaitre.

‘‘Nous sommes dans la salle des débats. Littéralement cela se traduirait par l’avenir sous les yeux des ancêtres.’’

Il s’offrit le luxe d’un sourire en levant les yeux sur l’arbre.

‘‘Je commence à comprendre pourquoi j’ai pas vu un seul cimetière dans le coin.’’

Il pianota un moment.

‘’Voila, ils sont vraiment portés sur la transparence. Nous avons accès à partir d’ici à la totalité de leur base de donnée. Il y a même des accès physique, tout est en sous sol…Je pourrais peut être y aller pour récupérer une copie de leurs archives. Sur un cristal ou autre chose.’’

L’archéologue était pour le moins euphorique. Depuis le début de l’expédition, c’était la première fois qu’il laissait voir des émotions aussi forte chez lui. On aurait dit un gamin le jour de noël.

‘’Il y a vraiment tout…les archives historiques…les débats des orateurs….Bon sang combien de vie il me faudrait pour lire tout ça. C’est juste énorme.’’

Il se releva précipitamment.

‘’Il faut pas perdre de temps, je sais pas combien cela en prendra alors il faut que je lance la copie tout de suite. Je reviens tout de suite’’

D’un coup d’un seul l’archéologue se leva et sans crier gare couru jusqu’à la sortie de la pièce pour disparaitre dans les couloirs. Le suivre devrait être une chose relativement facile mais il faudrait prendre une décision rapidement. Alors qu’est ce qui empêcherait les membres de l’équipe de partir à sa poursuite ?

Peut être parce qu’il y avait une odeur de cigarette dans la pièce.

En levant les yeux, Aurora et son compagnon pouvait tous les deux s’apercevoir que sur des balcons donnant sur l’hémicycle, servant certainement aux citoyens d’observer les débats. Là, il y avait la forme d’un homme dont le visage s’illuminait à chaque fois qu’il tirait dessus. Il était là, silencieux, presque évanescent…
avatar
Jonah Low
Admin

Messages : 10
Date d'inscription : 06/04/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Arkas Ouranos le Jeu 30 Juil - 19:04

L'espion afficha un sourire entendu, Weiver avait un sens de l'humour bien adapté aux situations avec une pointe de cynisme délectable à souhait. Expérimentée la madame pensa t'il avec ironie.

"Je doute d'avoir encore envie de vous voir à nouveau convulser sur un fauteuil avec des éclairs qui vous sortent de partout... sans façons ! "

Arkas regarda la jeune femme avec attention tout en lui rendant son petit clin d'œil amical.

" De toutes manières nous allons encore déterrer plus de questions que de réponses, je commence à en avoir l'habitude là... cette planète est un vrai casse-tête. J'aurai du penser à emmener mon vieux prof d'histoire du lycée, un incollable en mythologie. " Il lâcha cela avec une certaine résignation, difficile de savoir s'il était sérieux ou non.

"Sans vouloir vous vexer Delacroix bien entendu."

Le grec changea de position en lâchant un bâillement à se décrocher la mâchoire, l'heure avançait et ils n'avaient pas encore pu prendre le repos bien mérité de cette éreintante journée. Après quelques instants de nouvelles réflexions il reprit.

" Les Archives devront en principe regorger d'informations, si j'ai bien saisi leur utilité tout devrait y être retranscrit dans les moindres détails, c'est bien à cela que ça sert théoriquement ? Non ? " C'est en portant un regard insistant sur la petite Kara qu'il attendit une confirmation pouvant le rassurer quelque peu.

"Les amis... non que veuille faire preuve d'impolitesse mais Morphée m'appelle urgemment, et elle n'aime pas attendre, il est temps d'aller mourir paisiblement sur un matelas bien moelleux. Vous devriez en faire de même, j'ai le vague sentiment que la journée de demain ne sera pas plus reposante que celle-ci."

Il salua le reste du groupe et fila se réfugier dans sa chambre. Lorsqu'il passa devant le miroir de la penderie il se fit peur tout seul, mais quelle tronche se dit-il... des cernes du Grand Canyon, une barbe à faire hurler de jalousie les velcros portugais, sans parler de son teint blafard digne d'une effigie assurant une promo pharmaceutique.

Il fit un dernier effort non négligeable pour se glisser dans la salle de bain, sortant le nécessaire de rasage, il commença le dur labeur masculin le plus contraignant de l'existence. Figé devant la glace, il repensa inconsciemment à tout cela, cette planète, ces histoires improbables mais néanmoins réelles, ce virus redoutablement intelligent, et surtout à l'archéologue... il comptait bien le garder à l'œil celui-là, son attitude suspecte ne laissait aucun doute.

La nuit fut sans rêves, profonde et reposante, c'est avec difficulté qu'il encaissa le stupide bip du réveil qu'il haïssait par dessus tout. A quand des vrais vacances se demanda t'il, il prit conscience qu'il n'en avait pas eu depuis si longtemps. Prenant son temps il déposa son barda sur le lit pour en sortir une tenue propre, non qu'il était du genre maniaque mais la présentation faisait partie intégrante de son travail, c'était donc une déformation professionnelle qui ne le gênait nullement.

Arkas en profita également pour vérifier son matériel essentiel, sa précieuse sacoche était sur son ceinturon, elle contenait le parfait nécessaire du petit espion modèle. Rossignol pour les serrures, si tant est que ce type de serrure existe dans cette partie de l'univers, deux seringues hypodermiques et deux flacons, l'un contenant le liquide fatal et l'autre destiné à la neutralisation des cibles. Bien que depuis la découverte du zat le matériel avait tendance à tomber dans la désuétude, mais Arkas était de l'ancienne école, aucune raison d'abandonner les bonnes vieilles habitudes. Il vérifia également ses petites jumelles technologiques qu'il affectionnait particulièrement, capable de zoomer à 250 fois, avec une prise de son longue distance, idéale pour les filatures. Il finit par charger son Beretta et décida également de prendre le fusil longue portée... juste au cas où. Sans oublier Le détecteur Lantien, le jouet le plus merveilleux qu'il avait été amené à avoir en sa possession. Sourire aux lèvres il sortit dans le salon rejoindre le reste de l'équipe qu'il entendait depuis un moment.

Tout ce petit monde semblait déjà prêt au départ, les derniers préparatifs étaient en cours et le petit déjeuner interstellaire semblait avoir été livré. Résigné l'espion alla y piocher quelque chose qui ressemblait à un fruit, bleuté, rond et lisse... sans hésiter il mordit dedans à pleine dents, après tout ils seraient déjà mort si on leurs avait voulu du mal. La surprise fut de taille, ce fruit était d'une onctuosité agréable, le gout se rapprochant de la mangue avec un mélange de banane, et une touche d'agrume qui rendait le tout délicieux. Le fruit ne survit pas plus de deux minutes.

Les nouvelles furent meilleures que la veille sembla t'il, le transporteur avait été retrouvé et opérationnel qui plus est, mais en atmosphère uniquement, et le nouvel engin terrestre était utilisable également, voilà qui allait leur permettre de se déplacer et de continuer cette enquête, sans oublier le fait qu'ils allaient devoir découvrir le moyen de quitter cette planète quand le moment viendra.

Jesolo s'occupa du briefing comme à son habitude, désignant les missions de la journée en y assignant chaque membre, les priorités étaient donc le spatioport et les Archives, l'espion s'en frottait déjà les mains. Il chercha Aurora du regard et vit la petite Kara occupée avec ses multiples hologrammes, cette technologie avait quelque chose d'attachant pensa t'il, cela remettait en question certains de ses propres principes concernant les systèmes, Kara semblait posséder son propre libre arbitre, sa propre personnalité, malgré le fait qu'elle était une reproduction d'une scientifique ayant appartenu à cette civilisation.

L'attention du grec fut attirée par l'archéologue qui sorti de sa poche un journal codé, l'espion fut d'abord surpris du fait qu'un homme de sa compétence puisse décoder un journal, cet individu avait des ressources complémentaires étonnantes. Le contenu n'était pas du ressort du grec, la physique newtonienne peut être mais la quantique certainement pas, aussi espéra t'il que Weiver en sache un peu plus sur le sujet. Quoi qu'il en soit les informations semblaient importantes, quelque chose s'y cachait et il était impératif de mettre le doigt dessus.

"Capitaine, nous avons de la lecture pour le voyage, j'espère que la physique vous convient ?"

Arkas prit le journal pour le feuilleter, malgré ses lacunes il pouvait reconnaitre certaines équations, sans les comprendre mais devinant leur importance, il se référa aux diverses annotations de Delacroix pour s'y aider. Certaines de ces notes laissèrent Arkas abasourdit, surtout le passage concernant les particules et molécules. Au bout de quelques minutes il le tendit à Weiver.

"Espérons que ça vous parle mieux, ce niveau de la physique me dépasse totalement, j'ai bon à avoir un esprit ouvert je dois avouer que là... on surpasse la science fiction."

Ce disant il observa d'un coin de l'œil l'archéologue quitter le groupe. Aussi s'adressa-t-il à Weiver sur un ton très bas.

"Vous voulez mon avis, Delacroix est bien plus qu'un simple archéologue, il ne nous dit pas tout. Tâchons de rester prudent et de le surveiller discrètement."

Au bout du compte ils finirent par rejoindre le toit, le spectacle qui s'offrit à leurs yeux fut effrayant. La bouche bée de l'espion en disait long, l'état du transporteur était lamentablement désolé, à se demander comment il était arrivé jusqu'ici sans se cracher. Et pour ajouter une couche à cette vision chaotique un croc appartenant à un animal énorme était planté dans la carlingue, tellement bien ancrée que l'espion eu un mal fou à la déloger. Il la regarda sous tous ces angles, encore sous le choc de découvrir pareille dentition, il espéra de tout son être ne jamais croiser son propriétaire, auquel cas ils auraient un énorme problème, dans tous les sens du terme.

Sandman le sortit de sa stupeur, et confirma la chance d'avoir encore un engin capable de voler, mais ils n'avaient aucun autre choix, une petite prière allait donc être de rigueur s'ils voulaient rester entier.

"J'espère que vos talents de pilote sont à la hauteur Sandman, cette boite de conserve tient encore à peine debout."

Après quoi l'espion se hissa à bord du transporteur, y chercha un siège et s'y affala lourdement. Il n'avait jamais été du genre froussard à bord de tout ce qui vole, mais là, il devait s'avouer que voler dans un engin dont l'état aurait fait paniquer n'importe quel pilote de l'air force avait de quoi laisser des interrogations quant à leur avenir immédiat.

Sans surprises, le décollage avait déjà de quoi les crisper, une situation qui rendait difficile toute forme de concentration quelle qu'elle soit. Mais quitte à passer des heures dans les airs ils allaient devoir s'occuper, histoire de ne pas laisser non plus l'esprit s'égarer en spéculations diverses concernant l'état de l'appareil, ainsi que sur leur chances d'arriver à bon port.

Ce fut Kara qui rompit le silence, elle venait en fait de terminer ses analyses sanguines et leur rapport avec les Anciens. Ses conclusion furent précises et sans équivoque, ce qui ne surprit pas l'espion, qui reconnaissait les multiples talents de la petite. D'ailleurs, la voir travailler sur ses hologrammes avec une vitesse surprenant avait tendance à l'amuser, il était intéressant d'observer une technologie pareille à l'œuvre. Etonnant petit brin de femme. Au moins ils avaient une réponse à l'une de leurs nombreuses interrogations, les gens de cette planète n'avaient donc aucun rapport génétique avec les Anciens. Ça restait en principe des humains.

"Dites moi Kara, pouvez-vous me donner plus de précisions sur le propriétaire de ceci ?" dit-il en levant devant leurs yeux la canine de l'enfer.

Malgré les désagréments du vol l'ambiance était suffisamment calme, l'engin sembla à certains moment vouloir s'écraser au sol mais les talents du pilote avaient systématiquement le dernier mot, ce qui avait pour effet de rassurer l'équipe. Arkas finit par se relever histoire de prendre des nouvelles de la cabine, le temps commençait à se faire long et la patience n'était pas sa plus grande vertu.

Lorsqu'il arriva près du pilote le grec fut témoin d'une vue spectaculaire, une ville s'étendait sous leurs nez, où plus précisément une mégalopole, les grattes ciels étaient gigantesques, vue de si près c'était hallucinant. L'espion ressentit les mêmes sensations étranges que le jour où ils étaient arrivé sur l'île... une propreté et un calme perturbant, cette immobilité avait de quoi vous coller le frisson.

Sandman posa le transporteur sans trop de problèmes, ils étaient vivant, et décida qu'il n'hésiterait pas à recommander leur chauffeur pour cet exploit qu'il serait irrespectueux de ne pas souligner.

Alors, levant le pouce en guise de congratulation il s'adressa au pilote.

"Bien joué Sandman, vous m'en bouché un coin sur ce coup. Ravi de vous avoir avec nous. Rassurant surtout."

Rassemblant le matériel ils sortirent tous sur le sol, heureux de toucher de nouveau le plancher des vaches, même si vache il n'y en avait pas dans le coin. Arkas leva les yeux, scrutant les alentours, remarquant à quel point les immeubles étaient haut, bien plus hauts que les plus grands gratte-ciel sur terre. Ce fut la présence d'arbres qui étonna le plus l'assemblée, ça donnait au tableau un aspect irréel, comme si ces arbres n'étaient pas à leur place.

Par acquis de conscience le sergent prit la décision d'aller mettre le transporteur en lieu sur et de leurs trouver un abri pour la nuit, avec ces distances il était difficile de faire les allées et venues, Ouranos le salua en lui souhaitant bonne chance et en remerciant le ciel d'avoir une équipe avec pas mal de bon sens.

"Et si au passage vous passez devant un resto Italien faites nous signe."

A peine arrivés Delacroix avait semble t'il le feu aux fesses, il se précipita le premier à l'entrée du bâtiment central, celui-ci devait être leur objectif, les Archives, ils y étaient enfin. L'espion dut réprimer l'envie de courir, aussi impatient qu'il était, il accéléra néanmoins le pas pour rattraper l'archéologue. Surtout que maintenant, il le surveillait attentivement.

Le groupe entra dans ce qui semblait être le hall d'accueil, rien d'étonnant jusque là, schéma classique des bâtiments administratifs. Ils avancèrent jusqu'à ce qui semblait être un une sorte d'amphithéâtre, ce fut une fois de plus la présence d'un arbre, immense celui-ci, trônant en plein centre de cet espace, le caporal s'en approcha lentement, l'observant minutieusement, certains détails lui furent l'effet d'une hallucination jusqu'à ce que, une fois près, il remarque que c'était bien réel. Des visages semblaient transparaître au travers de l'écorce, c'était très troublant.

"Aurora ! Venez voir ça, ça va vous scotcher, soyez en certaine. Je n'ai jamais rien vu de tel."

L'hémicycle dans lequel ils se trouvaient était d'une taille impressionnante, il fut une époque jadis où siégeait ici un très grand monde, Arkas ferma les yeux et pouvait presque les entendre, des débats, des contestations ou encore des applaudissements.

L'archéologue sembla s'exciter au fur et à mesure de ses découvertes, il ne tenait plus en place, et visiblement il commençait à comprendre certaines choses observées les jours précédents. Ouranos n'eut pas le temps de lui en demander plus, Delacroix bondit de son siège et se précipita vers l'un des couloirs.

Arkas fut prit de cours, au moment où il s'apprêtait à s'adresser à Weiver une odeur de cigarette se fit sentir, détail qui troubla grandement l'espion. Il leva la tête et ce qu'il vit lui glaça le sang, là haut, sur l'un des balcons se tenait un individu, cigarette au bec, luisant comme une illusion. Difficile de distinguer le vrai du faux... était-ce réel ou pas ?
avatar
Arkas Ouranos
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 4) Le Bâtiment en Etoile

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum